Principal / Gastrite

5 symptômes pouvant reconnaître l’exacerbation d’une cholécystite chronique

Gastrite

Une maladie telle que la cholécystite chronique se développe à la suite de microbes, de cellules immunitaires, de parasites ou du contenu du duodénum dans la vésicule biliaire "provoquée". La maladie se caractérise par un parcours en forme de vague, avec des périodes de «sédation» (rémission) et d'exacerbation. La dernière étape est dangereuse pour le développement de l'inflammation du foie, de la pénétration de la bile dans la cavité abdominale ou du sang.

C’est pourquoi il est important de connaître les symptômes de l’exacerbation de la cholécystite chronique - pour pouvoir agir rapidement et consulter un médecin.

Ce qui provoque l'aggravation

La cholécystite chronique peut être calcaire (avec des calculs) et sans pierre. Provoquer une exacerbation de ce dernier peut:

  • manger de grandes quantités d'aliments gras, gras, fumés ou marinés, ainsi que des combinaisons de ces produits nocifs;
  • trop manger;
  • consommation d'alcool;
  • stress sévère;
  • allergie - surtout nourriture;
  • régime alimentaire, dans lequel pendant longtemps il n'y avait pas de fibres et fibres végétales.

En cas de cholécystite calculeuse, l'exacerbation peut également être provoquée par:

  • secouant le tour;
  • effort physique (surtout après une longue période d'hypodynamie);
  • un changement soudain de la position du corps, surtout si la personne avait bien mangé auparavant.

L'exacerbation de la cholécystite chronique est plus susceptible de se produire chez une personne souffrant de ces conditions:

  1. développement anormal des voies biliaires;
  2. l'obésité;
  3. dyskinésie (perte de coordination des mouvements musculaires) des voies biliaires;
  4. pendant la grossesse;
  5. pendant l'hypothermie, les maladies catarrhales ou l'exacerbation de pathologies chroniques des organes internes.

Attention! La cholécystite chronique peut être dans la phase aiguë allant de 1 fois par mois à 3-4 rechutes par an. En fonction de cela, les médecins parlent d'une évolution légère, modérée ou grave de la maladie, qui détermine la tactique générale de son traitement.

Signes d'aggravation

Les principaux symptômes d’une attaque de cholécystite sont les suivants: douleurs abdominales, troubles appelés dyspepsie, faiblesse, fièvre. Considérez chacun d'eux plus en détail.

Syndrome de douleur

La première chose qui indique l'exacerbation de la cholécystite chronique est la douleur abdominale. Sa localisation, son intensité et sa durée dépendent de ces caractéristiques individuelles:

  • quel type de dyskinésie biliaire, accompagnée de cholécystite;
  • Y a-t-il des complications d'inflammation de la vésicule biliaire?
  • existe-t-il (et quelles sont) les maladies associées du tube digestif?

Ce dernier facteur influera sur le traitement prescrit, mais surtout sur le régime alimentaire avec exacerbation de cholécystite chronique.

La douleur lors de l'exacerbation de la pathologie se situe généralement dans l'hypochondre droit, mais peut également être ressentie dans la zone «sous la cuillère». Cela peut être un personnage constant, pas très fort, qui gémit, cela ne peut même pas être ressenti comme une douleur, mais comme une lourdeur sous le bord droit.

Les caractéristiques de la douleur ci-dessus sont plus caractéristiques d'une réduction du tonus de la vésicule biliaire. Si le ton du corps est augmenté ou si l'exacerbation a été déclenchée par le mouvement de la pierre, les signes d'exacerbation de la cholécystite chronique seront appelés coliques biliaires. C'est une douleur:

  • fort
  • juste en dessous du bord;
  • caractère paroxystique;
  • s'étendant dans l'omoplate droite, l'épaule ou sous la clavicule;
  • facilité par un chauffage chaud sur cette zone;
  • après des vomissements, la douleur augmente.

Si la cholécystite est compliquée par la propagation de l'inflammation au niveau du péritoine, qui «enveloppe» la vésicule biliaire, d'autres caractéristiques de la douleur apparaissent:

  1. constante;
  2. amplifié lorsqu’il se déplace avec la main droite ou plie le corps, en tournant

Si l'exacerbation de la cholécystite a conduit au développement d'une inflammation dans le pancréas, la douleur peut devenir un zona, donnez à l'estomac, l'hypochondre gauche, la zone autour du nombril.

Lorsque l'inflammation de la vésicule biliaire provoque une irritation du plexus nerveux solaire, la douleur est décrite comme suit:

  • avoir un caractère brûlant;
  • intense;
  • claque dans le dos;
  • aggravée en appuyant sur la région inférieure du sternum.

Dyspepsie

Ce terme fait référence à de tels symptômes, suggérant que la cholécystite chronique s'est aggravée:

  1. amertume dans la bouche;
  2. vomissements - avec un mélange de bile;
  3. des nausées;
  4. éructations amères;
  5. des ballonnements;
  6. la diarrhée.

Démangeaisons de la peau

Une personne est perturbée par une démangeaison lorsque la bile stagne sur son passage, sa pression augmente et une partie des acides biliaires pénètre dans le sang. Tout le corps peut être rayé, mais les démangeaisons peuvent être ressenties n'importe où.

Attention! Le symptôme est plus caractéristique de la cholélithiase, mais il peut aussi apparaître avec une variante sans calculs de la cholécystite chronique. Ce symptôme suggère que le traitement de la maladie devrait être effectué à l'hôpital et non à la maison.

Autres symptômes

Chez un quart des personnes, l'aggravation du processus inflammatoire de la vésicule biliaire sera accompagnée de douleurs au cœur, associées aux fibres nerveuses communes de ces deux organes.

Un prurit et une augmentation des taux sanguins de bilirubine entraînent des troubles psycho-émotionnels:

  • faiblesse
  • irritabilité;
  • fatigue accrue;
  • sautes d'humeur rapides.

Dans 30 à 40% des cas, l’exacerbation de la cholécystite sera accompagnée d’une augmentation de la température pouvant atteindre 38 degrés.

En outre, on peut également noter des douleurs articulaires, des maux de tête, une faiblesse des membres, une transpiration excessive, une arythmie et des palpitations.

Aide à l'exacerbation

La principale chose à faire en cas d'exacerbation de la cholécystite est de demander de l'aide médicale. Une personne peut à la fois appeler une ambulance si la douleur est très vive ou s’accompagner d’une détérioration de son état général et se rendre à un rendez-vous avec un gastro-entérologue le jour même de l’apparition des premiers signes d’exacerbation de la maladie.

Les premiers soins pour la cholécystite devraient être fournis par une équipe d’ambulances ou un médecin de l’hôpital chirurgical. Le personnel médical diagnostiquera et mesurera les paramètres de l’état général de la personne tels que la pression artérielle et le pouls. En fonction de cela, ils décideront de ce qui peut être fait avec l'anesthésie: des médicaments qui réduisent le tonus musculaire (ils réduisent également la pression dans les vaisseaux) ou directement avec des médicaments anesthésiques. Vous n'avez pas besoin de prendre de pilule avant l'arrivée des spécialistes, vous pouvez vous faire du mal.

