Principal / Ulcère

La péritonite, c'est quoi? Symptômes et traitement

Ulcère

La péritonite est un processus d'inflammation du péritoine. Avec la péritonite, il y a une violation du fonctionnement des organes due à une intoxication grave du corps. Le tissu conjonctif du péritoine enveloppe tous les organes internes de la cavité abdominale et sert de limiteur entre l'environnement interne de la cavité abdominale et les muscles abdominaux.

Lorsqu'il est exposé à des microorganismes pathogènes ou à des agents chimiques à la surface du péritoine, il est capable de libérer des substances spéciales qui arrêtent ce processus. Si le nombre de facteurs pathogènes est important, le péritoine est impliqué dans l'inflammation et une péritonite se produit. La péritonite est une maladie très grave. Lorsque cela se produit, un traitement médical d'urgence est nécessaire, sinon le décès est possible.

Qu'est ce que c'est

La péritonite est une inflammation des couches péritonéale pariétale et viscérale, qui s'accompagne d'un état général grave du corps. La définition générale ne reflète pas totalement la pathologie problématique: du point de vue du chirurgien, les abcès abdominaux doivent être exclus de la définition générale. En règle générale, la péritonite met la vie en danger et nécessite des soins médicaux d'urgence. Le pronostic en cas de traitement tardif ou inadéquat de la péritonite, le pronostic est très défavorable.

Les causes

La péritonite est primaire lorsque la maladie se développe suite à l'introduction de microorganismes dans la cavité abdominale par le sang ou la lymphe, et secondaire lorsque la maladie se développe pendant une inflammation, une perforation ou des lésions d'organes de la cavité abdominale.

Il est possible d'identifier les raisons suivantes menant à la survenue d'une péritonite:

  1. Dommages aux organes abdominaux;
  2. Opérations effectuées sur les organes abdominaux;
  3. Péritonite hématogène (pneumocoque, streptocoque, etc.);
  4. Processus inflammatoires se produisant dans les organes abdominaux (appendicite, cholécystite, salpingite, etc.);
  5. Processus inflammatoires de toute origine, non liés aux organes abdominaux (phlegmon de la paroi abdominale de l'abdomen, processus purulents localisés dans le tissu rétropéritonéal).
  6. Perforations dans les organes abdominaux (ulcère de l'estomac ou duodénal avec ulcère gastroduodénal, appendice avec appendicite gangréneuse ou phlegmoneuse, vésicule biliaire avec cholécystite destructive, côlon avec colite ulcéreuse non spécifique).

Il existe des péritonites bactériennes et aseptiques. Les agents responsables de la péritonite bactérienne sont à la fois des microorganismes aérobies (E. coli, Klebsiella, Proteus, Pseudomonas aeruginosa, staphylocoques) et des bactéries anaérobies (bactéroïdes, Clostridia, peptocoques). La péritonite est souvent déclenchée par une association microbienne, c'est-à-dire une combinaison de plusieurs microorganismes.

La péritonite aseptique se développe lors du contact du péritoine avec le sang, le contenu gastro-intestinal, la bile, le suc pancréatique. Il est à noter qu’après plusieurs heures la microflore est impliquée dans le processus pathologique et que la péritonite aseptique devient bactérienne.

Symptômes de péritonite

Tous les symptômes observés pendant la péritonite peuvent être divisés en symptômes locaux et généraux. Les symptômes locaux surviennent en réponse à une irritation de l'exsudat péritonéal, de la bile et du contenu gastrique. Ceux-ci incluent des douleurs abdominales, une tension musculaire de la paroi abdominale antérieure, ainsi que des symptômes positifs d'irritation péritonéale, qui peuvent être détectés par le médecin au cours de l'examen.

Les symptômes communs se développent sur le fond de l'intoxication. Ce sont des symptômes non spécifiques tels que fièvre, faiblesse, tachycardie, nausée, vomissement, confusion. En outre, le patient est noté non seulement des signes d'inflammation du péritoine, mais aussi les symptômes de la maladie sous-jacente qui a provoqué une péritonite.

Les symptômes de la péritonite de la cavité abdominale par étapes:

  1. Stade réactif. La phase initiale est caractérisée par la prédominance des symptômes locaux et par le développement initial du général. Sa durée est de plusieurs heures à plusieurs jours. Dans la péritonite aiguë purulente, sa durée est limitée à 24 heures. A ce stade, le patient est en position forcée, en règle générale, allongé sur le dos, les jambes entraînées vers l'estomac. Des symptômes communs tels que fièvre et palpitations cardiaques apparaissent. La température est causée par l'activité vitale des bactéries et leur pénétration dans le sang. Le degré d'élévation de la température est directement proportionnel à la pathogénicité des microorganismes. Ainsi, avec la péritonite à streptocoques et à staphylocoques, la température monte à 39 - 40 degrés Celsius. Avec la tuberculose - 38 degrés. En même temps que la température augmente, le nombre de battements cardiaques augmente. À ce stade du développement de la maladie, cela est dû à la fièvre. On sait que pour chaque degré élevé, le cœur augmente le nombre de contractions de 8 battements par minute. Des nausées et des vomissements apparaissent également à ce stade. La langue du patient devient enduite et sèche. Lors de l'examen du patient a révélé une respiration superficielle. Avec le syndrome de la douleur modérée, la conscience est claire, avec la douleur choc - confus. Également à ce stade, des symptômes objectifs d'irritation péritonéale sont détectés, tels que le symptôme de Shchetkin-Blumberg.
  2. Stade toxique. Cette étape dure de 24 à 72 heures. Il commence à prévaloir sur les symptômes courants causés par l’intoxication générale, une altération du métabolisme de l’eau et des électrolytes et des troubles métaboliques. Les toxines sanguines et lymphatiques se répandent dans tout le corps. Tout d'abord, ils atteignent le foie et les poumons, entraînant une insuffisance hépatique et une détresse pulmonaire. La respiration devient fréquente, superficielle, parfois intermittente. Le patient continue à tourmenter les vomissements, les vomissures deviennent malodorantes. Les principales complications à ce stade sont associées à la déshydratation et à des troubles de l’eau et des électrolytes. En relation avec la violation du tonus vasculaire et les changements de la perméabilité de la paroi vasculaire (tous causés par l'action des toxines), le fluide s'infiltre dans la cavité péritonéale. Une anhidrémie se développe, caractérisée par une diminution du niveau de liquide dans le corps. Le patient est tourmenté par la soif, qui ne passe pas lorsqu'il boit. La langue devient sèche, entourée par la floraison brune. La pression artérielle diminue et la fréquence cardiaque compensatoire augmente à 140 battements par minute. Dans le même temps, en raison de l'hypovolémie (pression artérielle basse), les tonalités cardiaques deviennent sourdes et faibles. Les vomissements fréquents entraînent la perte non seulement de l'eau, mais aussi des sels corporels. En raison d'une hypokaliémie et d'une hyponatrémie, des convulsions ou une arythmie peuvent survenir. L'état du patient s'aggrave encore plus avec le développement de l'oligurie. Dans ce cas, le volume quotidien d’urine est réduit de la norme 800-1500 à 500 ml. On sait que tous les produits métaboliques sont excrétés dans l’urine par le corps. Ceux-ci incluent l'urée, l'acide urique, l'indican. Cependant, quand oliguria, ils ne sont pas affichés, mais restent dans le corps. Cela conduit à une toxicité encore plus grande du corps. Dans le même temps, les symptômes locaux de péritonite s’effacent. La tension musculaire disparaît et le ballonnement le remplace. À ce stade, se développe une parésie intestinale caractérisée par l’absence de motilité. La douleur disparaît ou disparaît complètement, ce qui est associé à l'accumulation d'exsudat dans la cavité péritonéale. Si vous ne prenez pas de mesures d'urgence, alors cette étape peut aller au terminal.
  3. Stade terminal Se développe après 72 heures ou plus à partir du début de la maladie. Il se caractérise par la déshydratation et le développement d'un état pré-comateux. Le visage du patient à ce stade correspond aux descriptions d'Hippocrate (facies Hippocratica). Les traits d'un tel visage s'affinent, les yeux et les joues coulent, le teint acquiert une teinte terreuse. La peau devient très sèche et tendue au point d'appuyer les tempes. Conscience confuse, le patient est le plus souvent immobile. L'abdomen est très enflé, la palpation est indolore. Le pouls du patient est une respiration filiforme et intermittente. Aujourd'hui, la phase terminale est bien entendu extrêmement rare. La gravité des symptômes locaux et généraux de la péritonite dépend de son étendue et de la cause de la maladie. Un écoulement par étapes classique est observé avec une péritonite diffuse. Dans les formes localisées, les symptômes ne sont pas aussi prononcés.

