Principal / Pancréatite

Cancer du colon

Pancréatite

Le cancer du côlon est une pathologie oncologique qui est représentée par une tumeur maligne de la couche épithéliale de la muqueuse du côlon. Le cancer du côlon est plus fréquent chez les hommes âgés de 50 à 60 ans et représente 5% de toutes les pathologies cancéreuses. Un certain nombre de maladies du gros intestin sont des facteurs prédisposants au développement de tumeurs malignes, telles que les adénomes, la polypose diffuse et la colite ulcéreuse d’étiologie non spécifique. Sur cette base, la présence d'une colite diffuse est une prédisposition directe à la malignité (malignité). Les scientifiques associent l'apparition de carcinomes colorectaux à la malnutrition, à un apport insuffisant en fibres et à une consommation excessive d'aliments gras et frits, ainsi que de viande (porc et bœuf), de sorte que les personnes des pays économiquement développés sont davantage exposées. Les personnes qui consomment des aliments végétariens sont moins susceptibles de souffrir de cette maladie.

Causes du cancer du côlon

Il n'y a pas de cause unique du cancer du côlon, cette maladie est multifactorielle. Parmi les facteurs qui contribuent au développement du cancer du côlon, on distingue les maladies chroniques du côlon, une mauvaise alimentation, l’hérédité, ainsi qu’une mauvaise écologie.

  1. Mauvaise alimentation, manger des aliments riches en acides gras a souvent un effet positif sur le développement du cancer, en particulier du cancer du côlon. Et cela se produit comme suit: sous l’influence des sucs digestifs et d’autres enzymes gastro-intestinales, ces acides sont convertis en agents cancérigènes, ce qui provoque le développement du cancer du côlon. Ceci explique le taux élevé d’incidence du cancer dans les pays développés. L'oncopathologie est beaucoup moins répandue dans les pays où le régime végétal est dominant. Cela prouve l'efficacité de la fibre dans la prévention du cancer.
  2. L'un des facteurs du développement du cancer du côlon est l'effet sur l'épithélium du côlon de produits chimiques cancérogènes. Parmi ces substances, provoquant des tumeurs malignes du côlon, émettent:
    • amides et amines aromatiques;
    • glucides aromatiques polycycliques;
    • métabolites de la tyrosine et du tryptophane;
    • composés nitro;
    • oflatoxins.

Certains scientifiques sont d'avis que le traitement thermique inapproprié de la viande, comme le tabagisme, peut causer des tumeurs malignes.

  • Parmi les facteurs contribuant au développement de cette pathologie figurent également les maladies inflammatoires chroniques du côlon, le plus souvent le cancer provoquant la colite ulcéreuse. Le niveau de risque de ces maladies dépend de la durée et de la manifestation clinique de leur évolution. Sur cette base, les scientifiques ont constaté qu'avec une durée de maladie inflammatoire allant jusqu'à 5 ans, le risque de développer une oncopathologie allait de 0 à 5%, à 15 ans - environ 1,4-12% et dans les 20 ans - 5,2-30%.. Par conséquent, plus une personne souffre d'une maladie inflammatoire chronique de l'intestin, plus le risque de développer une tumeur maligne du côlon est élevé.
  • Les polypes du côlon sont également considérés comme une condition précancéreuse. Plus il y a de polypes dans le côlon, plus le risque de dégénérescence cancéreuse est grand; avec un seul polype, la fréquence des renaissances est de 4%, avec des multiples - environ 20%. Il est donc très important que les patients présentant un diagnostic de polypose intestinale soient surveillés régulièrement par un oncologue.
  • Un facteur important dans le développement du cancer du côlon est un facteur héréditaire. Les personnes dont les proches parents ont souffert de cette pathologie risquent de contracter cette maladie. Dans ce cas, le facteur de risque pour l'hérédité peut être non seulement la présence d'un cancer du côlon chez des membres de la famille, mais également leurs maladies oncologiques d'un endroit différent. Dans certains cas, un autre facteur de risque peut entraîner cette maladie - la polypose familiale, les statistiques montrent que les personnes ayant de tels antécédents génétiques sont beaucoup plus susceptibles d'avoir le cancer du côlon, contrairement à celles dont les parents n'ont pas eu la polypose intestinale.
  • Classification du cancer du côlon

    La classification du cancer du côlon implique la gradation de la maladie en plusieurs étapes:

    • Le cancer du côlon au stade I se caractérise par des lésions de la membrane muqueuse, ainsi que de sa couche sous-muqueuse;
    • L'étape II est caractérisée par des dommages au demi-cercle de la paroi rectale, sans dépasser ses limites;
    • Le stade II-B implique des lésions similaires, mais dans ce cas, toute l'épaisseur de la paroi intestinale est affectée;
    • Le stade III se déroule chez des patients présentant une lésion du côlon de plus de la moitié et la tumeur se développe dans tout son mur, mais il ne devrait pas y avoir de métastases régionales;
    • Le stade IIIb est caractérisé par la présence d'une tumeur de toute taille avec de multiples métastases de localisation régionale;
    • Le stade IV du cancer du côlon indique la présence d'une tumeur étendue pénétrant dans les organes adjacents, alors qu'il existe de multiples métastases régionales ou qu'il existe une tumeur de taille différente avec des métastases distantes.

    Il existe également une classification du cancer du côlon par type de croissance tumorale, basée sur cette classification. Les formes de tumeurs suivantes sont connues:

    1. La forme exophytique caractérise une tumeur en croissance dans la lumière intestinale;
    2. La forme endophyte est caractéristique des tumeurs se développant dans l'épaisseur de la paroi intestinale;
    3. La forme en forme de soucoupe apparaît comme un ulcère tumoral et combine les deux premières formes de croissance.

    Pour classifier les pathologies cancéreuses, y compris les tumeurs malignes du côlon, les oncologues utilisent la classification selon le système TNM. Cette classification permet une classification plus détaillée de la maladie et de la présence de métastases.

    Le cancer du côlon peut toucher n'importe quelle partie de celui-ci, mais les tumeurs malignes rectales sont les plus courantes. Le rectum, à son tour, est divisé en divisions: les ampoules inférieures (environ 5 cm), les ampoules moyennes (5 à 10 cm) et les ampoules supérieures (10 à 15 cm). Le côlon sigmoïde occupe la deuxième place et le côlon occupe la troisième place. Le côlon a trois sections, mais le plus souvent la tumeur est localisée dans les coins splénique et hépatique. Habituellement, une tumeur se développe sous forme de noeud unique, mais dans certains cas, un cancer multicentrique se développe. Cela se produit généralement lorsqu'il existe un lien génétique avec la polypose.

    En 1981, lors de la réunion de l’OMS à Genève, la classification suivante des types de cancer du côlon a été établie:

    1. Adénocarcinome;
    2. Cancer des cellules de sceau;
    3. Adénocarcinome muqueux (mucineux);
    4. Carcinome épidermoïde glandulaire;
    5. Carcinome épidermoïde;
    6. Cancer non classifié;
    7. Cancer indifférencié.