Tout ce que vous pouvez faire avant votre arrivée chez le médecin est:

  • ne pas manger (surtout s'il y a des nausées ou des vomissements);
  • boire du liquide en petits volumes;
  • aller au lit en prenant une position confortable (généralement du côté droit);
  • mettre sous le côté un petit coussin chauffant, tout en suivant strictement leurs sentiments. Si cela provoque une augmentation de la douleur, le coussin chauffant doit être retiré.

Attention! Vous ne pouvez pas prendre d'herbes (surtout cholérétiques), boire des médicaments, réchauffer le ventre dans un bain chaud. Même si un «tube borgne» a été prescrit avant une exacerbation, il est contre-indiqué de le faire pendant une exacerbation - en intensifiant le travail de la vésicule biliaire malade, il est possible de provoquer le développement de complications chirurgicales.

Le traitement de l'exacerbation de la cholécystite chronique s'effectue d'abord dans le cadre d'une complication chirurgicale, puis thérapeutique. Une personne se voit prescrire des antibiotiques injectables, des médicaments qui soulagent les spasmes musculaires de la vésicule biliaire, des analgésiques, des médicaments nécessaires au traitement de maladies connexes du pancréas, de l'estomac et des intestins. Si nécessaire, effectuez une opération pour retirer la vésicule biliaire.

Si une décision est prise sur le traitement conservateur de la pathologie, une exacerbation de la cholécystite nécessite un régime alimentaire qui fournira au corps tout le nécessaire, tout en "désactivant" les contractions (tout en assurant la circulation de la bile) de la vésicule biliaire malade, lui permettant de récupérer.

  1. Dans les deux premiers jours, il est nécessaire d'affamer, ne boire que du thé faible et non sucré, bouillon de riz dans la quantité totale - au moins 2 litres par jour. Dans ce cas, le liquide doit être consommé par petites portions pour pouvoir être absorbé.
  2. Le troisième jour, si la douleur diminue, le régime est élargi. Introduit: soupes de légumes, bouillies liquides non laitières (semoule, flocons d'avoine, riz), gelée de baies non acides.
  3. Au jour 5, de la viande bouillie et du poisson de variétés à faible teneur en matière grasse, des produits laitiers sont ajoutés.
  4. Après 2 jours supplémentaires, les aliments peuvent être remplis avec une petite quantité de légume ou de beurre. Vous pouvez ajouter au régime des produits laitiers, des fruits sucrés, des pommes de terre, du chou-fleur cuit, des pommes au four non pelées, des craquelins de pain blanc et des œufs à la coque.
  5. Il est en tout cas impossible de manger: cornichons, marinades, oignons, oseilles, épinards, chou blanc, boire de l'alcool.
  6. Les glucides simples sont limités.

La physiothérapie et la consommation à base de plantes sont très utiles sans exacerbation de la maladie. À propos du moment où vous pouvez les inscrire au traitement, vous devriez en informer le médecin traitant, dans le "service" duquel une personne est transférée, pour soulager les effets de l’exacerbation de la cholécystite.

Traitement de la cholécystite chronique au stade aigu

Moments d'exacerbation de la cholécystite chronique: symptômes

L'exacerbation des symptômes de cholécystite chronique est grave pour le corps humain. La survenue d'une telle maladie est due à des dysfonctionnements du tractus gastro-intestinal et du foie. Violation de l'alimentation, produits de qualité médiocre et nocifs, mode de vie sédentaire, hérédité, mauvaise écologie conduisent à l'apparition de la maladie. La cholécystite chronique est une conséquence de la faible perméabilité des voies biliaires. Lorsque la bile ne s'accumule pas dans le foie et la vésicule biliaire et n'est pas retirée des organes, une attaque de cholécystite commence.

La cholécystite chronique affecte plus de 15% des jeunes et plus de 25% des personnes d'âge moyen. Les causes de la cholécystite chronique sont une augmentation de poids corporel, un style de vie sédentaire, une alimentation déséquilibrée riche en graisses animales, des troubles hormonaux dans le corps et des troubles du tractus gastro-intestinal et du foie. Certains médicaments provoquent l'apparition de cette maladie. La maladie est exacerbée si certains de ces facteurs affectent le corps.

Retour à la table des matières

Symptômes lors de l'exacerbation d'une cholécystite chronique

Les personnes souffrant de cholécystite chronique présentent périodiquement des périodes d'exacerbation de la maladie. Ils peuvent être causés par des facteurs saisonniers ou par l’effet sur le corps de certains aliments, de drogues ou d’efforts physiques. Une exacerbation présente les symptômes suivants:

  • douleur aiguë et prolongée dans l'abdomen, du côté droit;
  • salivation excessive, nausée et vomissements;
  • lourdeur dans l'estomac, ballonnements, flatulences;
  • violation de la chaise, accompagnée de constipation sévère ou de diarrhée;
  • amertume dans la bouche, mauvaise haleine;
  • goût métallique dans la bouche;
  • jaunissement des globes oculaires.

Ces symptômes indiquent que la congestion de la bile se produit dans le foie et dans la vésicule biliaire, certains canaux biliaires cessent de fonctionner et conduisent un fluide. Qu'est-ce qu'une attaque dangereuse de cholécystite chronique? Il indique en règle générale la forme chronique de la maladie à traiter.

Dans de tels cas, il est nécessaire de contacter un établissement médical, d'examiner le corps et de suivre un traitement spécial, qui ne peut être prescrit qu'après un examen approfondi et complet du patient.

Retour à la table des matières

Diagnostic du patient

L'exacerbation de la cholécystite chronique indique une détérioration générale de la condition humaine et des anomalies dans le fonctionnement des organes internes. Par conséquent, lors de l'admission d'un patient souffrant d'une telle maladie, un examen complet et précis du corps est nécessaire. La première étape de l'examen de l'état du patient consiste à vérifier l'état de l'estomac par endoscopie. Le patient est introduit dans l'estomac par une sonde passant par la bouche et l'œsophage et l'échostructure de l'organe, l'état de la muqueuse gastrique, la présence ou l'absence de foyers ulcératifs sont déterminés, le niveau d'acidité est déterminé, le suc gastrique, la bile et la sécrétion gastrique sont examinés.

Ensuite, le patient subit un diagnostic par ultrasons de la cavité abdominale. Ainsi, l'état du foie, de la vésicule biliaire et du pancréas est déterminé. La taille des organes est déterminée, elle est exclue ou, au contraire, la présence de calculs ou d’autres formations dans la vésicule biliaire est confirmée. En outre, le patient passe un test sanguin, une analyse d’urine et des selles. Lorsque le médecin a comparé les symptômes de la maladie du patient et les résultats des études de laboratoire et de diagnostic, la tactique de traitement du patient est déterminée.

Retour à la table des matières

Traitement de la maladie

Le traitement de la maladie dans la phase aiguë a lieu à l'aide d'antibiotiques, d'antispasmodiques, de médicaments cholérétiques, de vitamines et d'aliments diététiques. Si les complications de la cholécystite chronique affectent le foie et l'estomac et qu'il y a violation du pancréas, il est démontré que le patient présente une résection de la vésicule biliaire et un traitement postopératoire. Dans le cas habituel, une antibiothérapie est prescrite pour soulager le processus inflammatoire et prévenir l’apparition de maladies infectieuses du tractus gastro-intestinal causées par des micro-organismes.

