Principal / Gastrite

Hémorroïdes: symptômes et traitement

Gastrite

Nous savons tous ce que sont les varices. Une telle pathologie vasculaire est difficile à cacher, cela est clairement évident, mais les hémorroïdes sont possibles. Si elle est simplifiée à l'excès, il s'agit de la même dilatation des veines, uniquement localisée dans l'anus et la partie inférieure du rectum, à l'abri des regards du public.

Les statistiques sur l'incidence des hémorroïdes dans différentes sources varient de 44 à 86%. Le dernier chiffre semble assez cher, mais ce n’est qu’au premier abord: pensez-vous que beaucoup voudront faire de la publicité, dirons-nous, d’une maladie délicate? En passant, c'est en vain. Les hémorroïdes sont absolument «normales», si je puis dire, une maladie et certainement pas une raison de fausse modestie.

Causes des hémorroïdes

Les principales causes des hémorroïdes sont deux: vasculaire, lorsque le dysfonctionnement se développe entre l'entrée et la sortie de sang des corps caverneux, et mécanique. Dans le second cas, sous l’influence de facteurs défavorables, il se produit un étirement du muscle longitudinal de la couche sous-muqueuse du rectum, qui maintient les hémorroïdes en place et commence, au sens littéral du terme, à «tomber». Quels facteurs influencent le développement des hémorroïdes?

  • constipation et traitement (abus de lavement, laxatifs);
  • prendre des contraceptifs oraux;
  • étonnamment, mais l'hygiène excessive de l'anus contribue également aux hémorroïdes (la cause est une irritation de la muqueuse anale);
  • mauvaise alimentation (thé, café, alcool, déficit en fibres);
  • le sexe anal;
  • sports (motocyclette, cyclisme, soulever des poids);
  • profession, qui détermine un long séjour en position assise (groupes à risque - conducteurs, pilotes, programmeurs).
Type de cônes hémorroïdaux des hémorroïdes externes (à gauche, une photo, à droite, une image)

Je me permettrai dans le cadre de ce chapitre une petite digression lyrique. Une autre raison du développement des hémorroïdes est la présence dans les toilettes d’une tablette, d’un smartphone ou de divers types d’imprimés: livres, magazines, journaux, nécessaires pour «illuminer» une longue veillée dans les toilettes et allier travail et plaisir. Donc: il n'y a rien d'utile ici. Le fait est que rester assis sur les toilettes pendant l'attente d'une «deuxième vague» de selles, sollicitant les muscles abdominaux avec un sphincter détendu et un rectum vide (car après la première vidange, les fèces n'y sont pas encore arrivées du gros intestin) entraîne un afflux important. sang aux nœuds hémorroïdaires. Maintenant, j'ai décrit la défécation dite en deux étapes, à laquelle, selon les statistiques, jusqu'à 90% des personnes souffrant d'hémorroïdes sont sujettes. Il est très sage de dire que, s’il s’agit d’un texte un peu plus typé pour l’impression, il se lit comme suit: «Si vous ne voulez pas effectuer l’acte de la défécation pour le moment, ne vous tourmentez pas votre anus». C'est d'ailleurs le moyen le plus précieux de prévenir les hémorroïdes (ce qui signifie une réduction du temps passé aux toilettes, désolé pour de tels détails physiologiques).

Symptômes d'hémorroïdes

Cliniquement, la maladie survient d'abord silencieusement et sans être remarquée. Le premier symptôme des hémorroïdes est un inconfort dans l'anus, qui se traduit par la sensation d'un corps étranger. Ce symptôme survient généralement dans les troubles intestinaux (constipation ou diarrhée), les troubles du régime alimentaire, l’abus d’alcool. Le principal symptôme des hémorroïdes est un saignement écarlate après une selle (on peut le voir, par exemple, sur du papier toilette ou dans les selles même). Autres symptômes d'hémorroïdes:

  • perte d'hémorroïdes. Dans la phase initiale, ils se réinitialisent, puis ils nécessitent une intervention «manuelle»;
  • douleur constante (surtout pendant les selles), démangeaisons dans l'anus.

Comme pour toute maladie, les variantes aiguës et chroniques sont caractéristiques des hémorroïdes, ces dernières étant plus caractéristiques. Au cours des hémorroïdes chroniques, il y a 4 étapes, chacune ayant ses propres caractéristiques distinctives, principalement liées à l'état des hémorroïdes. Dans la première étape, les hémorroïdes ne tombent pas, seuls les écoulements sanguins de l'anus sont notés. Aux deuxième et troisième étapes, les nœuds commencent déjà à tomber lors de la défécation et, si à la deuxième étape, ils sont configurés de manière indépendante, à la troisième étape, cette manipulation doit être effectuée manuellement. Dans la quatrième étape, la perte de nœuds est déjà notée lors des éternuements, de la toux et de l'effort physique. Les envoyer devient presque impossible.