    Symptômes du cancer du côlon

    Les signes de cancer du côlon se caractérisent par cinq syndromes majeurs:

    1. Syndrome maladie signes sans troubles intestinaux;
    2. Syndrome d'obstruction intestinale;
    3. Syndrome symptomatique fonctionnel avec dysfonctionnement intestinal;
    4. Syndrome de dysfonctionnement de l'état général du patient.

    Le premier syndrome est caractérisé par une gêne intestinale (éructations, nausée, perte d'appétit, vomissements isolés, gêne dans la bouche, sensation de lourdeur dans la région épigastrique, ballonnements) et des douleurs abdominales.

    Pratiquement tous les patients atteints d'un cancer du côlon ont des douleurs abdominales, ils peuvent avoir un caractère douloureux, oppressant, dans certains cas, des crampes. Parfois, la douleur provoque un processus inflammatoire qui se forme dans une tumeur ou à proximité, parfois la cause de la douleur peut être une violation de la fonction motrice de l'intestin.

    Aux premiers stades de la maladie, les patients se plaignent souvent de malaises intestinaux. Le syndrome des troubles intestinaux comprend les symptômes suivants: grondements et ballonnements dans l'estomac, diarrhée, constipation et diarrhée. La cause de ces troubles est une parésie, une violation de la fonction motrice de l'intestin ou, inversement, un péristaltisme intestinal accéléré.

    La croissance tumorale entraîne un rétrécissement de la lumière du côlon et une altération de la perméabilité intestinale.

    Lors du diagnostic et de la surveillance d'un patient, une attention particulière doit être accordée à la présence et à la nature du rejet pathologique. Le symptôme le plus caractéristique du cancer du côlon sera l'écoulement de mucus, de pus et de sang avec des masses de selles. Les mêmes symptômes peuvent être observés dans le cancer du côlon. Un diagnostic différentiel est donc très important.

    Les premiers symptômes du cancer du côlon comprennent la fièvre, l'anémie, l'émaciation, la faiblesse, le malaise général et la fatigue. La pâleur de la peau visualisée à l'extérieur, des tests sanguins montrent une anémie hypochrome. Dans certains cas, le seul signe de cancer du côlon peut être une fièvre (température corporelle autour de 37,5).

    Diagnostic du cancer du colon

    Le diagnostic des tumeurs malignes du côlon comprend les mesures suivantes:

    1. Antécédents médicaux et analyse des plaintes du patient;
    2. Tests de laboratoire (sang, matières fécales);
    3. Examen du côlon au doigt;
    4. Coloscopie;
    5. Rectoromanoscopie;
    6. Échographie des organes abdominaux, ainsi que du petit bassin;
    7. Irrigoscopie (en l'absence ou des données discutables d'une coloscopie);
    8. Biopsie de la tumeur détectée;
    9. Échographie endorectale.

    Traitement du cancer du côlon

    La principale méthode de traitement de cette maladie est la chirurgie. Pendant l'opération, une résection de la région intestinale touchée est réalisée. Dans les opérations sur le côlon, il est possible de réaliser des interventions en une ou plusieurs étapes, en fonction de la localisation et de la répartition du processus pathologique. Après résection de la section intestinale, une sigmo / colostomie est réalisée, suivie de la reconstruction et de la fermeture de la stomie intestinale.

    Après la phase chirurgicale du traitement, une chimiothérapie est généralement indiquée. En cours de traitement, un traitement symptomatique est effectué.

    Dans les cas avancés qui ne sont pas soumis à un traitement chirurgical, une chirurgie palliative est réalisée, dans le but d'imposer une stomie intestinale ou de contourner l'anastomose intestinale. En plus de prendre des médicaments, les patients doivent suivre un régime alimentaire qui exclut les aliments gras, frits et épicés.

    Prévention du cancer colorectal

    Afin de prévenir cette maladie, il est nécessaire d’être examiné régulièrement par un proctologue; traiter en temps opportun les polypes, les hémorroïdes, les fissures anales; s'en tenir à une bonne nutrition; abandonner les mauvaises habitudes (alcool, tabac); en présence d'hérédité défavorable, il est nécessaire de se soumettre à un dépistage annuel comprenant l'analyse du sang occulte dans les selles, l'échographie et la rectoroscopie.

    Complications du cancer et effets secondaires du traitement

    La complication la plus fréquente du cancer du côlon est l’obstruction intestinale, des processus inflammatoires de l’intestin peuvent également se produire et, dans les cas graves, des changements perforants. Le cancer des organes et systèmes voisins fait également partie des complications. La complication du traitement peut être une période de rééducation difficile après une chirurgie et une chimiothérapie, ainsi que des processus adhésifs dans l'intestin.

    Pronostic pour le cancer du côlon

    Le pronostic de cette pathologie dépend du stade et de l'étendue de la tumeur, ainsi que de la présence de métastases. Lorsqu'une tumeur sans métastase est retirée, le pourcentage de survie sur 5 ans est de 70%. En présence de ganglions lymphatiques régionaux, le pourcentage de survie est significativement plus bas - 40%. Tout dépend de la rapidité du traitement.

    Clinique d'oncologie à Moscou

    +7 (925) 191-50-55

    Complications pour le cancer du côlon

    Complications pour le cancer du côlon:

    • Métastases pouvant pénétrer dans les deux ganglions lymphatiques voisins et toucher également d'autres organes.
    • Ce sont des maladies secondaires causées par la croissance d'une tumeur: jaunisse obstructive et ascite.
    • C'est une violation directe de la fonction intestinale. L'occurrence de son obstruction, saignement, pyritonite, fistule et processus inflammatoires.

    L’obstruction intestinale complète ou partielle est un compagnon constant du cancer de l’intestin. La présence ou l'absence de cette complication est due à la localisation de la tumeur. Si une tumeur est retrouvée dans les départements de plus petit diamètre et que sa croissance se poursuit, la survenue d'une obstruction est garantie. Puisque dans ces sections se forment des masses de selles assez denses, dont le passage ne doit pas interférer.

    En fonction du degré d'obstruction est déterminé par l'urgence de l'opération. Lors de la préparation du patient à une telle opération, son état, le degré d’intoxication de l’organisme et l’évolution générale de la maladie doivent être pris en compte. Ce sont généralement des patients déjà très affaiblis, qui doivent être traités avec beaucoup de soin.

    Au cours de l'opération, la tumeur et les tissus affectés proches sont retirés, en fonction de la taille de la tumeur et de sa nature, soit une anastomose (connexion de tubes intestinaux bout à bout), soit une colostomie (retrait d'une ou deux extrémités de l'intestin vers la paroi abdominale antérieure).

    La deuxième option est utilisée en cas de maladie grave du patient. Le problème de la pénétration de métastases dans le foie est également résolu par la chirurgie. Les zones endommagées du foie sont enlevées, s'il est impossible d'effectuer l'opération, une chimioembolisation des vaisseaux du foie ou une émission radio est indiquée.

    +7 (925) 191-50-55

    Moscou, Dukhovskoy pereulok, 22b

    Complications du cancer de l'intestin

    Les complications les plus fréquentes du cancer intestinal sont l’obstruction intestinale, les saignements de la tumeur, la perforation de la tumeur, l’inflammation de la région tumorale.