Des antibiotiques tels que l’ampicilline, le métronidazole et la ciprofloxacine soulagent l’inflammation du foie et de la vésicule biliaire, détruisent les agents pathogènes contenus dans le liquide accumulé dans la vésicule biliaire. Le traitement avec de tels médicaments dure toute la durée du séjour à l'hôpital, jusqu'au début de la rémission. Dans les premières heures qui suivent son admission dans un établissement médical souffrant du syndrome de la douleur, on lui administre une double dose d’antispasmodiques afin de soulager la sensibilité à la douleur des organes internes et d’améliorer son état général.

Des préparations de cholagogue sont prescrites, elles contribuent au dégagement de stagnation de la bile et établissent un processus normal de sa sécrétion. Cela peut être Allohol, Holamid, Vigeratin et d’autres. La prescription complexe de médicaments soulage les symptômes de la maladie, atténue la douleur et rétablit le fonctionnement normal des organes digestifs. La cholécystite chronique au stade aigu implique un traitement avec un régime alimentaire. La diététique consiste à créer un régime alimentaire équilibré. Les aliments doivent être modérément chauds et cuits à la vapeur ou bouillis. Exclus aliments frits, fumés, acides et salés. L'alcool est interdit, ce qui provoque la stagnation de la bile dans la vessie. Frire des aliments peut être, mais alors il doit être bien éteint. Vous ne pouvez pas trop manger, la portion ne doit pas dépasser 200-300 grammes à la fois. Les produits pour la cuisson doivent être frais. Il est nécessaire de manger autant de nourriture végétale que possible, en excluant les aliments riches en protéines.

Le régime alimentaire doit durer toute la période de traitement, vous pourrez alors revenir progressivement au régime normal, mais vous devrez tout de même vous en tenir à un régime alimentaire sain. Pour les personnes atteintes de cholécystite chronique, les herbes et les préparations à base de plantes constitueront la parfaite prévention de la maladie. Votre médecin vous aidera à déterminer la collecte nécessaire d'herbes et la durée de la décoction.

Exacerbation de la cholécystite chronique: symptômes et traitement

Cholécystite chronique - Cette maladie est due à l'apparition dans le corps d'une infection parvenue dans la vésicule biliaire. Il n’est pas rare d’observer une exacerbation de la cholécystite chronique, due à un traitement inapproprié et tardif.

Bien que la cholécystite soit une maladie dangereuse, il est possible de la traiter, il est seulement important de savoir quelle méthode vous convient le mieux. En connaissant les symptômes de l'exacerbation, avec la cholécystite, vous pouvez corriger la situation rapidement, en évitant les conséquences graves.

Comment l'exacerbation de la cholécystite?

Dans la période d'exacerbation, le patient manifeste les principaux symptômes:

  1. La dyspepsie se manifeste par des vomissements, des nausées, des éructations désagréables, des diarrhées et des diarrhées.
  2. Les démangeaisons surviennent lorsque la bile stagne et que ses acides pénètrent dans le sang.
  3. Haute température
  4. Léthargie
  5. L'inconfort et les douleurs abdominales sont le signe le plus clair d'une complication. La force de la douleur, sa durée et sa localisation dépendent des caractéristiques du corps humain. Le plus souvent, la douleur se manifeste du côté droit ou dans la région de la vésicule biliaire.

Chaque patient présente des symptômes d'exacerbation différents. Toutefois, lorsque vous remarquez qu'il vous arrive quelque chose d'incompréhensible, consultez immédiatement un médecin. Le médecin vous prescrira un nouveau traitement, dans la phase aiguë, il a ses propres caractéristiques.

Qu'est-ce qui peut être causé par une exacerbation?

La cholécystite chronique peut être calculée aussi bien que sans calculs. La survenue d'une cholécystite sans ston peut être provoquée par de tels facteurs:

  1. Boire de l'alcool,
  2. Une alimentation excessive,
  3. Stress régulier ou sévère
  4. Manger des aliments fumés, frits, gras ou marinés,
  5. Utilisation de produits incompatibles
  6. Allergies alimentaires.

Avec la cholécystite de calculs, l'exacerbation peut causer:

  1. Activité physique excessive
  2. Un changement brutal de la position du corps
  3. Tour sans repos.

En outre, une exacerbation peut survenir pendant la grossesse en raison d'une hypothermie et de l'obésité.

C'est important! Si vous savez que vous avez des problèmes de vésicule biliaire, essayez de vous en tenir à un régime alimentaire qui vous aidera à éviter les complications.

Conséquences possibles

La cholécystite chronique est dangereuse car elle peut affecter d’autres organes que la vésicule biliaire. Son exacerbation provoque l'apparition de fistules biliaires, de gangrène, d'ictère, de septicémie, d'abcès et d'exacerbation de pancréatite.

Avec la cholécystite de calculs, il est plus facile de se débarrasser de la maladie et des complications que d'une cholécystite non calcique. Il peut y avoir une inflammation purulente et, par conséquent, être fatale.

Traitement de la cholécystite au stade aigu

L'exacerbation de la maladie peut survenir à tout moment, il est donc important de savoir comment donner les premiers soins au patient. Une fois le patient emmené à l'hôpital, il est diagnostiqué afin que le spécialiste puisse comprendre le type de complications qu'il présente.

Après avoir posé le diagnostic, on prescrit au patient un traitement spécial, mais examinons de plus près la manière dont les premiers soins sont prodigués, puis voyons comment traiter l’exacerbation.

Premiers secours

La toute première chose à faire en cas d'aggravation d'une pathologie est d'appeler une ambulance. Lorsque vous remarquez les premiers signes d’exacerbation de la maladie, à savoir une douleur coupante sévère, vous devez procéder comme suit:

  • Placez le patient à son côté droit et faites-le se reposer.
  • Ne donnez pas de nourriture au patient, même s'il le demande fermement.
  • Pour que le patient ne présente aucun signe de nausée, laissez-le boire de l'eau minérale, mais pas de l'eau gazéifiée.
  • Si le patient sent qu'il va vomir, veillez à ce que sa langue ne prenne pas. Après avoir vomi, donnez au patient de l'eau minérale.
  • Offrez une bouteille d'eau chaude froide ou mettez-la sous son côté droit. Si la douleur s'intensifie, retirez le coussin chauffant.

Il est strictement interdit de donner au patient de l'alcool ou des antidouleurs. De plus, vous ne pouvez pas faire un lavement, mais plutôt attendre l'arrivée du médecin. Si des analgésiques sont administrés au patient, la douleur et les autres symptômes de l'exacerbation peuvent disparaître pendant un certain temps, mais ils apparaissent et causent encore plus de dommages.

Médicaments et médecins

Lorsque les médecins emmènent le patient, ils lui fournissent l'assistance nécessaire dans un établissement médical. Ils agissent selon l'algorithme, à savoir:

  • Effectuez un examen approfondi du patient pour déterminer l'état de sa maladie.
  • Éliminer la douleur en utilisant des analgésiques.
  • Essayer de prévenir la stase biliaire.
  • Appliquer un traitement de désintoxication, en utilisant une solution saline.