Diagnostics

Le diagnostic de la péritonite abdominale comprend un historique complet et une évaluation des plaintes des patients. Ils clarifient la pathologie chronique des organes digestifs, le début de la maladie, son évolution, la gravité des syndromes de douleur et d'intoxication, la durée de la maladie (jusqu'à 24 heures, deux jours ou 72 heures ou plus).

Méthodes d'examen instrumentales:

  • Échographie de la cavité abdominale (pour indications et petit bassin);
  • radiographie de la cavité abdominale (en cas de perforation ulcéreuse - présence de gaz libre, avec obstruction intestinale - bol de Kloyber);
  • laparocentèse (ponction de la cavité abdominale - obtention d'un épanchement massif);
  • ponction par le fornix vaginal postérieur (dans les processus inflammatoires du petit bassin);
  • laparoscopie diagnostique.

À partir des méthodes de recherche en laboratoire, utilisez:

  • numération globulaire complète (croissance des leucocytes à partir de 12 000 ou plus, ou diminution du nombre de leucocytes à moins de 4 000, décalage de la formule à gauche, accélération de la RSE);
  • tests sanguins biochimiques (albumine, enzymes hépatiques, sucre, enzymes pancréatiques, etc.);
  • analyse d'urine;
  • déterminé le statut acido-basique.

Lors de l'examen clinique, le pouls (jusqu'à 120), la pression artérielle (diminution), la fréquence respiratoire et l'abdomen sont évalués. La paroi abdominale est palpée, la cavité abdominale est entendue, les signes d'irritation péritonéale sont déterminés.

Des complications

Les complications d'un type particulier d'inflammation dépendent. Les plus courants sont:

  1. Vaccination contre l’obstruction intestinale - ont un lien étroit avec les adhérences décrites ci-dessus, car elles entraînent des difficultés pour déplacer le contenu de l’intestin.
  2. Adhérences intrapéritonéales (connexions permanentes anormales entre deux zones enflammées de la surface péritonéale, parfois des adhérences peuvent se produire entre le péritoine et les intestins);
  3. Les abcès intrapéritonéaux et sous-phréniques sont des cavités fermées contenant du pus, séparées du reste de la cavité abdominale par des adhérences. Leur dissection peut être le point de départ d'une nouvelle inflammation du péritoine.

Le traitement consiste principalement à opérer et à éliminer la cause de l'inflammation péritonéale, telle que le dépôt d'un ulcère de l'estomac ou le retrait d'une appendicite. En outre, le traitement peut être utilisé sous forme d'antibiotiques et d'analgésiques.

Comment traiter la péritonite?

Selon les concepts modernes, l’un des principaux facteurs déterminant la gravité et les conséquences néfastes de la péritonite est le syndrome d’intoxication endogène.

Au cours des premières étapes du développement, les méthodes chirurgicales sont largement appliquées avec succès, avec une purification radicale du foyer principal et de la cavité abdominale. Cependant, premièrement, il n’est pas toujours possible de procéder à une réorganisation radicale du foyer purulent; deuxièmement, au moment de l'opération, le processus inflammatoire dans la cavité abdominale peut acquérir le caractère d'une infection généralisée. Sur la base de ce qui précède, l'intérêt de la médecine moderne pour les méthodes d'élimination des produits toxiques de la lumière intestinale est compréhensible.

Il est tout à fait logique d’augmenter l’effet de la désintoxication, obtenu par le drainage du tractus gastro-intestinal associé à des entérosorbants. À cet égard, la recherche de tels entérosorbants, qui présenteraient toutes les qualités des sorbants granulés, mais qui en diffère par la fluidité et la capacité acquise de passer par divers drains, est justifiée. Les données expérimentales et les observations cliniques suggèrent que l’entérosorption utilisant le polyfépane peut être utilisée dans un ensemble de mesures pour lutter contre l’endotoxicose avec péritonite diffuse.

À quelques exceptions près (péritonite d’origine gynécologique limitée), le diagnostic de péritonite aiguë implique la nécessité d’une intervention chirurgicale urgente pour déterminer et éliminer la source de la péritonite, la sanation.

Dès 1926, S. I. Spasokukotsky parlait de la nécessité d'un traitement rapide: «Lors d'une péritonite, une intervention chirurgicale dans les premières heures donne jusqu'à 90% des recouvrements, le premier jour - 50% après le troisième jour - seulement 10%». Il convient de noter qu’en 1926, il n’existait aucun antibiotique qui augmentait considérablement le pourcentage de récupération.