    Les complications énumérées du cancer de l'intestin représentent un danger immédiat pour la vie du patient. Seule une aide ponctuelle dans de tels cas peut sauver le patient de la mort avant que le cancer de l'intestin puisse entraîner la mort.

    Il s’agit d’une complication du cancer de l’intestin causé par le chevauchement de la lumière intestinale avec une tumeur. Cette complication du cancer de l'intestin est plus caractéristique des tumeurs du côté gauche du gros intestin, car son diamètre est plus étroit que le reste. Certains symptômes précèdent souvent le développement d'une obstruction intestinale aiguë: divers troubles gastriques, nausées, goût désagréable dans la bouche, sensation de lourdeur et de ballonnement, douleur abdominale de nature indéterminée, souvent paroxystique, comme une colique intestinale. Après une crise de douleur, les patients remarquent souvent une sensation de mouvement du contenu à travers les intestins et un grondement sourd dans l'abdomen, ce qui se termine par une selle liquide épaisse. Si la douleur ne cesse pas et que les gaz ne disparaissent pas, il n'y a pas de selles - il s'agit probablement d'une obstruction intestinale et une hospitalisation d'urgence est indiquée dans une clinique chirurgicale. En règle générale, lorsque l'obstruction intestinale nécessite une intervention chirurgicale urgente.

    Saignement de la tumeur.

    Dans la très grande majorité des cas, cette complication du cancer de l'intestin se manifeste par la libération de sang par l'anus. Le sang peut être frais si la source du saignement provient du bas de l'intestin ou modifié si la source se trouve dans l'intestin initial. Outre l'allocation de sang, cette complication du cancer de l'intestin se manifeste également par les symptômes généraux du saignement - faiblesse, vertiges, chute de pression, augmentation du pouls et pâleur.

    En cas de saignement, une hospitalisation urgente est également nécessaire.

    L’essence de ce cancer du côlon réside dans l’apparition d’un trou traversant dans la paroi intestinale: elle se manifeste par des douleurs abdominales très intenses et nécessite une intervention chirurgicale d’urgence après une courte préparation préopératoire de plusieurs heures.

    Parfois, les tumeurs sont compliquées par le processus inflammatoire, ce dépôt de cancer intestinal est dû à la libération du contenu intestinal au-delà de l'intestin par le biais de perforations microscopiques. Cela peut entraîner la formation d'un abcès ou une infiltration. Cette complication du cancer de l'intestin n'est pas aussi aiguë que les précédentes, mais nécessite encore un traitement intensif et, dans certains cas, une intervention chirurgicale.

    Poser une question à l'oncologue

    Si vous avez des questions pour les oncologues, vous pouvez les poser sur notre site Web dans la section de consultation.

    Informations détaillées sur le diagnostic et le traitement de l'oncologie dans les centres médicaux israéliens

    Inscrivez-vous à la newsletter Oncologie et restez au courant de tous les événements et actualités du monde de l'oncologie.

    Traitement et diagnostic du cancer du côlon - ses premiers symptômes

    Un pourcentage élevé de la population de notre planète se montre plutôt méprisant pour leur propre santé. Ils ont très rarement recours à des soins médicaux s’il ya suffisamment de violations graves des activités du corps. Très souvent, de telles violations peuvent être irréversibles. Il est nécessaire de prendre soin de votre santé tout en écoutant chaque alarme que votre corps vous donne. Le manque d'appétit et les ballonnements peuvent indiquer que vous développez un cancer du côlon.

    Comment se développe le cancer du côlon?

    Le cancer lui-même est caractérisé par une division excessive et la formation de nouvelles cellules. Dans un corps en bonne santé, les vieilles cellules meurent, remplacées par de nouvelles. Le processus de ce "remplacement" est contrôlé par un ensemble de gènes contenus dans le noyau de chaque cellule. Dans le cas d'une mutation génétique, à la suite d'une exposition à des facteurs externes, due à l'hérédité, ou pour les deux raisons en même temps.

    Le cancer du côlon se développe progressivement sur plus d'un an. L'essence de la maladie est la suivante. Sur la membrane muqueuse des parois du côlon peuvent former des polypes (excroissances).

    À partir du moment où ils se forment, ces excroissances sont inoffensives jusqu'à ce que leur transformation en polypes malins se produise.

    Cette transformation est due à une mutation génétique. De nombreux types de polypes sont classés, mais un seul type peut se transformer en tumeur cancéreuse: les polypes adénomateux.

    Au fur et à mesure que la maladie progresse, la tumeur grandit, non seulement dans les parois du côlon, mais également dans les organes voisins.

    Les cellules cancéreuses peuvent pénétrer dans le sang ou la lymphe, entraînant leur propagation dans tout le corps et provoquer le cancer dans d'autres organes. Ces foyers secondaires de maladies s'appellent des métastases.

    Les raisons en sont peut-être massives. Le principal est le régime alimentaire malsain, qui consiste en une consommation excessive de viande et de produits à base de farine, en raison du manque de nourriture végétale dans le régime alimentaire. Les maladies du côlon et de l'hérédité ont un effet très bénéfique sur l'apparition et le développement de la maladie. Les personnes âgées sont plus sujettes au cancer du côlon.

    Classification des maladies

    La classification du cancer du côlon est réalisée en fonction de divers signes et paramètres. La maladie est divisée en types en fonction de son degré de progression, de la nature du parcours, des caractéristiques de la structure cellulaire de la tumeur. Cette classification est très importante car la définition d'un diagnostic précis contribue à la désignation du traitement le plus approprié.

    Par la nature de sa croissance, le cancer du côlon est divisé en les formes suivantes:

    • Exophytique. La tumeur se développe vers la cavité intestinale
    • Endophyte La tumeur se développe dans la paroi intestinale
    • Comme une soucoupe. Ce formulaire est une combinaison des deux précédents.

    À ce jour, le développement de la maladie se caractérise par quatre stades, caractérisant le degré, la localisation du cancer et le métostazov.

    Conseil E. Malysheva

    Pour se débarrasser du mucus, du pus et du sang dans les matières fécales - pas besoin de pilules! Écrivez une recette simple mais efficace qui vous aidera à vous débarrasser une fois pour toutes d'un diagnostic aussi déplaisant. Vous avez juste besoin de brasser dans la matinée normale.

    Manifestations cliniques

    Les symptômes du cancer du côlon peuvent varier en fonction du stade de développement et des caractéristiques de l'évolution de la maladie.

    Les symptômes du cancer du côlon dans les premiers stades

    Aux premiers stades du cancer, les symptômes de sa manifestation sont pratiquement absents. Le patient ne remarque tout simplement aucun changement évident dans le fonctionnement de son corps. En posant des questions minutieuses, le sujet peut identifier des changements tels que la perte d’appétit, l’émergence d’une faiblesse générale, une performance réduite.

    Symptômes communs

    À mesure que la maladie progresse, des symptômes plus distincts commencent à apparaître. Les principaux indicateurs du cancer du côlon sont:

    1. Grondement fréquent dans l'abdomen;
    2. Apparition de la constipation;
    3. Selles molles;
    4. Spasmes et douleurs sourdes dans les intestins;
    5. Ballonnements qui se produisent indépendamment du repas;
    6. Augmentation de la température corporelle;
    7. La survenue d'une anémie (anémie);
    8. La présence de sang dans les fèces.