Après ces actions, le médecin peut commencer le traitement avec des médicaments. Dans les cas extrêmes, une intervention chirurgicale peut être nécessaire pour sauver la vie d’une personne. Pendant son séjour à l'hôpital, on prescrit au patient les médicaments suivants:

  1. Antibiotiques.
  2. Les antispasmodiques soulagent les douleurs aiguës.
  3. Pour améliorer le flux de la bile et le diluer, des préparations de cholagogue sont prescrites, par exemple, Allohol, Liobil et Tsikvalo.
  4. Les hépatoprotecteurs protègent le foie.

Bien entendu, un traitement individuel est choisi pour chaque patient. Ainsi, même si vous êtes traité à domicile, ne prenez jamais les médicaments sans obtenir le consentement du médecin.

Médecine populaire

Souvent, vous pouvez rencontrer des patients traités à la maison, en utilisant les méthodes de traitement traditionnelles. Il existe de nombreux médicaments sur ordonnance qui aident à guérir la cholécystite et même à soulager les symptômes de la douleur. Par exemple:

  1. Décoction de racine de calamus.
  2. Thé de Volodushek.
  3. Un mélange de miel, citron et huile d'olive.
  4. La décoction de plantain.
  5. Teinture de millefeuille.
  6. Thé à la sauge.

Une méthode de traitement très efficace consiste à utiliser des jus de fruits. Il existe une très bonne recette pour traiter la cholécystite. Mélanger le jus de betteraves, radis, carottes, aloès, chaque jus doit être de 0,5 litres. Combinez le liquide obtenu avec 0,5 litre de vodka et de miel. Après avoir mélangé le mélange, fermez-le avec un couvercle et versez le récipient dans le sol pendant 14 jours.

Une fois le temps écoulé, retirez le liquide du sol et stockez-le dans un endroit froid, à l'abri des rayons du soleil. Vous devez prendre le médicament avant les repas, trente minutes, une cuillère à soupe.

Même la médecine traditionnelle propose de boire beaucoup d'herbes différentes, car elles enrichissent le corps en vitamines et soulagent les processus inflammatoires. Vous pouvez boire des herbes telles que:

  • Menthe,
  • Épine-vinette,
  • Immortelle
  • La centaurée,
  • Feuilles de bouleau,
  • Velours Amour.

En plus d'utiliser des herbes, les médecins conseillent de boire beaucoup d'eau pure. C'est l'eau qui élimine tous les scories du corps qui empêchent les organes vitaux de fonctionner normalement.

Caractéristiques régime et nutrition

Presque toujours, les médecins prescrivent à un patient de suivre un régime pour faciliter le travail du corps et aider l’organe malade à se rétablir. Lorsque l'exacerbation de la cholécystite, vous devez manger souvent, à savoir cinq fois par jour, mais en petites portions.

Astuce! Il est conseillé de manger en même temps pour que le corps s’habitue à un tel régime et se rétablisse plus rapidement.

Le but principal d'un tel repas est que la bile ne stagne pas et ne charge pas le travail du système digestif. Essayez de ne jamais trop manger, car cela peut causer une douleur intense à l'abdomen.

Certains aliments doivent être temporairement exclus de leur régime alimentaire, par exemple:

  • Bow
  • Ail
  • Oseille,
  • Les haricots,
  • Pois
  • Épinards
  • Viande grasse
  • Gros oiseau et poisson,
  • Bouillons de viande,
  • Les épices,
  • Au chocolat
  • Cacao

Tous les produits énumérés ne peuvent pas être consommés, car ils ne font qu'exacerber la situation. En outre, il est important de se rappeler de la méthode de cuisson. Il est interdit de manger des aliments frits et fumés, de faire bouillir, de faire mijoter et de laisser mijoter vos produits.

Produits recommandés pour utilisation

Les aliments qui devraient être malades ne devraient pas contenir de cholestérol. Nous vous invitons à consommer différentes céréales, du poisson simple non gras, des noix et des huiles végétales.

Tout le monde ne sait pas qu'un assaisonnement tel que le curcuma aide à rétablir les processus dans la vésicule biliaire et améliore l'écoulement du sang. En plus de cette épice, il est permis de manger:

  1. Pain ou farine séché,
  2. Fruits et baies qui n'ont ni amertume ni acidité,
  3. Beaucoup de légumes
  4. Viande ou volaille maigre
  5. Œufs de poule, pas plus de deux par semaine,
  6. En petites quantités, vous pouvez manger de la crème sure et du beurre.

Bien que les médecins autorisent le patient, en quantités limitées, à consommer du sucre, les antécédents médicaux de nombreux patients ont montré que s’il était complètement abandonné, la personne guérit rapidement.

Nourriture pendant la progression de la maladie

Si la cholécystite ne veut pas reculer, les médecins recommandent de boire beaucoup de liquide, mais lequel? Les plus utilisés sont les thés à la rose musquée ou aux fruits secs. Ensuite, essayez de faciliter le travail de l’estomac en ne mangeant que de la bouillie. Une fois que le patient va mieux, il doit suivre le régime numéro 5. Un exemple de menu pourrait ressembler à ceci:

  1. Petit déjeuner: semoule avec omelette et thé vert. Rappelez-vous que les œufs peuvent être consommés une fois par semaine.
  2. Le deuxième petit déjeuner: fromage cottage sans aucun additif avec bouillon de hanches.
  3. Déjeuner: soupe de légumes, purée de pommes de terre et boulettes de viande cuites, en dessert, vous pouvez manger de la gelée de fruits.
  4. L'heure du thé: pommes au four.
  5. Dîner: Purée de pommes de terre et thé.

Si vous voulez manger avant d'aller vous coucher, buvez du kéfir ou de la gelée. N'oubliez pas de manger un peu, mais essayez souvent de ne pas faire de concessions, car le mauvais aliment peut causer des aggravations.

Il est également très important de manger beaucoup de légumes, car ils sont facilement et rapidement absorbés par le corps et le saturent de vitamines. De plus, dans les baies, il existe des micro-éléments beaucoup plus bénéfiques que dans les gros fruits.

Des signaux à ne pas ignorer

L’exacerbation de la cholécystite chronique nécessite une attention particulière, il est donc très important de se rappeler les premiers secours pour les exacerbations et de suivre un régime qui n’entraînera pas de complications.

De plus, lorsque vous remarquez les premiers signes d’une complication, ne pensez pas qu’elles vont passer par elles-mêmes; si la maladie a commencé à progresser, il faut l’arrêter et non la laisser progresser, plutôt que de la supporter.

Un autre point important, nous pouvons noter l’importance de la nutrition, prend au sérieux cette question car, tout comme les pilules et les aliments peuvent soit nuire soit améliorer l’état de la vésicule biliaire. En plus des produits, prenez des compléments alimentaires enrichis de minéraux naturels et de vitamines. Puisque la vésicule biliaire de cholécystite est endommagée, essayez de la rétablir de toutes les manières possibles.

Traitement de la cholécystite chronique au stade aigu

En cas d'attaque aiguë de cholécystite, 1 ml d'une solution à 1% de morphine ou de pantopon est injecté sous la peau, un coussin chauffant est prescrit pour la région de la vésicule biliaire et le repos. La pénicilline est indiquée pour les formes plus graves. La pénicilline améliore considérablement le déroulement du processus, mais ne conduit pas toujours à une guérison complète.