Après la chirurgie

Au cours de la période postopératoire, certains problèmes peuvent être associés au fonctionnement normal de l'intestin, à un syndrome douloureux intense, au développement de complications purulentes. Recommandé:

  • surveillance des patients, évaluation horaire de la fréquence respiratoire, du pouls, de la diurèse, de la pression veineuse centrale, des écoulements de drainage;
  • traitement par perfusion avec des solutions colloïdales et cristalloïdes;
  • pour réchauffer les patients, les milieux de perfusion sont chauffés à la température du corps;
  • les poumons sont ventilés pendant 72 heures pour fournir suffisamment d'oxygène aux organes et aux tissus;
  • une solution de glucose est administrée via une sonde nasogastrique;
  • récupération précoce de la motilité intestinale;
  • prévention de la douleur. Les analgésiques narcotiques sont utilisés en association avec des anti-inflammatoires non stéroïdiens. Utilisez le fentanyl, la morphine, le kétorolac.

Prévention

La péritonite est en général une complication des maladies existantes des organes abdominaux. Il se développe souvent sur le fond de l'appendicite, la pancréatite, les ulcères d'estomac. Le but de la prévention de la péritonite est d'informer la population de son danger et du diagnostic opportun des maladies qui y conduisent.

Prévisions

La durée du traitement de la péritonite dépend des causes de la maladie et de la gravité de l'évolution.

En moyenne, il s’agit de 2 à 4 semaines, mais avec un processus étendu et courant, le pronostic est défavorable. Avec une période pouvant aller jusqu'à 24 heures, le pronostic de la péritonite est généralement favorable, avec une période de plus de 24 heures, le taux de mortalité est compris entre 20 et 90%.

Péritonite de la cavité abdominale: principaux symptômes et traitement

La péritonite de la cavité abdominale est appelée processus inflammatoire qui se produit dans le péritoine ou sa membrane. Dans la plupart des cas, confrontés à un diagnostic similaire, les patients sont très contrariés et pensent que personne ne les sauvera. Mais en fait, si vous consultez un médecin à temps et effectuez une opération, la plupart des types de péritonite peuvent être complètement guéris.

Les principales causes de péritonite

La principale raison du développement de la maladie est d'entrer dans la cavité abdominale d'une substance étrangère ou d'une microflore pathogène. Dans la plupart des cas, il s'agit de sécrétions biliaires ou enzymatiques du pancréas.

Mais il existe aussi plusieurs autres causes de péritonite:

  • appendicite, cholécystite, salpingite et autres;
  • la formation de perforations des organes abdominaux, qui se produisent le plus souvent à l'arrière-plan d'un ulcère peptique de l'intestin, de l'estomac ou de la vésicule biliaire;
  • opérations sur les organes internes;
  • péritonite d'étiologie hématogène - pneumocoque, streptocoque;
  • processus inflammatoires qui ne sont pas associés aux organes internes.

Peu importe la cause qui a conduit à l’infection, appelez l’ambulance et rendez-vous à l’hôpital. Chaque minute de retard peut affecter très sérieusement l'état du patient et même entraîner la mort.

Variétés de pathologie

En fonction de l'étendue du processus inflammatoire, ces formes de péritonite sont distinguées:

  • local, n'occupant qu'une région de la cavité abdominale;
  • commun, qui implique de deux à cinq départements;
  • total, où la plupart des sections péritonéales sont impliquées.

Un rôle important dans la détermination du type de maladie et du type d'exsudat sécrété. Ainsi, en médecine, ils distinguent les types suivants:

  • séreux;
  • fibrineux;
  • purulent;
  • hémorragique;
  • la bile;
  • fécale;
  • mixte

Il se produit également une péritonite aiguë et chronique. Dans ce cas, la dernière forme est plus fréquente dans les infections systémiques. La phase aiguë de la maladie passe par plusieurs étapes: réactive, toxique et terminale.

La première étape de la forme aiguë se développe dans les premières 12-24 heures. A ce stade, il se produit un gonflement des tissus du péritoine et une perte d'exsudat.

Au stade toxique de la maladie, une intoxication générale du corps se développe et les symptômes correspondent à l’empoisonnement de la personne. Se développe dans la plupart des cas dans les 72 heures suivant le début du processus inflammatoire.

La phase terminale se développe trois jours après le début du processus inflammatoire. Il se caractérise par la plus forte intoxication du corps.

Symptômes de la maladie

Les symptômes de la maladie se manifestent en fonction de la maladie qui a provoqué la péritonite. C'est sur cette base que la gravité du processus inflammatoire est déterminée. Tous les symptômes sont divisés en locaux et généraux.

Les symptômes péritonéaux locaux sont représentés par les manifestations suivantes:

  • syndrome de douleur;
  • tension des muscles abdominaux;
  • irritation péritonéale.

Les symptômes généraux ne surviennent que dans le contexte de l’intoxication. Ce sont des symptômes tels que fièvre, faiblesse, nausée et vomissements.

Les signes du premier stade de la péritonite

Le premier signe d'inflammation primaire est une douleur abdominale grave, aggravée par le changement de la position du corps. Par conséquent, il est recommandé au patient de rester allongé sur le dos ou sur le côté, les jambes pliées jusqu'à l'arrivée du médecin. Le site de localisation sera la zone de la cavité abdominale, qui est touchée par une inflammation.

Au cours de l'examen, le spécialiste note des signes de tension dans les muscles abdominaux. Avec le développement de la péritonite, des réactions positives à l'irritation péritonéale sont observées. Ainsi, on vérifie le symptôme de Shchetkin-Blimberg, qui consiste à appuyer sur l'abdomen et à en retirer brusquement la main. Si, à ce stade, le syndrome douloureux augmente, nous pouvons alors affirmer que le patient est atteint de péritonite.

Il est également recommandé de vérifier le symptôme de Mendel, qui consiste à tapoter l’abdomen avec les doigts. En fonction de la réaction du patient, le médecin peut déterminer non seulement la présence de douleur, mais également son emplacement.

Parmi les symptômes généraux, le patient peut présenter des nausées, des vomissements et de la fièvre.

Deuxième stade de péritonite

À ce stade de développement, le syndrome douloureux peut être complètement absent, la tension des muscles de la cavité abdominale et les symptômes de son irritation peuvent diminuer. Des signes tels que la constipation, la flatulence, une distension abdominale grave, provoquée par une parésie intestinale, sont mis en avant. Le patient peut commencer à vomir gravement avec une odeur dégoûtante.

Les symptômes d'intoxication augmentent, la température augmente et la pression baisse. Les traits du patient sont très coupants.

Inflammation au troisième stade

L'intoxication devient encore plus prononcée. Le corps souffre de déshydratation, les traits du patient sont aigus et les muqueuses de la bouche et des yeux sèches. La respiration du patient devient superficielle, mais le rythme cardiaque reste fréquent.

L'abdomen du patient est très enflé mais la douleur est complètement absente. Le patient déchire constamment le contenu de l'estomac et des intestins. Confusion constante et le délire peuvent être présents.