Hémorroïdes chez les femmes

En plus du rectum, les vaisseaux sanguins sont compressés et il est donc difficile pour le sang de s'écouler des organes pelviens, ce qui provoque également des hémorroïdes pendant la grossesse. Une forte tension pendant l'accouchement entraîne également des manifestations d'hémorroïdes. Il existe une autre circonstance favorable propre au sexe féminin: la menstruation, au cours de laquelle il y a une flambée de sang, y compris des ganglions hémorroïdaires, qui entraîne une exacerbation des hémorroïdes.

Diagnostic des hémorroïdes

Ce n'est pas difficile. L'essentiel est le tour de passe-passe, car les hémorroïdes sont diagnostiquées par un examen rectal et une palpation (palpation). Dans le même temps, les sceaux des hémorroïdes, un affaiblissement du tonus du sphincter sont clairement visibles, et lorsqu’ils sont fatigués, il y a une perte de nœuds.

Comment traiter les hémorroïdes?

La première étape consiste à contacter un médecin qui traite les hémorroïdes - il s’agit d’un proctologue. Toutefois, si vous souhaitez obtenir un rendez-vous gratuit avec le proctologue, vous devrez d'abord consulter un chirurgien qui sera à l'écoute de vos plaintes et vous adressera ensuite au référent souhaité. En-dessous des dates de recommandations pour la prévention, le traitement des hémorroïdes, vous pouvez les utiliser en attendant votre rendez-vous chez le médecin.

Aux premiers stades de l’évolution de la maladie, les médecins recommandent un traitement conservateur, c’est-à-dire traitement des hémorroïdes à la maison. Dans la prévention et le traitement des hémorroïdes, le régime alimentaire est très important. Malgré tout: extrêmement important. Bien sûr, tous ont des caractéristiques nutritionnelles individuelles, mais il existe certains groupes de produits qui provoquent une irritation du côlon et du rectum chez la majorité absolue des personnes. Il s’agit des oignons, de l’ail, des cornichons, des conserves, de la moutarde, de la viande fumée et, bien sûr, de l’alcool. Le régime alimentaire doit être riche en acides lactiques, en légumes, en pain noir, en fibres et en aliments riches en fibres (lire: aliments qui préviennent la constipation). Mangez du chou-fleur, du miel, du poisson, du riz plus souvent et n’oubliez pas de boire plus!

Essayez de marcher davantage et faites des exercices spéciaux - cela aide à prévenir la stagnation du sang dans le pelvis et à renforcer les muscles du sphincter anal du rectum.

Après un acte de défécation, il est impératif de se laver quelques minutes à l’eau glacée et il est préférable de se doucher; envoyer un jet d'eau froide à votre anus, terminer au maximum, puis faire une pause de cinq minutes et répéter la procédure. Ceci est utile non seulement dans le traitement, mais aussi dans la prévention de la pathologie.

Pommade pour hémorroïdes - «Gepatrombin G» à usage externe et rectal. En cas d'hémorroïdes internes, les suppositoires avec l'héparine (Nigepan, Gepatrombin G, Gepazolone), l'anesthésine, l'extrait de belladone, les lavements médicamenteux avec la camomille, l'écorce de chêne, l'aulne saplarum, le millepertuis et le rhizome sont prescrits. Lorsque externe - pommade hémorroïdes, par exemple, la même Gepatrombin G que dans une forme différente de libération. Bien que grâce à une buse spéciale, qui est incluse, cette pommade puisse être utilisée dans le traitement des hémorroïdes internes.

Le traitement des hémorroïdes à la maison n’est pas complet sans l’utilisation de médicaments pris par voie orale, c.-à-d. des pilules. Pour augmenter le tonus des parois des vaisseaux, réduire leur élasticité et la stagnation veineuse, les proctologues recommandent de prendre du Detralex ou, en raison du coût élevé de la drogue française, son homologue russe Venarus.

Si tout ce qui précède n'a pas l'effet souhaité, la prochaine étape du traitement est l'hospitalisation du patient avec une intervention chirurgicale ultérieure, principalement une hémorroïdectomie, c'est-à-dire excision des hémorroïdes, externes et internes, avec restauration de la membrane muqueuse de l'anus. La récupération d'une telle opération prend de 3 à 4 semaines.

Il existe un certain nombre de méthodes peu invasives pour le traitement des hémorroïdes, qui sont utilisées avec succès en combinaison avec un traitement chirurgical. Il s'agit de la sclérothérapie (introduction de préparations spéciales dans l'hémorroïde contribuant à la formation de tissu conjonctif), de la photocoagulation infrarouge (sclérose de l'hémorroïde sous l'influence d'une sonde infrarouge), de la ligature de l'hémorroïde à l'aide d'un anneau de latex qui provoque sa mort.