Le traitement de la cholécystite chronique au stade aigu consiste à prescrire un régime, une application topique systématique de chaleur (bouillottes, gâteaux de boue, diathermie), en cas d’intubation duodénale répétée avec une solution de sulfate de magnésie dans le duodénum, ​​en cure de spa. En présence de la bile Giardia nommer Akrikhin.

Comme il n'y a aucune raison de compter sur la dissolution ou la désintégration des calculs en fragments, qui peuvent facilement passer par les voies biliaires sous l'effet d'un traitement thérapeutique, en cas d'attaques persistantes avec cholécystite calculs et sans calculs, une intervention chirurgicale est souvent inévitable.

Depuis l'époque de S. P. Fedorov, il a été considéré qu'une crise aiguë de cholécystite n'est pas une indication obligatoire pour la chirurgie. Une intervention chirurgicale urgente a été considérée et considérée par beaucoup comme nécessaire uniquement à des températures très élevées, des frissons, une leucocytose élevée, avec une vésicule biliaire large et douloureuse menaçant de perforation, avec une détérioration progressive de l'état général, bref un empyème de la vésicule biliaire.

L'indication absolue pour la laparotomie immédiate est la perforation de la vésicule biliaire. Un tel plan d’action reposait sur le fait qu’après les opérations de la période aiguë, la mortalité était significativement plus élevée qu’après les opérations de la période intermédiaire. Cependant, il n’a pas été tenu compte du fait que, dans la période aiguë, seuls les patients les plus graves ont été opérés.

Les cholécystites sans ston sont soumises à un traitement chirurgical uniquement sous forme phlegmoneuse.

En ce qui concerne les tactiques générales dans le traitement de la cholélithiase et de ses complications, la majorité des chirurgiens adhèrent au principe de la chirurgie précoce, c’est-à-dire qu’il est nécessaire de réaliser l’opération avant l’apparition de complications graves et la détérioration de l’état général du patient.

Les avantages d’une chirurgie précoce, c’est-à-dire une chirurgie pratiquée à un stade précoce de la maladie et à un plus jeune âge sont évidents. Cependant, la dyskinésie biliaire est souvent apparue à un âge plus précoce, ne nécessitant pas d'intervention chirurgicale, mais difficile à distinguer de la cholécystite. Une intervention chirurgicale précoce est souhaitable, mais elle n'est autorisée qu'avec un diagnostic ferme de cholécystite.

La jaunisse et les patients fébriles nécessitent une préparation préopératoire spéciale. Pour soulager les saignements de jaunisse inhérents aux patients dans les 6-8 jours, le sang est re-transfusé (100-150 ml chacun) et la vitamine K est prescrite.Le traitement par la pénicilline est d'abord administré aux patients fébriles. L'opération est réalisée sous anesthésie à l'éther ou par anesthésie locale.

Dans certains cas graves, le traitement de la cholécystite chronique dans la phase aiguë est le rendez-vous de la chirurgie - cholécystectomie. En retirant la vésicule biliaire, retirez le réservoir principal et la source de calculs, le réservoir d'infection, ainsi que la source d'impulsions pathologiques permanentes dans le cortex cérébral. S'il est impossible de retirer la vésicule biliaire, par exemple, en raison de puissantes adhérences, la muqueuse de la vessie ou de la vessie entière est électrocoagulée.

Pour le culte du canal cystique, un tampon de gaze (pas trop grand) ou quelques bandes de caoutchouc. Dans les conditions d'hémostase complète, de péritonisation complète, de perméabilité prouvée du canal biliaire principal, la cavité abdominale est fermée hermétiquement.

La cholécystostomie est rarement pratiquée, presque exclusivement dans la période aiguë avec une infiltration importante, des adhérences puissantes et un affaiblissement général du patient, lorsque l'ectomie choléciste est risquée. La cholécystotomie, plus précisément la cholécystolithotomie, c’est-à-dire une section de la vésicule biliaire destinée à en extraire les calculs, est une exception rare, car la cause des phénomènes douloureux ne sont pas des calculs, mais une infection. Pour tous les types d'opérations sur la vésicule biliaire, un examen approfondi de la voie biliaire principale en ce qui concerne sa perméabilité est nécessaire.

En postopératoire, dans le traitement de la cholécystite chronique au stade aigu, la pénicilline est prescrite, avec des vomissements persistants ou une dilatation aiguë de l'estomac, un lavage gastrique est répété ou une aspiration permanente de son contenu à travers une sonde fine est établie. Parmi les autres complications postopératoires, il existe une péritonite locale, rarement générale, et une obstruction de l'intestin. Si les patients atteints de jaunisse présentent des saignements postopératoires pouvant être fatals, transfuser du sang, prescrire de la vitamine K.

La présence de jaunisse augmente considérablement le risque de chirurgie.

Le traitement chirurgical nécessite souvent un traitement thérapeutique ultérieur.

Quels sont les symptômes et le traitement de la cholécystite chronique au stade aigu?

L'exacerbation de la cholécystite chronique est déclenchée par divers facteurs, que le patient est en mesure de prévenir efficacement. Il est assez facile de reconnaître une aggravation dans le temps - ses symptômes sont très vifs et il est facile pour le patient de consulter un médecin rapidement, surtout s’il souffre de cette maladie désagréable pendant une longue période.

Types de cholécystite et causes d'exacerbation

La cholécystite est une inflammation de la vésicule biliaire pouvant survenir dans les formes aiguës ou chroniques. La cholécystite chronique est divisée en deux types principaux - calculous (maladie de calculs biliaires) et non calculeux (sans pierre). Les deux types de maladie surviennent en violation de l'écoulement et de la production de bile.

Dans la formation de calculs nutritionnels irréguliers, stagnation de la bile ou altération de la perméabilité des voies biliaires, empêchant l'écoulement de la bile dans l'intestin, ainsi que des défauts anatomiques de la vésicule biliaire et des voies biliaires (constriction et autres formations) sont importants.

L'exacerbation de la cholécystite chronique est provoquée par les facteurs suivants:

  • des erreurs dans l'alimentation - manger de grandes quantités d'aliments gras, trop manger;
  • manque d'aliments dans le régime alimentaire contenant des fibres et des fibres alimentaires (légumes, fruits);
  • abus d'alcool;
  • les allergies alimentaires;
  • exercice excessif;
  • exacerbation de maladies concomitantes d'organes internes (pancréas, estomac, foie);
  • traumatisme abdominal;
  • choc nerveux fort.

Si le patient souffre de cholécystite chronique calculeuse, l'exacerbation de la maladie peut même provoquer des tremblements lors d'un voyage par transport ou des mouvements brusques au travail ou lors d'activités sportives.

En outre, les facteurs tels que le surpoids (obésité), la grossesse, l'hypothermie ou le rhume augmentent le risque d'exacerbation de la cholécystite. Les exacerbations de la maladie surviennent souvent chez des patients présentant un développement anormal ou une dyskinésie biliaire.