Méthodes de diagnostic

Si un abdomen «aigu» est détecté chez un adulte ou un enfant, le médecin vous prescrira les procédures de diagnostic suivantes:

  1. La numération globulaire, qui détermine la leucocytose totale et décale la formule leucocytaire dans une direction plus petite;
  2. Examens rectaux et vaginaux (chez les filles ou les femmes) qui aident à déterminer la présence de péritonite intestinale et la quantité d'exsudat dans la cavité abdominale;
  3. Examen aux rayons X de la cavité abdominale, qui déterminera l'accumulation d'exsudat dans la cavité du péritoine;
  4. L'échographie, qui détermine la présence de fluide libre;
  5. Ponction abdominale - permet d'explorer le contenu de l'abdomen;
  6. La laparoscopie, qui vous permet de vérifier l'exactitude du diagnostic.

Si le médecin prescrit de telles études, celles-ci doivent être effectuées sans faute, car la vie du patient en dépendra.

Méthodes de traitement

Au moindre soupçon de péritonite, vous devez vous rendre immédiatement à la clinique la plus proche. En attendant l’assistance médicale, le patient doit être placé plus confortablement et essayer de ne pas le déranger avant l’arrivée de l’ambulance.

Le traitement de la péritonite, quel que soit son type, n’est pratiqué qu’à l’aide d’une intervention chirurgicale. L'objectif principal de cette thérapie est le drainage de la cavité abdominale et l'élimination de la source de l'inflammation.

Dans ce cas, le traitement conservateur est complètement inutile et peut même être très dangereux. Si le temps ne retire pas le liquide de la cavité péritonéale, le patient a toutes les chances de mourir.

Préparation préopératoire

Pour que l'opération se déroule sans incident, une préparation préopératoire complète du patient doit être réalisée. Le cathétérisme de la vessie et de la veine cave est effectué. Le patient sur la table d'opération reçoit du Zeercal et du Midozalam. Cependant, l’utilisation de l’atropine est strictement interdite lors de la préparation du patient à l’opération, car elle provoque un rythme cardiaque soutenu et peut entraîner une bradycardie. Il est obligatoire d'introduire des moyens qui réduisent la production de suc gastrique, - Omeprazole.

Le patient reçoit un traitement antibactérien lorsque les médicaments sont administrés par une voie intraveineuse agissant simultanément sur des bactéries gram positives et des bactéries gram négatives. Si une péritonite intestinale se développe dans le contexte des antibiotiques, des carbapénèmes sont nécessaires.

Plus l'opération a été effectuée tôt, plus le patient récupérera rapidement. La solution optimale sera une intervention chirurgicale dans les premières heures après le développement du processus inflammatoire. Si l'opération a été effectuée après une journée, la probabilité d'une issue fatale est élevée.

Soins postopératoires

Après l'opération réussie, le patient doit être traité avec des médicaments. Si vous n'allez pas chez le médecin à temps, le traitement peut s'avérer inutile et entraîner des complications graves pour la santé du patient.

Le deuxième jour après l'opération, l'introduction de la nutrition commence par voie intraveineuse. Ceci est nécessaire pour le prompt rétablissement du patient. Une fois la période de récupération dans les intestins terminée, le patient est transféré dans les aliments au moyen d'une sonde. La composition du mélange de nutriments et la durée de cette nutrition sont déterminées par le médecin.

S'il y a une dynamique positive dans les intestins, le patient est alors transféré à un régime naturel. Mais vous devez vous en tenir à un régime hypocalorique. À ce stade, le patient doit manger du bouillon liquide, de la purée de légumes et de la gelée. Progressivement, la teneur en calories des aliments devrait augmenter. Le patient devrait commencer à introduire des produits laitiers et du fromage cottage, des produits à base de viande et des œufs.

Produits fumés et pâtisseries, le pain devrait être catégoriquement exclu de l'alimentation quotidienne.

La prévention de la péritonite consiste à donner aux gens toutes les informations nécessaires et fiables sur les symptômes de la maladie. Il est extrêmement important que chaque personne connaisse le danger de la maladie et que, dès les premières manifestations de l'inflammation, elle se rende à l'hôpital.

Péritonite: causes, symptômes, traitement et prévention

Le mot "péritonite" est dérivé des termes latins péritonéal - le péritoine, la cavité abdominale et le suffixe caractéristique itis, qui fait référence au processus inflammatoire. Le processus pathologique provient de bactéries qui tombent de la cavité de l’estomac ou des intestins, où elles se trouvent constamment, dans l’espace stérile situé entre ces organes. Parfois, les micro-organismes peuvent pénétrer de l'extérieur, ce qui entraîne également une péritonite de la cavité abdominale.

Quelle est la péritonite?

Normalement, le péritoine est stérile, malgré le fait que l'intestin grêle et le gros intestin sont densément peuplés de microflore bénéfique et pathogène conditionnelle, où même des souches uniques de bactéries pathogènes peuvent être trouvées. Dans cet environnement, il existe un état stable, ce qui implique que les micro-organismes sont strictement dans leur environnement, où ils reçoivent des substances utiles provenant des aliments entrants.

Malgré l'abondance de bactéries vivant dans les intestins et même dans l'estomac, l'espace entre les boucles est absolument stérile. Afin de prévenir la pénétration accidentelle d'agents potentiellement nocifs, les organes sont enfermés dans un tissu élastique spécial, une sorte de "film".

Par péritonite de la cavité abdominale, on entend:

  1. Violation de l'intégrité de l'un des organes du système digestif.
  2. Le processus inflammatoire dans cet organe ou la pollution externe à la suite de blessures ou d'opérations chirurgicales mal effectuées.
  3. Une fois dans un environnement inhabituel pour eux-mêmes, les micro-organismes commencent à se multiplier de manière sauvage.
  4. Cela provoque un tableau clinique vif de l'inflammation systémique, l'infection pénètre dans le système circulatoire.
  5. En outre, il peut y avoir ingestion de pus, zones nécrotiques avec péritonite intestinale.
  6. Intoxication générale, la septicémie commence.

Péritonite de la cavité abdominale

Le péritoine est une fine membrane qui assure le glissement et le fonctionnement en toute sécurité de tous les organes du tractus gastro-intestinal. Il est extrêmement sensible au développement d'inflammations en raison du grand nombre de petits vaisseaux sanguins destinés au transfert rapide de substances bénéfiques vers les organes internes. Par conséquent, la sepsie générale en tant que complication du processus inflammatoire commence dès le premier jour et, au bout du troisième jour sans intervention appropriée du médecin, l’état du patient peut devenir désespéré.