    Symptômes chez les femmes et les hommes

    Le cancer du côlon touche presque également la moitié forte et la moitié faible de l’humanité, bien que le pourcentage d’hommes atteints de cette maladie soit légèrement supérieur à cet indicateur chez les femmes.

    Outre les principales manifestations de la maladie, caractéristiques chez les hommes comme chez les femmes, les signes inhérents aux représentants d'un genre particulier sont également caractéristiques de ce cancer. Ces manifestations sont associées à un dysfonctionnement du système reproducteur.

    Diagnostic de la maladie

    Pour déterminer si un patient a le cancer du côlon, on utilise diverses méthodes de diagnostic que le médecin peut prescrire en fonction des symptômes.

    Radiologie

    La radiographie est une méthode de diagnostic assez efficace dans ce cas, car elle permet de détecter une tumeur cancéreuse en l'absence de toute manifestation évidente de la maladie.

    La méthode est basée sur l’utilisation d’une suspension de baryum contrastante, introduite dans l’intestin par voie orale ou par lavement.

    Test du cancer du côlon

    Le moyen le plus simple et le plus économique de dépister le cancer du côlon consiste à acheter un alcootest spécial dans une pharmacie.

    Cette méthode n'a pas encore été largement reconnue et distribuée, mais elle est déjà utilisée pour diagnostiquer le cancer.

    Vidéo:

    Méthodes de laboratoire

    Le diagnostic peut également être effectué en laboratoire au moyen d’essais appropriés. Au but de cette méthode de contrôle sanguin et de remise des matières fécales. Le sang est vérifié pour les changements causés par le développement d'un cancer, l'apparition éventuelle d'une anémie. Les fèces sont contrôlées pour le sang caché, ce qui n'est pas toujours possible de déterminer dans les selles à l'œil nu.

    Peut-être la nomination d'une biopsie, qui consiste à retirer un fragment de la tumeur dans le but de poursuivre les recherches en laboratoire.

    Test génétique

    La méthode est prescrite si le patient a un parent du premier ordre atteint du cancer du côlon et des symptômes du cancer chez le sujet lui-même. On conclut l'examen génétique en identifiant les gènes dans le génome du patient qui sont responsables du processus de mutation de cellules saines en cellules cancéreuses.

    Échographie

    L'étude du colon pour le cancer à l'aide d'ondes ultrasonores permet de déterminer avec précision non seulement la présence d'un cancer, mais également le stade de son développement, la pénétration possible dans les organes voisins, la propagation des métastases. Un équipement spécial vous permet d’établir sur l’écran du moniteur une projection tridimensionnelle de la zone d’étude, affichant toutes les nuances du cours du cancer du côlon.

    Méthodes endoscopiques

    Ces méthodes de diagnostic du cancer du côlon pénètrent directement sur le site de la tumeur à l'aide de dispositifs spéciaux. Les méthodes endoscopiques comprennent la sigmoïdoscopie et la coloscopie.

    La recanoscopie est réalisée à l'aide d'un tube optique spécial équipé d'un éclairage.

    Les lentilles du tube permettent d’augmenter le champ de vision de manière à observer les modifications pathologiques des parois du côlon.

    La coloscopie est réalisée de la même manière, sauf que le tube est équipé d'une caméra vidéo dont l'image est transmise au moniteur.

    Stades du cancer du côlon

    Les stades du cancer du côlon sont représentés par quatre stades principaux:

    • Stade I Une tumeur cancéreuse n'affecte que la membrane muqueuse du côlon.
    • Étape II Moins de la moitié de la circonférence intestinale est atteinte, la tumeur ne dépasse pas ses limites. Caractérisé par l'absence de métastases régionales. Dommages possibles à l'ensemble de la paroi intestinale.
    • Étape III. La tumeur couvre plus de la moitié de la circonférence du côlon. Il se caractérise par l'absence et la présence de métastases régionales.
    • Étape IV. Le dernier stade du cancer du côlon, dans lequel une tumeur peut se développer dans des organes voisins sur fond de métastases régionales ou distantes.

    Complications possibles et pronostic de survie

    Les complications causées par le cancer du côlon sont associées à la pénétration de métastases dans d'autres parties du corps et des organes internes. Le plus souvent, les nouveaux foyers d'oncologie peuvent être:

    • Le foie. En raison du fait que les trois quarts du sang dans le foie proviennent des intestins, le risque de cancer du foie est très élevé. Il se manifeste par une diminution de l'appétit, des nausées, des vomissements. Dans ce contexte, il est possible de diagnostiquer la jaunisse.
    • Péritoine Le cancer péritonéal peut se développer lorsque la tumeur atteint une taille suffisamment grande pour y proliférer. La progression du cancer dans cette zone implique le transfert de cellules cancéreuses vers les organes couverts par le péritoine.
    • Poids léger Manifesté sous la forme d'une toux avec du sang et des douleurs dans le sternum.

    Un cancer progressif ferme la lumière du côlon, perturbant sa perméabilité.

    Comment traiter?

    Le traitement du cancer du côlon se fait de deux manières: par chirurgie ou chimiothérapie.

    La méthode la plus efficace consiste à effectuer une opération chirurgicale permettant d'éliminer la cause du cancer du côlon - l'enlèvement de la tumeur. Une intervention chirurgicale en temps opportun peut augmenter considérablement les chances de survie du patient.

    La chimiothérapie implique l’utilisation de médicaments spéciaux (capécitabine, leucovorine), dont l’action vise à réduire la taille du cancer, en prévenant la propagation des métastases. Cette méthode de traitement du cancer du côlon peut être utilisée à la fois comme traitement primaire et avant ou après une intervention chirurgicale.

    Régime alimentaire

    Les personnes atteintes d'un cancer du côlon doivent suivre scrupuleusement un régime alimentaire spécifique qui favorise l'immunité et empêche tout développement ultérieur du cancer.

    Il est nécessaire d'arrêter de manger des graisses d'origine animale (saindoux, viande frite, margarine). Requis pour utiliser des aliments contenant du sélénium:

    Prévention

    L'émergence d'un cancer du côlon peut prévenir diverses mesures préventives. Le plus efficace de ceux-ci est un examen systématique par un médecin. Des méthodes tout aussi efficaces de prévention du cancer sont une alimentation saine et l'activité physique.

    Dans quels cas enlèvent-ils la colostomie?

    Une colostomie est un trou dans la peau par lequel le gros intestin est extrait pour répondre à des besoins naturels. Lorsque le cancer du côlon est affiché dans les cas suivants:

    • La majeure partie du côlon a été enlevée à cause du cancer;
    • Afin de rétablir la perméabilité de l'intestin, lorsque la tumeur ne peut pas être enlevée;
    • La tumeur se propage aux organes internes proches;
    • Inflammation dans le côlon après chimiothérapie.

    Avez-vous un groupe d'invalidité pour le cancer du côlon?