Symptômes d'exacerbation

Malgré la diversité des causes, les symptômes d’exacerbation apparaissent également. Il s'agit d'une douleur intense dans l'abdomen, qui se concentre dans l'hypochondre droit et irradie vers les régions voisines. L'intensité de la douleur est si élevée qu'il est difficile pour le patient de se déplacer même. Presque immédiatement, des nausées, des éructations et vomissements désagréables avec un mélange de bile, des ballonnements, une perte d’appétit, jusqu’à l’incapacité totale de manger, rejoignent le syndrome douloureux. En mangeant des aliments gras, les symptômes augmentent. La diarrhée est possible et les selles ont une brillance prononcée. Il y a souvent des signes d'intoxication générale - maux de tête, température (généralement autour de 38º), faiblesse et détérioration générale.

Quelques heures après l'apparition de la douleur, des démangeaisons sont possibles. La peau du visage et de la sclérotique acquièrent une teinte jaune verdâtre, avec l'apparition de selles incolores lors de la diarrhée. Ce sont des signes de syndrome ictérique, provoqués par l'accumulation de bilirubine dans le sang. Cette substance ayant un effet toxique sur le système nerveux, des symptômes d’instabilité psychoémotionnelle (irritabilité, nervosité, sautes d’humeur brusques) s’ajoutent aux principaux symptômes de l’exacerbation.

Plus souvent, de telles manifestations sont observées avec une cholécystite calcique. C'est un signe plutôt tardif, et vous ne devez pas attendre qu'il apparaisse. Vous devez consulter un médecin le plus tôt possible lorsque les premiers symptômes alarmants apparaissent. Une manifestation encore plus tardive du syndrome de l'ictère est l'obscurcissement de l'urine.

Il est assez facile de reconnaître l'apparition de la maladie, mais il est impossible pour un non-spécialiste de distinguer une cholécystite calcique d'une cholécystite non calculeuse. En règle générale, le patient sait quel type de diagnostic il a été posé et ce qu’il est permis de faire en cas d’exacerbation. Dans tous les cas, la maladie est traitée dans un hôpital et à la maison, seuls les premiers soins peuvent être prodigués.

Premiers soins pour exacerbation de la cholécystite

Les premiers soins pour la cholécystite chronique au stade aigu consistent en ce que le patient se couche et maintienne toute activité physique au minimum. La position la plus confortable se trouve du côté droit, en pliant les jambes au niveau des genoux et en les tirant vers le ventre. En cas d'aggravation, il est absolument impossible de manger de la nourriture; Si le patient souffre de soif, vous pouvez humidifier les lèvres avec de l’eau ou du thé faible.

Il est interdit de prendre des médicaments autres que ceux prescrits par un médecin. Cela est particulièrement vrai des analgésiques, car la prise de tels médicaments rend le diagnostic difficile. Si le patient est diagnostiqué avec une forme calcaire, il est simplement dangereux de prendre du cholagogue pendant une attaque, car il est possible de provoquer le mouvement de calculs et le blocage des voies biliaires. Dans ce cas, une intervention chirurgicale est nécessaire. Si des symptômes d'exacerbation apparaissent, il est nécessaire d'appeler une ambulance. Il est risqué d'amener le patient à l'hôpital seul, en particulier avec la forme de calcul de la cholécystite.

Diagnostic et traitement

Le diagnostic d'exacerbation de la cholécystite chronique se fait par les symptômes. C'est pourquoi le médecin ambulancier demande obligatoirement aux patients atteints d'un abdomen aigu de la présence de maladies chroniques. Les manipulations diagnostiques restantes sont effectuées à l'hôpital. Tout d'abord, le patient passe une échographie pour confirmer la présence de calculs (avec une forme sans calculs, il est difficile de voir les symptômes). En outre, la CPRE est effectuée et un test sanguin biochimique est effectué pour déterminer le degré de la fonction hépatique anormale. Toutes les mesures diagnostiques sont effectuées parallèlement au traitement et sont nécessaires pour confirmer le diagnostic et corriger le traitement ultérieur.

Traitement de la cholécystite au stade aigu

Le traitement de la cholécystite chronique au stade aigu est effectué dans un hôpital. La thérapie combinée comprend les médicaments et le régime alimentaire. Le premier jour de l'exacerbation - la faim, vous ne pouvez pas manger, il est souhaitable de même limiter la consommation d'eau. Le patient est alimenté par voie parentérale. L'élargissement du régime commence le deuxième jour: des bouillies de lait et des produits laitiers maigres, des bouillons de viande liquides, des soupes et des pommes de terre en purée sont progressivement ajoutés à la nourriture.

Le deuxième jour, on laisse les aliments se remplir d'une petite quantité de légume ou de beurre. Ils sont autorisés à manger des œufs durs, des légumes cuits à la vapeur, des fruits (sucrés) et des craquelins à partir de pain de blé. Les boissons sont autorisées thé faible, compotes, gelée, jus non acides (tomate).

Le 5ème jour, le menu comprend des produits en roubles à base de viande diététique (escalopes de poulet ou de veau, tefleli, quenelles) et des boissons à base de lait aigre faible en gras. Au fur et à mesure que l'état s'améliore, de nouveaux aliments sont ajoutés au régime, le patient reprend un régime conçu pour une période de rémission consistant à restreindre les aliments gras, les épices chaudes (raifort, moutarde, sauces) et le refus de l'alcool. Il est interdit aux patients atteints de cholécystite chronique d’utiliser des cornichons, des cornichons, de l’oseille, des épinards, de l’ail, des oignons. Il est nécessaire d’éliminer de l’alimentation les légumes frais avec des fibres grossières ou des huiles essentielles (chou blanc, radis, radis, navet, poivre bulgare).

Les médicaments pour l'exacerbation de la cholécystite chronique sont principalement utilisés dans le cas de la forme sans pierre, car en cas de cholélithiase, le traitement médicamenteux est inefficace. Des agents anti-inflammatoires, antispasmodiques et cholérétiques sont utilisés - ils soulagent l'inflammation et la douleur, normalisent le flux de bile, dont les violations sont l'une des principales causes de la cholécystite. Si nécessaire, des antibiotiques, des antiviraux ou des antiparasitaires sont prescrits si la présence de l'agent pathogène est détectée.

À la fin de la maladie, il est acceptable de prescrire des hépatoprotecteurs, des agents qui améliorent le fonctionnement du foie et réduisent les effets de la maladie. Des préparations enzymatiques pancréatiques ou des agents qui améliorent leur production peuvent également être prescrits pour favoriser une digestion normale.

Traitement de la cholécystite calculeuse

En cas de cholécystite calculeuse, le traitement est généralement chirurgical. Les mesures thérapeutiques éliminent rarement les calculs. L'opération la plus courante est la cholécystectomie endoscopique. À l'aide d'un laparoscope, la vésicule biliaire est enlevée avec les calculs. L'opération est moins traumatisante et permet au patient de revenir rapidement à un mode de vie normal.

Un régime alimentaire dans la période postopératoire est prescrit sur le même principe que dans le cas d'une maladie sans calculs. La fragmentation nutritionnelle est très importante car, après le retrait de la vésicule biliaire, le corps du patient perd la capacité d'accumuler de la bile et, avec un apport alimentaire occasionnel, des lésions des voies biliaires peuvent survenir. Par conséquent, les aliments doivent être pris fréquemment et en petites portions (5 à 6 fois par jour), en même temps.