La péritonite est une maladie extrêmement grave. Sans traitement, il est mortel dans 95% des cas. Avant l'invention des antibiotiques, même avec le traitement commencé à temps, la mortalité atteignait 70-80%.

À l'heure actuelle, tout dépend uniquement de l'envoi en temps voulu par le patient d'un médecin, de mesures adéquates pour éliminer les dommages et du ciblage des mesures d'infection, de purification et de désintoxication.

Causes de péritonite

La cause commune de la péritonite intestinale ou de la cavité abdominale est toujours la perforation du film qui recouvre des organes individuels et la pénétration dans la cavité stérile du pus, un tissu nécrotique contenant une quantité énorme de bactéries nocives et d’autres microflores nocives. Étant donné que cette partie du corps humain n'est pratiquement pas protégée contre les "étrangers" dangereux, l'inflammation commence dans 90% des cas.

Péritonite de la cavité abdominale

Les causes immédiates provoquant la maladie sont:

  1. Appendicite. L'inflammation de l'appendice du caecum dans 87% des cas se termine par une péritonite en l'absence d'une intervention chirurgicale opportune. Une petite partie de l'intestin est bouchée, une microflore putractive et pathogène se développe rapidement dans l'intestin. Après quelques heures, l'appendice se transforme en un réservoir de pus et de tissu nécrotique, puis le foyer se brise et se répand dans la cavité abdominale. L'appendicite est la cause la plus fréquente de péritonite et la complication la plus dangereuse de l'inflammation du processus à l'aveugle.
  2. Perforation des ulcères gastriques ou duodénaux. En soi, l'ulcère, bien qu'il s'agisse d'une maladie assez grave du tractus gastro-intestinal, ne provoque pas de péritonite. L'épithélium épigastrique est un tissu assez dense et stable, de sorte que la destruction se produit lentement. La perforation désigne un trou par lequel le suc gastrique caustique, les enzymes et les bactéries pénètrent dans la cavité abdominale.
  3. Pancréatonécrose. Il s'agit d'une complication grave et potentiellement fatale de la pancréatite aiguë: le pancréas meurt complètement ou partiellement, un foyer purulent se forme à la place des cellules, ce qui est aggravé par une abondance d'enzymes. Cette substance empoisonne rapidement le corps, provoquant une sepsie générale.
  4. L’obstruction intestinale et le blocage du petit ou du gros intestin provoquent la mort de boucles entières. La nécrotisation commence à l'intérieur de la boucle, mais capture rapidement le péritoine. Le mégacôlon est un facteur de risque distinct, un état de surplomb du côlon ou du rectum dans lequel il n'y a presque pas d'activité motrice et où se développe un foyer d'infection.
  5. Blessures, blessures pénétrantes. Une péritonite de la cavité abdominale est possible à la fois à la suite d'une rupture de l'intestin et sans dommage pour les organes internes - l'infection pénètre simplement de l'extérieur dans un espace stérile.
  6. Les tumeurs malignes de l'estomac ou des intestins deviennent souvent la cause immédiate de la péritonite au cours de leur décomposition. C'est l'un des types les plus graves de la maladie, car avec le pus dans le sang viennent les produits de destruction et les toxines.

Les femmes et les hommes sont également sensibles au développement de la maladie, mais les maladies gynécologiques peuvent constituer un risque supplémentaire de péritonite. Des "maladies féminines" spécifiques qui, sans traitement, peuvent également provoquer la pénétration d'agents infectieux dans le péritoine:

  • grossesse extra-utérine et rupture des trompes de Fallope;
  • grave inflammation purulente des ovaires;
  • mort fœtale dans l’utérus avec le développement ultérieur de la septicémie générale.
On pense également que les femmes souffrent d'une maladie plus grave et plus dure en raison de l'emplacement relativement plus dense de tous les organes dans le péritoine et de la propagation accélérée de l'infection qui en découle.

Dans un groupe à risque particulier, les patients atteints de maladies ulcéreuses chroniques de l'intestin, telles que la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse, sont également à risque. Ces affections provoquent le plus souvent des fistules, l'intestin étant constamment dans la phase active du transport des masses alimentaires. Les patients atteints de maladies chroniques sont invités à surveiller attentivement leur état.

Types de péritonite

Dans la plupart des cas, la maladie devient aiguë et se développe en quelques heures. Les formes subaiguës et chroniques ne sont pas caractéristiques et sont très rares au vu des caractéristiques structurelles de la cavité abdominale.

En fonction de la pathogenèse de ces types de maladies:

  1. Primaire - déclenché par des foyers d’infection, ne se trouvant pas directement dans le péritoine. Parfois, il survient chez les patients atteints de tuberculose, plus souvent chez les patients atteints de cirrhose du foie. Au cours de la forme primaire, l'infection entre dans le sang par le tube digestif. Cette espèce n'est pas considérée comme commune.
  2. Secondaire - survient le plus souvent, dans plus de 70% des cas, l'appendicite devient la cause immédiate. Il est également provoqué par des maladies du tractus gastro-intestinal au stade de la pénétration de l'infection dans le péritoine, des blessures et des interventions chirurgicales insuffisamment stériles.
  3. Tertiaire - apparaît chez les patients atteints de troubles immunitaires graves, en général chez les patients atteints du SIDA. Il peut parfois être chronique, car l'inflammation se développe relativement lentement.

Le type d'évolution de la maladie est tout aussi important, en fonction de la présence de pus et de sa quantité:

  1. La péritonite purulente est la forme la plus grave, la sepsie se propage très rapidement et des micro-organismes nuisibles se développent activement dans la cavité abdominale. Péritonite intestinale sur le fond de l'obstruction, l'appendicite provoque ce type de fuite.
  2. Aseptique - peut se produire à l’arrière-plan de la perforation des ulcères gastriques, des lésions toxiques-chimiques du péritoine (acide chlorhydrique du suc gastrique).
  3. Hémorragique - apparition d'une grande quantité de sang, saignement interne.
  4. Sec - avec une petite quantité d'épanchement (exsudat), se manifestant chez les patients présentant une immunité altérée et une faible réponse leucocytaire du corps.

La maladie peut commencer sur un site local, puis passer au stade de l'infection générale. La péritonite locale ou localisée est moins dangereuse, le pronostic pour la vie du patient est meilleur. Il existe également une forme totale avec destruction complète du péritoine, qui aboutit le plus souvent à la mort du patient.

Symptômes de péritonite

L'inflammation du péritoine n'est pas une maladie à ne pas manquer. Il s'agit d'une affection aiguë avec une lésion systémique et un développement rapide, parfois fulgurant.