    Si le patient a un cancer du côlon, il est possible de recevoir l'un des trois groupes d'invalidité, selon le degré de cancer et la gravité des complications:

    • Groupe I - la tumeur ne peut pas être guérie ou des métastases ont provoqué le développement d'un cancer dans d'autres organes;
    • Le groupe II est destiné aux personnes ayant subi une intervention chirurgicale au cours de la troisième phase du cancer et aux patients nécessitant des soins de tiers;
    • Groupe III - Incapacité de travailler par profession après une chirurgie, colostomie.

    Les avis

    «J'ai fait face au cancer du côlon lorsqu'il a été diagnostiqué avec sa mère. Longtemps plaint de douleurs dans les intestins. Envoyé pour examen, où une coloscopie a montré une tumeur et un cancer dans la deuxième étape. Opération sur l'intestin. La mère a reçu le troisième groupe d'invalidité, mais la maladie semble avoir reculé. Tourné à temps. "

    Médecin gastro-entérologue pratiquant. Expérience - 9 ans dans une clinique privée. Vous n'avez pas trouvé la réponse à votre question - demandez à l'auteur!

    Cancer du colon - complications

    Complications des tumeurs du côlon

    Dans certains cas, au cours du développement du cancer du côlon et du cancer du rectum, des complications de cette maladie peuvent se développer, constituant une menace immédiate pour la vie d’une personne ou alourdissant considérablement son état. Dans ce cas, seul un appel immédiat à une aide médicale et à un traitement approprié peut éviter au patient des conséquences graves, voire mortelles.

    Au moment de l'opération, la chimiothérapie pour le cancer du côlon vous permet de faire des prédictions positives. Mais il faut garder à l’esprit que le pronostic du cancer du côlon est directement lié au nombre et à la nature des métastases, à l’ampleur des lésions tissulaires causées par une tumeur maligne. En d’autres termes, plus la tumeur est avancée, moins le pronostic est favorable. La connaissance de la clinique et les caractéristiques de l'apparition de complications du cancer du côlon et du cancer rectal nous permettent de fournir une assistance rapide au patient, et parfois de lui sauver la vie.

    Les complications les plus caractéristiques du cancer du côlon et du rectum:

    • Saignement d'une tumeur
    • Tumeurs compliquées par une obstruction intestinale
    • Tumeurs compliquées par une perforation de la paroi intestinale
    • Tumeurs compliquées d'inflammation

    Saignement d'une tumeur

    Les saignements de la tumeur se manifestent par la libération de sang par l'anus. Il peut être aussi frais (écarlate), si la tumeur est située dans les sections inférieures du côlon, ou sombre (sous la forme de selles poisseuses - méléna), si la tumeur est située dans les premières sections de l'intestin. En outre, il peut exister des symptômes généraux de saignement (faiblesse, vertiges, perte de conscience, pâleur de la peau, pouls rapide, baisse de la pression artérielle, etc.).

    Si ces symptômes apparaissent, vous devez immédiatement appeler une ambulance qui, si vous confirmez le saignement ou si vous vous méfiez de celui-ci, conduira le patient à l'hôpital chirurgical. En règle générale, le traitement commence par un traitement hémostatique. S'il s'avère inefficace et que le saignement se poursuit, une opération d'urgence est possible, au cours de laquelle la tumeur qui sert de source au saignement est retirée.

    Obstruction intestinale

    L'obstruction intestinale est une affection provoquée par le chevauchement de la lumière intestinale avec une masse tumorale.

    Cette complication est très caractéristique des tumeurs du côlon gauche, car son diamètre est déjà présent et une obstruction peut survenir avec une taille de tumeur plus petite que dans la moitié droite.

    Lorsque la tumeur se situe dans le côlon transverse, dans l’angle splénique, l’obstruction intestinale est précédée de symptômes caractéristiques de troubles de la fonction gastrique sous forme de nausées et de sensations désagréables dans la bouche, de sensation de lourdeur et de gonflement dans la région épigastrique. Des douleurs abdominales sans localisation spécifique se rejoignent, mais le plus souvent, elles se manifestent dans les régions épigastriques et iliaques droites. Les douleurs sont paroxystiques, comme les coliques intestinales, et s'accompagnent d'une distension de l'intestin.

    À la fin des douleurs abdominales, les patients ressentent une augmentation du mouvement des masses intestinales dans les intestins et un grondement retentissant. Après l'attaque, les selles liquides fétides sont abondantes. Des accès douloureux se reproduisent périodiquement et sont parfois associés, d’après les patients, à la consommation d’une grande quantité de nourriture grossière. Ces accès de douleur sont de véritables annonciateurs d'une obstruction intestinale. Par la suite, pendant l'attaque, il y a un retard complet du gaz et des selles, mais de telles attaques peuvent souvent être arrêtées en utilisant des lavements et des bains chauds. Mais malgré tout, tôt ou tard se développe une obstruction intestinale complète.

    Obstruction colique aiguë - indication d'une hospitalisation d'urgence dans le service de chirurgie et, en règle générale, d'une intervention d'urgence. Si possible, la tumeur est enlevée. Si cela n'est pas possible ou si le chirurgien ne subit pas une telle opération, une colostomie (le gros intestin est placé sur l'abdomen) est superposée au-dessus de l'obstruction (au-dessus de la tumeur) afin de préserver le patient de la nécrose de la paroi intestinale en raison de son étirement excessif (gangrène) et de sa mort.

    Perforation tumorale

    La perforation d'une tumeur est l'apparition d'un trou traversant dans la paroi du côlon directement dans la cavité abdominale. En même temps, le contenu intestinal (matières fécales) coule de l'intestin dans la cavité abdominale et provoque une grave inflammation de tous les tissus et organes de l'abdomen (péritonite). Si une personne n'est pas aidée immédiatement, la mort survient dans plus de 50% des cas.

    Les manifestations de la perforation sont une douleur intense dans l'abdomen. L'abdomen devient tendu et la sensation est très douloureuse. Il peut y avoir une bouche sèche, des nausées ou des vomissements. Si de tels symptômes apparaissent, vous devez également appeler immédiatement une ambulance et vous coucher. Il est acceptable de poser un coussin chauffant froid sur la zone la plus douloureuse. En aucun cas, vous n'avez pas besoin de prendre d'analgésiques avant de consulter votre médecin. Cela atténuera la douleur et laissera une image floue, ce qui pourrait le pousser à évaluer la situation de manière incorrecte.

    Après confirmation du diagnostic, tous les patients présentant une perforation tumorale sont hospitalisés dans le service de chirurgie et opérés immédiatement ou après la préparation préopératoire.

    Processus inflammatoire

    Dans certains cas, le processus inflammatoire complique les tumeurs du côlon. Cela se produit par la libération du contenu infecté du côlon dans les tissus environnants (en règle générale, par microperforation - défauts microscopiques de la paroi intestinale dus à la désintégration de la tumeur). En même temps, un infiltrat inflammatoire ou un abcès autour de l'intestin se forme.

    Cette maladie survient généralement de manière chronique et se manifeste par des douleurs abdominales, de la fièvre. Dans le même temps, une grande formation ressemblant à une tumeur, des tissus inflammatoires autour de la tumeur, peut être ressentie dans l'abdomen.