L'ensemble de médicaments en période postopératoire est proche de celui qui est prescrit dans le cas de la forme sans maladie. Le traitement repose sur le cholagogue et les médicaments antispasmodiques, car il est nécessaire de rétablir le flux normal de la bile afin d'éviter d'endommager les voies biliaires et le tissu hépatique. Après une exacerbation, le patient doit observer des restrictions dans son régime alimentaire et ses exercices, surveiller son poids, observer strictement la fragmentation de la nutrition, en particulier chez les patients ayant subi une cholécystectomie.

Régime alimentaire: caractéristiques de la nourriture

Arrêtons-nous sur le régime alimentaire, qui doit être observé chez les patients présentant un diagnostic de "cholécystite chronique".

Dans la phase aiguë, les patients atteints de cholécystite doivent adhérer à une variante de leur régime alimentaire appelée "tableau 5a" et suivre scrupuleusement les principes de base de la nutrition thérapeutique:

  • La consommation de glucides simples devrait être minimisée. Cela signifie qu'il ne devrait pas y avoir de sucreries, chocolat, miel, confiture, confiserie et pâtisserie dans le régime.
  • Les aliments doivent être pris en petites portions, mais souvent (5 à 6 fois par jour), de préférence à intervalles réguliers. L'alimentation fractionnée est particulièrement importante lorsque la vésicule biliaire est altérée.
  • Le menu ne devrait pas contenir de viandes grasses et de poisson, de viandes fumées, de saindoux, de saucisses, de conserves et de restauration rapide.
  • La consommation de graisses animales est limitée, les produits laitiers gras (crème sure, fromage cottage, fromages) et le lait entier sont exclus. Mais avant d'aller au lit, buvez chaque soir un verre de yogourt faible en gras ou de yogourt.
  • L'alcool sous toutes ses formes, les boissons sucrées, le café noir fort et le thé sont complètement exclus. Décoctions à base de plantes, boissons aux fruits, compotes, gelées, thé vert au citron, eau minérale sans gaz, recommandés par un médecin, sont utiles.
  • Il est recommandé d’abandonner les bouillons gras, les noix, la crème glacée, les jaunes d’œufs et les aliments frits. La préférence devrait être accordée aux méthodes douces de traitement thermique des produits - cuisson, cuisson à l'étouffée, cuisson à la vapeur.
  • Pendant la période de rémission de la maladie, vous pouvez manger des salades de légumes frais, assaisonnées d'huile végétale, de fruits sucrés et de baies, ainsi que des produits hachés de viandes diététiques.
  • Bouillie visqueuse, accompagnements de légumes, pommes au four. De fruits, vous pouvez manger des pommes, des bananes, des fraises, des pêches, des abricots, des pastèques, des melons. Considérant que les raisins qui améliorent les processus de fermentation dans l'intestin devraient être jetés. Il en va de même pour le pain de seigle, le kvas, les légumes à fibres grossières, dont l’utilisation améliore le processus inflammatoire.

Que faire avec l'exacerbation de la cholécystite: que faut-il prendre?

La cholécystite chronique est caractérisée par la survenue d'un processus inflammatoire à long terme affectant la vésicule biliaire. La survenue d'une inflammation est associée à l'activité de la flore pathogène d'origine bactérienne et virale.

La cholécystite chronique est une maladie lente. La maladie diffère paroxystique. L'exacerbation de la cholécystite chronique peut être provoquée par une variété de causes et de facteurs. Les patients atteints de cette pathologie doivent donc savoir quoi faire en cas de cholécystite exacerbée.

Qu'est-ce qui cause l'exacerbation de la cholécystite?

La cholécystite chronique peut être de deux types: calculatrice, accompagnée de la formation de calculs et sans pierre.

Les principales raisons de l'apparition de la forme chronique de la pathologie sont le développement d'un processus infectieux et la stagnation de la bile. Ces facteurs sont interdépendants et l’un d’eux peut être l’élan de la formation de la maladie.

L'accumulation de sécrétions biliaires augmente le risque de processus infectieux, tandis que l'infection et l'inflammation contribuent au rétrécissement du canal excréteur et réduisent le débit de sécrétion biliaire dans la lumière intestinale.

L'exacerbation de la cholécystite chronique provoque la présence des facteurs suivants:

  • la présence de surpoids et d'obésité, une quantité accrue de cholestérol dans la composition de la bile est l'une des causes du développement de la maladie de calculs biliaires;
  • diabète sucré;
  • le jeûne;
  • la présence de prédisposition héréditaire;
  • période de port d'un enfant;
  • contraception hormonale, certains antibiotiques et autres médicaments;
  • repas rares lorsque les repas sont servis 1 à 2 fois par jour.

En outre, l’exacerbation de la cholécystite calcique peut être provoquée par:

  1. Forte agitation en conduisant.
  2. Effort physique excessif, en particulier après l'apparition d'une hypodynamie prolongée.
  3. Changements brutaux de la position du corps après un repas copieux.

L'exacerbation d'une cholécystite chronique au cours d'une forme sans pierre peut provoquer:

  • manger de grandes quantités d'aliments gras, fumés et marinés;
  • trop manger;
  • prendre des quantités excessives d'alcool;
  • effets sur le corps du stress;
  • le développement d'une réaction allergique, en particulier à la nourriture;
  • régime dans lequel, pendant longtemps, il n’ya pas eu de produits contenant des fibres.

La pathologie peut être exacerbée chez une personne souffrant d'hypothermie, présentant des anomalies dans le développement des voies biliaires, souffrant de dyskinésie.

La cholécystite peut s'aggraver d'une fois par mois à 3 ou 4 fois par an. La phase aiguë peut durer un laps de temps différent. Les médecins distinguent donc une évolution modérée à sévère légère de la maladie aiguë. Selon le déroulement de la pathologie, différentes tactiques de traitement doivent être appliquées.

Les principaux signes de pathologie aiguë

Les principaux symptômes d’une attaque de la maladie sont les douleurs abdominales, les troubles du tractus gastro-intestinal, la faiblesse et la fièvre.

Le premier symptôme indiquant la présence d’une exacerbation de la cholécystite et la nécessité d’un traitement indique l’apparition d’une douleur intense à l’abdomen.

La zone de localisation de la douleur, son intensité et sa durée dépendent d'un grand nombre de caractéristiques individuelles d'un adulte.

Les principales caractéristiques du corps du patient affectant l'intensité et la localisation de la douleur sont les suivantes:

  1. Un type de dyskinésie biliaire.
  2. La présence de complications accompagnant le processus inflammatoire dans la vésicule biliaire.
  3. La présence de maladies concomitantes du tube digestif.

La dernière de ces caractéristiques peut avoir un impact significatif sur le choix du traitement utilisé. Le choix du régime alimentaire en cas d’exacerbation de cholécystite chronique influence considérablement cette caractéristique.

Le plus souvent, la douleur lors de l'exacerbation de la maladie est localisée dans l'hypochondre droit, elle peut être constante et non forte. La douleur peut être douloureuse dans la nature, dans certains cas, elle peut être ressentie comme une lourdeur sous le bord droit. Ces douleurs sont caractéristiques d'une situation dans laquelle le ton des parois de la vésicule biliaire diminue.