Les premiers signes de péritonite sont brillants et caractéristiques:

  1. Forte douleur dans le péritoine, qui augmente avec chaque heure qui passe. Les symptômes de la péritonite comprennent une douleur constante, non spasmodique.
  2. Nausées et vomissements, indépendamment de l'utilisation d'aliments ou de liquides. Ce processus n'apporte pas de soulagement au patient.
  3. Les symptômes caractéristiques comprennent une tension dans la paroi abdominale - l'abdomen devient ferme au toucher.
  4. Le patient a une forte soif. Il faut se rappeler qu'il est interdit de boire, tout comme de manger, et toute substance liquide ou solide sera immédiatement renvoyée avec des vomissements.
  5. Pas d'appétit.
  6. Parfois, il y a la diarrhée ou une absence complète de selles, ainsi que le dégagement de gaz intestinaux, en particulier dans le contexte du blocage de l'intestin.
  7. Autre symptôme caractéristique: lorsqu’on essaie d’écouter l’estomac, il n’ya pas de son du péristaltisme intestinal normal.
  8. La température monte à des valeurs critiques. Il y a des frissons, une faiblesse générale, l'état du patient est médiocre et devient rapidement critique.

Aux premiers signes de péritonite ou de suspicion, il est nécessaire d'appeler immédiatement une ambulance. Le taux d'infection péritonéale est de deux à trois jours et, à la fin du premier jour, un état comateux peut se développer chez les enfants, les personnes âgées ou les personnes faibles, dans un contexte de septicémie générale. Sans traitement, la mort est presque inévitable.

Prévention de la péritonite

Malgré le fait que les causes de la maladie sont très nombreuses, les plus courantes - une complication de l'appendicite. L'inflammation de l'appendice du caecum est assez difficile à manquer car elle est caractérisée par une douleur intense.

À cet égard, les mesures suivantes concernent la prévention:

  1. La douleur dans l'abdomen ne doit pas essayer de "noyer" les analgésiques.
  2. Il est impératif d’établir la cause, même si cela semble évident.
  3. N'importe lequel des signes d'appendicite, d'obstruction intestinale et d'autres situations d'urgence constitue une raison pour appeler immédiatement une ambulance, sans attendre le matin, la fin de la journée de travail, etc.
  4. Les plaies et blessures abdominales, même fermées, sont toujours dangereuses en raison du développement d'une péritonite.

Le reste de la prévention est réduit au traitement opportun et adéquat des maladies chroniques - ulcères gastriques et duodénaux, maladie de Crohn, colite ulcéreuse. Il est nécessaire de surveiller la présence de foyers d'infection, même chroniques: pancréatite, cirrhose du foie, voire pyélonéphrite relativement inoffensive, peuvent donner lieu à une complication sous forme d'inflammation péritonéale.

Traitement de la péritonite

La péritonite n'est traitée que chirurgicalement. L'opération implique l'ouverture de la cavité abdominale sous anesthésie générale, l'élimination des foyers d'infection, ainsi que du tissu affecté et du tissu nécrotisé. Le pronostic dépend du stade de développement de la pathologie.

Il y en a trois au total:

  • Réactif - les 12 premières heures, avec un diagnostic correctement défini et une intervention chirurgicale effectuée, la récupération du patient est presque garantie.
  • Toxique - après 24 heures de péritonite. La septicémie générale commence. Le pronostic est douteux, même avec une chirurgie bien effectuée.
  • Terminal - se produit après 72 heures, irréversible, à 99% se termine par le décès du patient, quelles que soient les mesures médicales prises.

Après la chirurgie, une antibiothérapie est prescrite. Elle est d'abord stationnaire, puis continue en ambulatoire. La nutrition du patient est parentérale pour éviter toute pénétration dans le tractus gastro-intestinal. Il peut y avoir des complications sous la forme de la nécessité de retirer une partie de l'intestin, l'estomac, l'apparition de fistules.

Causes de péritonite de la cavité abdominale

La péritonite est un processus inflammatoire, bactérien, aseptique de nature locale ou diffuse qui se développe dans la cavité abdominale. Ce processus est une complication grave des maladies inflammatoires destructives des organes du péritoine.

Avec la péritonite, une inflammation de la membrane séreuse de la cavité abdominale, également appelée péritoine, se produit. Ce processus inflammatoire appartient à la catégorie des conditions chirurgicales dangereuses sous le nom général «abdomen aigu».

L’évolution de la maladie se caractérise par une douleur intense à l’abdomen, une tension dans les tissus musculaires de la cavité abdominale, une détérioration rapide de l’état et du bien-être de la patiente.

La péritonite de la cavité abdominale est une maladie courante avec un taux de mortalité élevé. À ce jour, le taux de mortalité par inflammation du péritoine est compris entre 15 et 20%, bien que, récemment, ce chiffre était beaucoup plus élevé et variait de 60 à 72%.

Causes de la maladie

Les causes de péritonite peuvent être très diverses et dépendent principalement du type et des caractéristiques du processus inflammatoire, qu'il soit primaire ou secondaire.

Type primaire de péritonite - se développe comme une maladie indépendante à la suite de la pénétration d’une infection bactérienne et de microorganismes pathogènes dans la cavité abdominale par le biais du système sanguin et lymphatique. C'est extrêmement rare - pas plus souvent que dans 2% des cas.

Les infections bactériologiques pouvant provoquer le développement d'une inflammation du péritoine incluent à la fois les bactéries gram-positives et les bactéries gram-négatives, parmi lesquelles il est possible de distinguer un entérobacter, un bâtonnet pyocyanique, un proteus, E. coli, des streptocoques, des staphylocoques.

Dans certains cas, la survenue d'un processus inflammatoire peut être due à la pénétration dans la cavité abdominale d'une microflore spécifique - gonocoques, pneumocoques, mycobactérium tuberculosis et streptocoques hémolytiques.

Type secondaire - le processus inflammatoire se développe sur le fond des blessures des organes abdominaux ou des maladies gastro-entérologiques.

Nous pouvons identifier les principaux facteurs pouvant déclencher le développement d'une inflammation de la cavité abdominale:

  • Chirurgie des organes péritonéaux.
  • Dommages aux organes internes situés dans la cavité abdominale, une violation de leur intégrité.
  • Divers processus internes de nature inflammatoire - salpingite, appendicite, cholécystite. Il est établi que dans plus de 50% des cas, la principale cause d'inflammation secondaire.
  • Inflammations sans lien direct avec la cavité abdominale - cellulite et processus purulents.
  • Chez les femmes, la péritonite du péritoine peut être déclenchée par des processus inflammatoires des organes pelviens.

Dans la majorité des cas, la péritonite agit comme complication de diverses blessures et maladies de nature inflammatoire et destructive - appendicite, pyosalpinx, ulcère gastrique ou duodénal perforé, pancréatite, nécrose pancréatique, obstruction intestinale, rupture du kyste ovarien.