    Souvent, cette condition peut simuler une variété de maladies inflammatoires de la cavité abdominale et dans l'espace rétropéritonéal (phlegmon paroi abdominale, psoit purulente, paranephritis, le processus inflammatoire dans les organes génitaux féminins, la péritonite limitée (abcès sous-diaphragmatiques et appendiculaire, inflammation pelvienne, des abcès pelviens etc.), ainsi que la péritonite diffuse).

    Cancer du côlon: causes, symptômes, traitement et régime

    Selon les statistiques, la pathologie en Russie occupe le 4e rang parmi tous les processus oncologiques et le taux de mortalité est d'environ 30%.

    Selon le service affecté, le cancer du côlon gauche et du côlon droit est isolé. Plus de détails sont divisés en oncologie du caecum, du côlon ascendant, du côlon transverse et du côlon descendant, du sigmoïde et du rectum.

    S'ils parlent du processus de la moitié gauche, ils désignent la section descendante, le sigma et le rectum. Les segments de droite incluent le caecum et le côlon ascendant.

    Classification du cancer du côlon par TNM

    Maintenant dans le monde, pour des raisons de commodité et de compréhension, ils ont adopté une classification unifiée des lésions malignes selon le système TNM. Dans cette abréviation, chaque lettre a sa propre signification.

    T - le centre de la tumeur primitive, la localisation du processus lui-même. N - transition du facteur dommageable vers les ganglions lymphatiques. M - métastases tumorales, l'émergence de foyers de cancer filles dans d'autres organes.

    Sur l'objectif principal, allouez:

    • Tx - pas de données pour une évaluation complète de la localisation primaire de la tumeur;
    • T0 - la tumeur primaire n'a pas été détectée.
    • T est - cancer sur place ou carcinome in situ (in citu);
    • T 1 - le processus n'affecte que la sous-muqueuse;
    • T2 - le cancer se développe dans la couche musculaire;
    • T 3 - dommages à la totalité de la paroi du corps, dommages à la couche sous-séreuse;
    • La T 4 - oncologie se propage au péritoine et aux organes adjacents.

    Par atteinte ganglionnaire:

    • Nx - informations insuffisantes sur l'évaluation de l'état des ganglions lymphatiques locaux et régionaux;
    • N0 - pas de métastases ganglionnaires détectées;
    • N 1 - affecté de 1 à 3 ganglions lymphatiques;
    • N 2 - plus de 3 formations lymphatiques locales ou distantes sont impliquées dans le processus.

    Selon la métastase et l’apparition de foyers secondaires d’oncologie dans d’autres organes:

    • Mx - difficile à évaluer les foyers métastatiques;
    • M0 - pas de métastases détectées.
    • MI - il y a un organe ou des organes qui sont affectés par les métastases.

    Les métastases sont des cellules d'origine maligne, qui se sont propagées depuis le foyer initial vers d'autres organes et systèmes.

    Le plus souvent, lors de lésions intestinales, le foie, les poumons, les os et le cerveau sont impliqués dans le processus de complications secondaires telles que les métastases. Les accumulations de foyers métastatiques sont transférées avec du sang, de la lymphe ou peuvent germer d'elles-mêmes dans les tissus voisins.

    Autres classifications d'oncologie du gros intestin

    Selon le type de tissu à partir duquel le focus est formé, on distingue:

    • Cancer du côlon - formation d'oncologie à partir de fibres du tissu conjonctif. Le plus souvent, il s'agit d'un type de lésion glandulaire.
    • Le cancer épithélial est caractéristique de la formation de types cellulaires de divers épithélium qui tapissent le corps.

    Sous forme de croissance est:

    • Croissance endophyte - quand une formation ressemblant à une tumeur se développe dans la paroi même de l'organe.
    • Exophytique - lorsque la saillie est réalisée dans la lumière intestinale.
    • Champignon - une tumeur sur une jambe épaisse avec une base lourde;
    • En forme de chou-fleur - a plusieurs pattes avec des bases;
    • Sous la forme d'un polype.

    Causes du cancer du côlon

    Jusqu'à présent, le monde n'a pas identifié de cause non équivoque des processus de cancer dans le corps humain. Mais il existe des hypothèses prouvées selon lesquelles l'oncologie se produit dans le corps avec un système immunitaire affaibli.

    Chaque personne possède un ensemble de cellules avec un ensemble génétique oncologique. Sous certaines conditions, ils sont activés. Si leurs propres mécanismes immunitaires sont suffisamment actifs, ils suppriment ces mêmes oncogènes.

    Au contraire, si l’immunité est endommagée, elle ne résiste pas à l’oncologie et commence à se développer. Un certain nombre de facteurs contribuent à la formation de néoplasmes intestinaux:

    • L'âge du patient. Un plus grand nombre de cas enregistrés chez les personnes âgées et l'âge sénile. Ceci est directement lié à la compétence immunitaire du corps. Avec l'âge, les défenses s'affaiblissent.
    • L'utilisation d'un grand nombre de produits carnés pouvant contribuer au dysfonctionnement des organes, notamment des brochettes, des viandes fumées, des viandes séchées. Dans le même temps, une diminution de la fibre alimentaire de fibre végétale, donc nécessaire pour une digestion adéquate.
    • Facteurs prédisposants sous la forme de maladies chroniques du tractus gastro-intestinal: maladie de Crohn, colite ulcéreuse, fissures.
    • Polypose et maladie de l'intestin diverticulaire.
    • La présence de convulsions de l'intestin et la violation de boucles, dans lequel l'approvisionnement en sang et la trophicité de la zone endommagée se détériorent.
    • Infections virales, bactériennes et helminthiques fréquentes.
    • Obstruction intestinale, constipation.
    • Aliments nuisibles avec consommation excessive d'aliments gras, fumés, boissons gazeuses.
    • Habitudes nocives sous forme de dépendance à l'alcool et au tabac. Une exposition particulièrement forte à la fumée de tabac, car il est scientifiquement prouvé que cela provoque l’activation des processus cancérogènes.
    • Mode de vie sédentaire. De ce fait, le péristaltisme et les modifications trophiques de la section intestinale se modifient et la congestion apparaît.
    • Prédisposition héréditaire
    • La présence de processus oncologiques dans d'autres organes et systèmes.

    Stade de la maladie

    Selon la distribution et l'étendue de la lésion maligne, on distingue une certaine stadification:

    Stade 1. Stade initial auquel la maladie n'a pas encore commencé et est soumise à une guérison complète. Elle est caractérisée par une tumeur locale dans un segment, de petite taille, sans métastases ni lésion du tissu lymphoïde.

    Étape 2 A. Les dimensions sont déjà plus grandes, mais elles ne grandissent pas dans l’épaisseur de la paroi et occupent moins de 1/3 de la lumière. Il n'y a pas non plus de processus métastatiques ni d'atteinte des ganglions lymphatiques.

    Stade 2 B. La germination aura déjà lieu dans la paroi même du corps. Le même processus avec un traitement approprié peut être réversible et curable.

    L'étape 3 est déjà plus négligée et dangereuse. Le taux de survie au stade 3 du cancer du côlon est d’environ 60%.

    3 A - la grande taille de la tumeur, elle peut prendre plus de la moitié de la lumière, viole gravement la fonction de l'intestin. Génère un inconfort évident et des manifestations cliniques prononcées.