Si le tonus est plus élevé que la normale ou s'il y a un mouvement de calculs dans la vessie, les sensations douloureuses sont de la nature des coliques biliaires.

Les caractéristiques de cette situation sont les suivantes:

  • douleur intense dans l'hypochondre droit;
  • les douleurs sont paroxystiques;
  • la douleur donne à la région de l'omoplate, de la clavicule ou de l'épaule droite.

Les douleurs sont soulagées par l'application d'un appareil de chauffage chaud. En cas de vomissement, après son achèvement, les sensations de douleur sont grandement améliorées.

Lorsque le processus inflammatoire se propage aux tissus adjacents, la douleur devient constante et exacerbée lors des mouvements de la main droite, ainsi que lors de la flexion et de la rotation du torse.

Les signes de troubles dyspeptiques sont:

  1. L'apparition d'amertume dans la cavité buccale.
  2. Vomissements avec amertume.
  3. Bouts de nausée.
  4. Éructations amères.
  5. L'apparition de ballonnements.
  6. L'apparition de diarrhée.

Le patient ressent une sensation de démangeaison; s'il y a une stagnation de la bile dans les voies d'excrétion, sa pression augmente et des acides partiellement biliaires pénètrent dans la circulation sanguine. La sensation de démangeaisons peut se propager à la fois à tout le corps et à ses différentes parties.

L'apparition de démangeaisons est caractéristique de la forme pathologique de calcul, mais même avec une cholécystite chronique non calculeuse, l'apparition d'un tel symptôme est possible, ce qui indique la nécessité d'un traitement médical à l'hôpital et non à la maison.

Méthodes de traitement et de diagnostic des exacerbations de la cholécystite

Lors du diagnostic, le médecin examine les antécédents médicaux du patient et identifie les comorbidités pouvant entraîner une exacerbation, telles que la pancréatite, par exemple. Lors de la palpation du côté droit du corps dans la région de l'hypochondre, le patient ressent des sensations douloureuses.

Pour confirmer le diagnostic, un ensemble d’études de laboratoire, instrumentales et matérielles est réalisé.

Les tests de laboratoire révèlent une valeur accrue de la RSE et une activité élevée des enzymes hépatiques telles que la phosphatase, le GGTP, le AlT et l'AST. Dans la composition de la bile en l'absence de calcul, une faible teneur en acides biliaires et une quantité accrue d'acide lithocholique sont détectées, des cristaux de cholestérol et une quantité accrue de bilirubine sont également détectés. De plus, la composition de la bile révélait la présence de bactéries responsables du processus inflammatoire.

Comme méthodes de diagnostic instrumentales et matérielles sont utilisées:

  • Échographie;
  • cholégraphie
  • la scintigraphie;
  • intubation duodénale;
  • artériographie.

Traitement de l'exacerbation de la cholécystite

Les méthodes de traitement chirurgical ne sont utilisées que pour le traitement de la forme pathologique de la pathologie, ainsi que pour les formes non calculeuses de la forme aiguë.

Dans d'autres cas, un traitement avec des méthodes conservatrices est indiqué. La conduite d’un traitement conservateur implique l’utilisation de toute une gamme de médicaments.

Les agents antibactériens sont utilisés pour réorganiser le processus inflammatoire. Les préparations enzymatiques - Panzinorm, Mezim et Creon sont utilisées pour normaliser les processus de digestion. Les AINS et les antispasmodiques sont utilisés pour soulager la douleur et réduire l'intensité du processus inflammatoire. Les fonds destinés à améliorer la circulation de la bile aident à normaliser le corps.

Ces médicaments sont

En outre, une décoction de stigmates de maïs peut être utilisée pour normaliser l'écoulement de la bile.

Pour réduire le degré d’intoxication du corps, utilisez des compte-gouttes contenant du chlorure de sodium et du glucose.

L'utilisation de la physiothérapie est recommandée en association avec un traitement médicamenteux. Selon les critiques des médecins et d'un grand nombre de patients, l'utilisation de techniques telles que:

  • électrophorèse;
  • Thérapie SMT;
  • réflexologie;
  • installation d'applications avec de la boue thérapeutique.

Si une intervention chirurgicale est nécessaire, mais qu'il existe des contre-indications, la lithotripsie par onde de choc peut être utilisée comme alternative. La technique est utilisée pour broyer des pierres sous forme de pathologie calculeuse.

L'inconvénient de cette technique est la forte probabilité de formation ultérieure de calculs dans les voies biliaires.

L'utilisation de l'alimentation dans le traitement de l'exacerbation de la cholécystite chronique

La nutrition diététique en cas d'exacerbation de la forme chronique de cholécystite implique l'introduction d'un certain nombre de restrictions dans le régime alimentaire. Au stade de l'exacerbation, il est recommandé de respecter le régime numéro 5a.

En outre, vous devez suivre certains principes de nutrition. Il est nécessaire de passer au pouvoir fractionnel. Dans la journée devrait être 5-6 repas, avec un seul volume de nourriture consommée devrait être petit. Il est recommandé de manger en même temps.

Les médecins conseillent de réduire au minimum la quantité de glucides simples consommés, tels que les bonbons, le miel et la pâtisserie sucrée. Besoin d'abandonner la consommation de boissons gazeuses, de boissons alcoolisées et de café. Il est préférable de remplacer les composants du régime indiqués par du thé faible, des compotes, des jus naturels, des décoctions à base de plantes et de l’eau minérale.

Autorisé l'utilisation d'huiles végétales, de viande maigre, de produits laitiers maigres, d'avoine et de sarrasin, de légumes et de fruits.

Il est interdit de manger de la viande et du bouillon gras préparés à base de noix, d'aliments frits, de jaunes d'oeuf, de crème sure, de fromage cottage et de lait très gras, au stade de l'aggravation. De plus, les saucisses et les glaces devraient être exclus du régime alimentaire.

Il est recommandé de cuire à la vapeur ou par rôtissage et ébullition.

Prévention des exacerbations de la cholécystite

Le risque d'exacerbations est considérablement réduit, tout en respectant les mesures préventives. Pour prévenir les exacerbations, il est recommandé de respecter les règles diététiques et de mettre en œuvre de manière stricte les recommandations du médecin traitant. Le régime le plus optimal en période de rémission de la pathologie est le tableau de régime n ° 5. La principale exigence est la préparation d'un régime utilisant des produits et des méthodes de cuisson approuvés.

Un patient à risque doit contrôler son poids. Il est interdit de trop manger et de mourir de faim. Les médecins conseillent de récupérer régulièrement avec un traitement de spa. En période de rémission de la pathologie pour prévenir l'apparition d'exacerbations, il est nécessaire de faire des exercices de gymnastique thérapeutique recommandés par le médecin traitant.

À titre préventif, vous pouvez utiliser l’eau minérale Essentuki numéros 4 et 17, Smirnovskaya et Mirgorodskaya. La quantité recommandée est d'un verre trois fois par jour.

Pour améliorer la santé de votre corps, après consultation de votre médecin, vous pouvez consommer en infusion des boissons préparées à base de tisanes comprenant de la soie de maïs, de l’immortelle et de la menthe. En tant qu'antimicrobien, vous pouvez utiliser des infusions à base de camomille, d'églantier, de millepertuis, de tansy, de chélidoine et de calendula.