Variétés de péritonite

La péritonite est classée selon plusieurs paramètres, tels que l’étiologie de la maladie, l’immensité de l’inflammation. Selon les caractéristiques de l'évolution de l'inflammation peut être aiguë ou chronique. La péritonite chronique se développe souvent dans le contexte d’une infection systémique du corps - tuberculose, syphilis. La forme aiguë de la péritonite est caractérisée par un développement rapide et une manifestation rapide des symptômes cliniques.

Selon les caractéristiques de l'étiologie, le processus inflammatoire dans le péritoine peut être bactérien, se développant à la suite de la pénétration de l'infection dans la cavité abdominale, mais également bactérien, provoqué par des agents agressifs d'origine non infectieuse. Ces agents pathogènes non infectieux incluent le sang, la bile, le suc gastrique, le suc pancréatique et l'urine.

Selon la zone et l'étendue de la lésion, la maladie se divise en plusieurs formes:

  1. Local - un seul élément anatomique du péritoine est impliqué dans le processus inflammatoire.
  2. Commun ou diffus - l'inflammation se propage à plusieurs parties de la cavité abdominale.
  3. Type total - se caractérise par des dommages importants à toutes les parties de la cavité péritonéale.

En raison de:

  • Type de péritonite traumatique.
  • Infectieux.
  • Postopératoire.
  • Perforé.

En fonction de la présence d'exsudat, l'inflammation du péritoine est divisée en péritonite de type sec et exsudatif (humide).

En fonction des caractéristiques et de la nature de l'exsudat:

Selon le type d'agent pathogène infectieux, la péritonite est subdivisée en tuberculaire, streptocoque, gonocoque, clostridien.

Selon la gravité et la gravité des modifications pathogénétiques, le processus inflammatoire se déroule en plusieurs étapes, chacune ayant ses propres caractéristiques et symptômes.

Le stade réactif de la péritonite est le stade initial de la maladie, dont les symptômes apparaissent au cours des premiers jours suivant la pénétration de l'infection dans la cavité abdominale. La phase réactive est caractérisée par un œdème péritonéal, l'apparition d'exsudat et des réactions locales prononcées.

Stade toxique - se produit dans les 48 à 72 heures suivant le moment de la blessure. Cette étape est caractérisée par le développement intensif de signes d'intoxication.

La phase terminale se caractérise par une détérioration générale du corps et un affaiblissement des fonctions vitales de celui-ci, le fonctionnement du système de protection-compensation est réduit au minimum.

Symptômes et signes

Les principaux signes de péritonite peuvent être divisés en généraux et locaux. Les signes locaux sont la réponse du corps à une irritation de la cavité abdominale avec un liquide exsudatif, de la bile ou du sang. Les principaux symptômes locaux de péritonite comprennent une forte tension de la paroi frontale de la cavité abdominale, des sensations douloureuses dans l'abdomen, une irritation de la cavité péritonéale révélée lors de l'examen médical.

Le premier symptôme et le plus prononcé du stade initial d'inflammation du péritoine est la douleur, qui peut avoir divers degrés de gravité et d'intensité. Le syndrome douloureux qui accompagne la péritonite avec perforation des organes internes situés dans la cavité abdominale est considéré comme le plus fort. Une telle douleur est décrite dans la littérature médicale comme un «poignard» - aigu, aigu et pénétrant.

Au stade initial de la péritonite, les sensations douloureuses se situent exclusivement autour du foyer immédiat de la lésion. Mais après un certain temps, la douleur devient diffuse, de nature généralisée, associée à la propagation d'exsudat enflammé dans les organes internes.

Dans certains cas, la douleur peut se déplacer et être localisée dans une autre zone de la cavité abdominale. Cela ne signifie pas que le processus inflammatoire a diminué ou cessé - de cette manière, une lésion d'un autre organe interne se manifeste. Parfois, la douleur peut disparaître complètement - il s’agit d’un symptôme plutôt dangereux qui peut indiquer une parésie intestinale ou une accumulation excessive de liquide inflammatoire.

Les symptômes communs caractéristiques de la péritonite sont les suivants: nausée grave, brûlures d’estomac, vomissements avec mélange de contenu gastrique et de bile. Les vomissements accompagnent toute la période de la maladie, au cours des derniers stades de la maladie, il y a un vomissement dit "fécal" avec un mélange de contenu intestinal.

En raison d'une intoxication générale du corps, une obstruction intestinale se développe, qui peut être exprimée sous forme de flatulence, de décharge gazeuse retardée ou de troubles des selles.

Autres symptômes courants de péritonite:

  • Augmentation de la température corporelle, des frissons.
  • Détérioration significative du bien-être général - faiblesse, apathie.
  • Des sauts rapides de la pression artérielle allant jusqu'à 130–140 battements par minute.
  • L'apparence de la personne change radicalement - les traits du visage deviennent plus pointus, la peau pâlit, des sueurs froides apparaissent, l'expression du visage devient courbée, douloureuse.
  • Une personne ne peut pas dormir complètement, elle est tourmentée par des troubles du sommeil - insomnie ou somnolence constante. En outre, le patient ne peut pas mentir en raison d'une douleur aiguë, il essaie de prendre la position la plus confortable pour lui-même - le plus souvent sur le côté, les jambes tirées vers le ventre.
  • Aux stades avancés de la péritonite, une personne a une conscience confuse et ne peut normalement pas évaluer correctement ce qui se passe.

Avec le développement du stade terminal le plus complexe de la péritonite, l'état du patient devient extrêmement lourd: la peau et les muqueuses deviennent malsaines, pâles, bleuâtres ou jaunâtres, la membrane muqueuse de la langue est trop sèche, une épaisse floraison de couleur sombre apparaît à sa surface. L'humeur psycho-émotionnelle est instable, l'apathie est rapidement remplacée par un état d'euphorie.

La symptomatologie de la maladie est très différente selon le stade du processus inflammatoire. Chacun d'eux a ses propres caractéristiques et caractéristiques.

Le stade réactif, qui est le stade initial, s'accompagne de l'apparition de spasmes et de douleurs dans la région péritonéale, de tensions dans la paroi abdominale antérieure, de fièvre, de faiblesse et d'apathie.

Stade toxique - se manifeste par une certaine amélioration de l’état du patient, ce qui est toutefois imaginaire. Cette période est caractérisée par une intoxication intense du corps, qui se traduit par des nausées sévères et des vomissements débilitants. L'apparence d'une personne laisse également beaucoup à désirer - peau pâle, cernes sous les yeux, joues creuses. Selon les statistiques médicales, environ 20% de tous les cas de péritonite sont mortels au stade toxique.