    3 В - jonction des métastases dans les ganglions lymphatiques et les organes voisins.

    Étape 4 - le degré le plus dangereux et le plus négligé. Grande lésion, lésion des ganglions lymphatiques, germination dans les organes voisins, métastases étendues. Degré défavorable pronostique.

    Combien vivent dans le cancer

    Plus la maladie est diagnostiquée tôt, plus les chances de guérison et de survie sont grandes.

    Avec un traitement adéquat aux stades 1 et 2, une guérison complète est possible. Dans de tels cas, les gens continueront à vivre normalement jusqu'à la vieillesse.

    Au stade 3, les pronostics de survie sont moindres, mais si le traitement est commencé à l’heure, alors tous les 6 patients sont guéris. L'espérance de vie à 4 degrés ne dépasse généralement pas 5 ans.

    Quels sont les premiers symptômes et signes du cancer du côlon chez l'homme et la femme?

    Aux premiers stades, la pathologie peut ne pas se manifester ni être perturbée. Le patient commence à remarquer des changements cliniques au fur et à mesure que la maladie se propage et se développe. C'est pourquoi il est si important de subir des examens médicaux annuels!

    Symptômes de pathologie:

    • Une sensation d'inconfort ou de lourdeur dans l'estomac. Cela peut être à la fois d'un et de deux côtés. Inquiet constamment, généralement 1-2 heures après avoir mangé.
    • Syndrome de douleur jointe. La douleur peut être de faible intensité, de nature terne ou terne. L'augmentation de la douleur peut être déclenchée par des selles ou un effort physique.
    • Perte d'appétit, apathie. Une personne commence à s'apercevoir qu'elle ne veut pas du tout manger.
    • Perte de poids nette.
    • Symptômes d'intoxication: faiblesse générale, vertiges, dépression, fièvre légère persistante.
    • Augmentation de la formation de gaz, grondement dans l'abdomen.

    Au fur et à mesure que la maladie progresse, des manifestations cliniques plus redoutables et plus graves commencent à apparaître:

    • l'apparition d'une obstruction intestinale. Avec ce symptôme, le plus souvent les patients sont hospitalisés en urgence;
    • changements de couleur des masses fécales - ils acquièrent une teinte semblable à celle du goudron et deviennent noirs. Dans les selles peuvent être des traînées de sang ou de commencer un saignement intestinal.
    • écoulement du rectum, qui peut avoir une nature sanglante, purulente, gluante, putréfiante. Ils peuvent aussi être malodorants.
    • une augmentation de la taille de l'abdomen, ce qui peut être asymétrique.
    • le coma d'intoxication se produit dans les cas les plus négligés.

    Les femmes atteintes d'un cancer du bas intestin peuvent avoir des saignements utérins déraisonnables et des sensations douloureuses pendant les rapports sexuels.

    Cela est dû au fait que la tumeur peut exercer une pression sur l'utérus ou atteindre son épaisseur. Les symptômes de la tumeur peuvent être masqués par une inflammation des appendices, une grossesse extra-utérine, un myome.

    Les hommes peuvent présenter des signes de prostatite, rétention urinaire, impuissance, stérilité.

    Diagnostic du cancer du côlon - comment déterminer la maladie

    Toutes les procédures de diagnostic ne doivent être effectuées que par un médecin qualifié. Comme pour toute autre pathologie, la méthode de diagnostic commence toujours par interroger le patient.

    Le médecin pose une série de questions qui l’aideront à suspecter une maladie et à en exclure d’autres. Il écoute attentivement les plaintes et les détaille, évalue la durée de la maladie, la durée des symptômes, leurs caractéristiques, leur fréquence et leur localisation.

    Il est très important de clarifier les pathologies héréditaires et chroniques chez l'homme, car elles peuvent indiquer la pathologie souhaitée. Il est également important de noter le mode du jour, s'il existe des conditions de travail néfastes, un régime alimentaire.

    Les patients se plaindront, entre autres, d’indisposition, de léthargie et de diminution des performances.

    L'étape suivante du diagnostic consiste à examiner le patient. Le médecin évalue la couleur de la peau et des muqueuses. Avec le cancer de l'intestin, la peau sera pâle et sèche.

    La langue est toujours recouverte de gale blanche ou grise en raison d'une intoxication. La palpation de l'abdomen peut donner au patient des sensations désagréables ou douloureuses.

    Si la tumeur est déjà grosse, vous pouvez la sentir à travers la paroi abdominale. Une condition préalable à l'examen est un examen digital rectal, qui peut indiquer de manière fiable une tumeur dans le bas de l'intestin.

    Après une enquête et un examen, le médecin prescrit les procédures de laboratoire nécessaires. Il y a une évaluation de l'analyse clinique totale du sang. En cas de cancer de l'intestin, je peux être détecté: anémie, diminution de l'hémoglobine, modifications inflammatoires de la leucoformulation.

    Seul un médecin peut l'interpréter correctement. Une méthode supplémentaire peut servir à évaluer la composition biochimique du sang, où ils étudient les enzymes intestinales et les paramètres du tube digestif.

    Une information de diagnostic importante est l'examen des matières fécales par une méthode commune, pour les infections infectieuses et helminthiques, pour le sang occulte. Mais pas toujours avec un test positif pour le sang caché peut être affirmée avec précision le diagnostic de cancer.

    La même image peut donner des hémorroïdes ou des fissures.

    Sur la base des seuls tests de laboratoire, il est impossible de diagnostiquer l'oncologie. Ils ne peuvent que s’orienter dans la voie du choix d’autres études de diagnostic.

    Après cela, des méthodes d'examen instrumentales sont utilisées.

    La technique la plus invasive et non traumatique est l’échographie des organes abdominaux. Il aide à identifier le volume de l’éducation, sa forme, sa taille et sa localisation.

    Après cela, si le centre est trouvé, appliquez des méthodes radiologiques. L'irrigoscopie fournit des informations précises. Un agent de contraste spécial est injecté au patient par voie intraveineuse ou par l’anus, puis, à certains intervalles, un certain nombre d’images radiologiques sont prises.

    Ils observent le remplissage du côlon avec un agent de contraste. Dans les endroits où il y a un processus malin où le contraste ne s'accumule pas, ce symptôme s'appelle la «niche contrastante». Les méthodes endoscopiques plus importantes sont informatives.

    Effectuer la sigmoïdoscopie. L'appareil est un tube spécial avec une caméra à la fin. Entrez-le par l'anus. À l'aide de cet appareil, vous pouvez inspecter la paroi interne du corps et évaluer la présence d'une croissance tumorale.

    Si une tumeur est retrouvée, un morceau de tissu en est immédiatement prélevé pour une biopsie et un diagnostic définitif. À l'aide de l'étude, le médecin peut déterminer immédiatement l'emplacement, la nature de la croissance, la taille, puis choisir l'intervention chirurgicale nécessaire.

    La coloscopie est beaucoup plus étendue. Cela vous permet d'estimer la longueur de tout le côlon. En outre, si nécessaire, vous pouvez prendre le tissu à l'étude de la zone touchée.