La phase terminale est considérée comme la plus difficile et la plus dangereuse non seulement pour la santé, mais aussi pour la vie humaine. À ce stade, le niveau des défenses de l'organisme est réduit au minimum et le bien-être humain s'aggrave. L'abdomen est fortement enflé, le moindre contact à sa surface provoque une intense attaque de douleur.

Au stade terminal de la péritonite, le patient présente un gonflement grave des organes internes, ce qui entraîne une perturbation de l'excrétion de l'urine du corps, un essoufflement, une accélération du rythme cardiaque et une conscience confuse. Comme le montre la pratique, même après la chirurgie, seul un dixième patient peut survivre.

Les symptômes de la péritonite chronique ont un aspect quelque peu différent: ils ne sont pas aussi prononcés que les signes d’une inflammation aiguë et sont plus "flous". Le patient n'est pas dérangé par des vomissements, des nausées, des troubles des selles ou des crampes douloureuses dans la région abdominale. Et donc, pendant longtemps, la forme chronique de la maladie peut survenir de manière complètement invisible à une personne.

En même temps, une intoxication prolongée du corps ne peut pas être complètement asymptomatique, mais il est le plus souvent possible de déterminer la présence d'une péritonite chronique par les signes suivants:

  • Le poids corporel diminue rapidement, tandis que le régime reste le même.
  • Pendant longtemps, une personne a une température corporelle élevée.
  • La constipation se produit de temps en temps.
  • Transpiration accrue du corps.
  • Douleur périodique dans l'abdomen.

À mesure que la maladie progresse, les symptômes deviennent plus prononcés et plus fréquents.

Diagnostic de péritonite

Le diagnostic opportun de la péritonite est la clé d'un traitement réussi et efficace. Pour le diagnostic, une analyse sanguine clinique est nécessaire, sur la base de laquelle le niveau de leucocytose est examiné.

Une échographie et une radiographie des organes abdominaux est également obligatoire, au cours de laquelle des experts examinent la présence d'exsudat dans l'abdomen - il existe un liquide inflammatoire accumulé.

L'une des mesures diagnostiques consiste à effectuer un examen vaginal et rectal, ce qui permet d'identifier la douleur et la tension du fornix vaginal et de la paroi du rectum. Cela indique une inflammation du péritoine et l'effet négatif de l'exsudat accumulé.

Afin de lever tout doute sur le diagnostic, une ponction est prélevée sur le péritoine, grâce à laquelle la nature de son contenu peut être examinée. Dans certains cas, une laparoscopie est recommandée. Il s'agit d'une méthode de diagnostic non invasive et indolore, qui est réalisée à l'aide d'un appareil spécial - un laparoscope. À la suite d'une laparoscopie, le médecin reçoit un tableau clinique complet de la maladie et est capable de poser un diagnostic correct.

Traitement

À ce jour, le seul traitement efficace contre la péritonite de la cavité abdominale reste le traitement chirurgical. Malgré les progrès de la médecine moderne, le nombre de décès reste assez élevé. Pour cette raison, le traitement de la péritonite doit faire l'objet d'une attention maximale. La plus efficace est considérée comme une méthode de traitement complexe, combinant un traitement chirurgical et un traitement médicamenteux.

Simultanément à la chirurgie, un traitement médical est mis en place, dont le but principal est d’éliminer l’infection et de prévenir le développement de complications éventuelles.

Les médicaments les plus couramment prescrits sont:

  1. Antibiotiques à large spectre: ampicilline, méthicilline, benzylpénicilline, gentamicine, olététrine, kanamycine.
  2. Solutions de perfusion - de tels médicaments sont utilisés pour restaurer le liquide perdu et prévenir une éventuelle déshydratation. Ces solutions incluent Perftoran et Refortan.
  3. Sorbants et médicaments de désintoxication, dont l’action vise à prévenir le choc toxique, l’excrétion des toxines et des scories du corps. La solution la plus couramment utilisée de chlorure de calcium à 10%.
  4. Des préparations diurétiques sont utilisées pour éliminer les violations de l'excrétion de l'urine par le corps.
  5. Si la péritonite est accompagnée d'une augmentation de la température corporelle, des médicaments antipyrétiques sont prescrits.

Les médicaments antiémétiques, tels que le métoclopramide, sont souvent utilisés pour éliminer les vomissements et les nausées. Si une péritonite de type tuberculeux a été diagnostiquée, le traitement est effectué à l'aide de médicaments antituberculeux - Trihopol, Gentomycine, Lincomycine.

L'objectif principal du traitement chirurgical est l'élimination de la cause fondamentale, ce qui a provoqué le processus inflammatoire du péritoine, ainsi que le drainage de la cavité abdominale pendant la péritonite. La préparation préopératoire consiste en un nettoyage complet du tractus gastro-intestinal, en une administration par voie intraveineuse des médicaments nécessaires, ainsi qu’en une anesthésie.

La chirurgie est pratiquée selon la méthode de la laparotomie, c'est-à-dire par pénétration directe dans la cavité abdominale. Après cela, le chirurgien supprime la source de l'inflammation, ainsi qu'une réorganisation complète de la cavité péritonéale. Cela signifie que si la péritonite est un organe après lequel une guérison complète est possible, une résection de cet organe est effectuée. Le plus souvent, nous parlons de la vésicule biliaire ou annexe.

Le lavage abdominal est effectué à l'aide de solutions antiseptiques spéciales, qui contribuent à l'élimination efficace de l'infection et à la réduction de la quantité d'exsudat sécrétée. La prochaine étape est la décompression intestinale. C'est la procédure pour éliminer les gaz et les liquides accumulés dans les intestins. Pour cela, une sonde mince est insérée dans le rectum ou la cavité buccale, à travers laquelle une aspiration du liquide de la cavité abdominale est réalisée.

Le drainage du péritoine est effectué à l'aide de tubes de drainage creux spéciaux, qui sont insérés à plusieurs endroits - sous le foie, des deux côtés du diaphragme et dans la région pelvienne. La dernière étape de la chirurgie - suture. Les points de suture peuvent être appliqués avec ou sans drainage, cela dépend de la gravité de la maladie.

Avec les formes simples de péritonite, une suture continue est appliquée, sans tubes de drainage. Dans le cas d'inflammation purulente plus grave, la suture est réalisée simultanément à l'introduction de tubes de drainage par lesquels l'exsudat est excrété.

Le traitement de la péritonite n’est pratiqué que dans des conditions stationnaires, l’auto-traitement n’est pas autorisé. Il est important de se rappeler que, à partir du moment de la lésion péritonéale jusqu'au développement du stade terminal le plus sévère, il ne s'écoule pas plus de 72 heures. Par conséquent, tout retard dans la demande d'assistance médicale qualifiée et dans la réalisation de l'opération entraîne les conséquences les plus néfastes pour la santé et la vie des personnes.