    Ils utilisent également la méthode de l'hromoscopie. Il est basé sur la teinture des tissus intestinaux avec des colorants endoscopiques. Le fait est que pendant la peinture, la tumeur accumule immédiatement le pigment du colorant et se détache sur le fond général d’une muqueuse saine. C'est aussi une étude informative.

    Si nécessaire, on peut recourir à la tomodensitométrie et à l'imagerie par résonance magnétique.

    En plus de tout ce qui précède, des tests de dépistage sont utilisés.

    Parmi eux distinguent la définition des marqueurs tumoraux pour la détection du cancer. Lorsque le processus malin dans le corps commence à sécréter des substances spécifiques qui se trouvent dans les fluides biologiques et les médias.

    Détermination dans les masses fécales des mutations oncogènes K-RAS2. Ce gène est détecté par une réaction en chaîne de la polymérase. De plus, la dynamique du traitement est évaluée par sa présence.

    Le CEA est un marqueur tumoral qui se trouve dans le sang des patients atteints de cancer. La structure est une protéine. Très spécifique et informatif.

    La CA 242 est une protéine qui fournit des données sur les processus malins à leurs débuts. C'est très important dans le diagnostic et la prévention du cancer de l'intestin.

    C 19-9 - est spécifique d'une tumeur de n'importe quelle localisation du gros intestin.

    Est-il possible de guérir la maladie et quelles sont les méthodes de traitement

    En pratique médicale, cas prouvés de guérison complète du cancer. Tout dépend du degré du processus, de la taille de la lésion, du type de tumeur et du type de cellules à partir desquelles elle se forme.

    Si le processus est diagnostiqué aux stades les plus précoces, tels que les premier et second, le pourcentage de récupération complète est très élevé et approche les 90%.

    Même lorsque la tumeur a atteint le stade 3, mais sans métastases, un traitement complexe conduit à une guérison sans récidive et la personne vit pleinement.

    Des complications

    Sont fréquents avec ces derniers degrés et les défaites de grandes surfaces. Ceux-ci incluent:

    • Saignement de la tumeur;
    • Désintégration de la tumeur elle-même;
    • Intoxication par le cancer;
    • Rupture et perforation de la paroi de l'organe;
    • Métastase à distance;
    • Suppuration, jusqu'à la septicémie;
    • Obstruction intestinale;
    • Violation de la fonction du corps;
    • L'anorexie.

    Traitement de l'adénocarcinome et d'autres types de tumeurs du côlon

    À n'importe quel stade et forme, le traitement devrait toujours être complet avec une approche individuelle pour chaque patient.

    1. L'élément le plus important de ce jour reste la chirurgie opératoire, au cours de laquelle divers types d'opérations sont effectués dans les cas de cancer du côlon.

    Le type de chirurgie, le volume de la zone retirée dépend de l'emplacement, de la taille et de l'agressivité de l'oncologie. Si la tumeur est de petite taille dans un endroit facilement accessible, elle est enlevée avec un traumatisme minimal des zones adjacentes.

    Le pronostic de survie après de telles interventions est extrêmement favorable. Si une grande zone est impliquée dans la pathologie, que la tumeur se développe dans les tissus adjacents, une opération appelée colectomie est effectuée.

    C'est l'enlèvement complet ou une partie du gros intestin. En outre, ils éliminent non seulement la zone atteinte, mais également tous les ganglions lymphatiques régionaux. Dans ces cas, imposer une colostomie.

    Il s’agit de l’ouverture excrétrice sur la paroi abdominale antérieure pour vider les intestins. Dans les cas avancés, la nutrition parentérale est utilisée, c'est-à-dire par voie intraveineuse pour contourner le tube digestif.

    2. La deuxième étape obligatoire est la nomination d'une chimiothérapie. La chimiothérapie est un groupe pharmacologique de substances qui affectent l'activité vitale et la mort cellulaire.

    L'inconvénient est que non seulement les cellules cancéreuses, mais aussi les cellules saines meurent. Cet effet s'appelle cytostatique. La chimiothérapie est réalisée uniquement sous la supervision d'un oncologue!

    Si la chimiothérapie est prescrite après une intervention chirurgicale, elle vise à supprimer l’apparition de nouvelles cellules cancéreuses et, le cas échéant, à arrêter la croissance de la tumeur.

    Le plus souvent, pas un médicament de chimiothérapie est utilisé, mais leur combinaison dans les schémas et les dosages nécessaires. Avec la chimie dépenser une thérapie hormonale.

    3. Radiothérapie - effet des rayons gamma sur la tumeur et les métastases. Également utilisé en combinaison avec d'autres méthodes. L’inconvénient est que la méthode peut laisser des brûlures sur la peau de la zone projetée et que les rayons n’atteignent pas toujours l’emplacement souhaité, car l’intestin peut se déplacer.

    Dans le cancer du côlon, une attention particulière est accordée à la nutrition et au régime alimentaire, en particulier après une intervention chirurgicale. Les premiers jours immédiatement après la chirurgie, le patient montre sa faim. Procéder à une nutrition parentérale. Le mélange de nutriments est administré par voie intraveineuse.

    Ensuite, à mesure que le patient se remet, un régime spécial, facile à digérer, est prescrit. Les repas doivent être fractionnés, en petites portions toutes les 2 à 2,5 heures. Premièrement, tous les aliments doivent être sous forme liquide ou essuyée.

    Le régime alimentaire devrait comprendre beaucoup de glucides, un peu moins de protéines et complètement exempt de graisse. Il est très important de consommer une grande quantité de liquide sous forme d’eau potable, de compotes non sucrées, de thé chaud.

    Les produits laitiers, alcool, frits, gras, fumés, en conserve sont complètement exclus du régime.

    Permis d'utilisation: bouillies d'eau, purée de fruits, légumes frais moulus, soupe de légumes liquide sans bouillon de viande grasse, soupes de purée de carottes, poisson bouilli non gras, pommes de terre froissées sans huile, gelée.

    Le traitement du cancer du côlon avec des remèdes populaires, en tant que thérapie indépendante, n'existe pas. Cela ne peut aller qu'en complément du traitement principal. Infusions recommandées d'herbes camomille, rose sauvage, ortie - avec saignement grave.

    L'aneth et le persil cru ont les propriétés curatives. Les verts devraient être consommés ou faire des infusions. Seulement vous ne devriez pas verser d’eau bouillante, sinon toutes les propriétés curatives seront perdues.

    Prévention des maladies

    Une prophylaxie spécifique sous forme de vaccination contre les maladies oncologiques du gros intestin n'a pas encore été inventée. Cependant, il existe un certain nombre de mesures du comportement individuel qui aideront à prévenir la maladie:

    • Refus de leurs mauvaises habitudes: tabagisme, dépendance à l'alcool, etc.
    • Respecter le régime alimentaire avec la consommation de haute teneur en fibres végétales et une faible teneur en viande fumée, viande rôtie, saucisses, plats cuisinés.
    • Buvez beaucoup de liquides par jour et consommez au moins 1,5 litre.
    • Mener une vie active, faire du sport, respecter le régime du jour, travailler et se reposer.
    • Subir des examens médicaux réguliers.

    Si vous suivez ces règles simples, votre santé sera à un niveau élevé.