Prévention des hémorroïdes

En principe, en matière de prévention, tout a déjà été dit ci-dessus. Ceci et la lutte contre les troubles digestifs, les restrictions alimentaires, l'activité physique contrôlée (nécessaire pour prévenir la stagnation du sang dans le pelvis, mais une charge excessive qui contribue à la fatigue est contre-indiqué), une bonne hygiène de l'anus.

Comment se manifestent les hémorroïdes

Le plus souvent, les symptômes de la maladie apparaissent soudainement. La pathologie est indiquée par des démangeaisons, une sensation de brûlure et de la chaleur dans l'anus. Manifestation de douleurs lors des selles, de saignements rectaux et d'inconfort lors d'une position assise sur une chaise.

Les hémorroïdes aiguës et chroniques sont traitées au moyen de médicaments à action générale et locale:

  • phlébotonique;
  • des analgésiques;
  • hémostatique;
  • anti-inflammatoire;
  • combinés.
  • Perte d'hémorroïdes pendant les selles.
  • Saignements rectaux pendant les selles. Peut manifester des impuretés de sang écarlate dans les selles. Le sang peut également couler dans des filets ou des gouttelettes.
  • Augmentation des hémorroïdes externes.
  • Inconfort.
  • Humidité dans la région de l'anus, provoquée par les sécrétions muqueuses du rectum.
  • Démangeaisons, brûlures dans la zone à problèmes.

Les hémorroïdes chroniques ne sont presque jamais accompagnées de douleur. Ils apparaissent en cas de complications. Par exemple, en cas de thrombose d'hémorroïdes, ainsi que l'apparition de fissures anales ou de fistules.

Les symptômes d'hémorroïdes chez les femmes sont des saignements plus prononcés et des démangeaisons dans la région anale. Dans de rares cas, syndrome douloureux manifeste.

L'évolution de la forme aiguë de la maladie est caractérisée par les symptômes cliniques suivants:

  • Douleur dans l'anus et le rectum.
  • Douleurs douloureuses hémorroïdes externes et internes.
  • Saignements rectaux excessifs qui ne peuvent pas être arrêtés avec l'aide de moyens conservateurs (pommades, suppositoires, compresses froides, phlébotoniques, etc.)

Les symptômes d'hémorroïdes chez les hommes se manifestent davantage par des brûlures, des démangeaisons et des nœuds.

La thrombose aiguë des hémorroïdes peut être compliquée par une inflammation des tissus environnants. Dans ce cas, il existe des symptômes communs d'inflammation - fièvre, fièvre.

Le traitement des hémorroïdes aiguës à l’aide de médicaments locaux vise à éliminer la douleur, l’inflammation et la thrombose des ganglions du plexus hémorroïdaire.

Le médicament est prescrit par un proctologue compte tenu des symptômes dominants. Cette douleur, le degré de propagation de l'inflammation, la force du saignement. Dans ce cas, il est recommandé de mettre des bougies pour les hémorroïdes ou des applications avec des onguents thérapeutiques deux fois par jour. Si possible, cela devrait être fait après la défécation.

Douleur et démangeaisons dans l'anus

Les hémorroïdes pendant le développement de la maladie sont affectées par l'érosion. Si elles commencent à saigner, une irritation se produit, suivie de démangeaisons et de brûlures. Ces symptômes, qui ne sont pas les plus dangereux, entraînent une sensation de gêne.

Si des masses fécales et du mucus sont libérés du rectum, c'est un signe d'insuffisance du sphincter anal. Ces troubles conduisent à une irritation et au développement du processus inflammatoire.

Pour aider à venir des médicaments exposition locale. Ils soulagent efficacement la douleur et l'inflammation. Renforce l'effet des phlébotoniques et des analgésiques. Réduire le temps de rééducation.

La durée du traitement dans le diagnostic des hémorroïdes aiguës dure de 7 à 10 jours. Pour soulager les symptômes des hémorroïdes chroniques et prévenir les rechutes, le traitement dure 1,5 à 2 mois.

Au stade aigu des hémorroïdes, le syndrome douloureux est stoppé à l'aide d'analgésiques non narcotiques, ainsi que de médicaments systémiques et locaux visant à éliminer les symptômes spécifiques de la maladie.

Saignements

Les saignements rectaux sont l'un des signes caractéristiques des hémorroïdes, une complication de la maladie, survenant sous forme aiguë ou chronique. Le sang est libéré par les hémorroïdes touchées et sort par l'anus. Cela se produit périodiquement, généralement pendant les selles.

Au cours du saignement, une personne ne ressent pas la douleur. Après une selle, le sang sort sous forme de gouttes et s'écoule de l'anus. Des taches de sang écarlate sont visibles sur le papier toilette, les sous-vêtements et les matières fécales.

Pour soulager le processus d'inflammation chez les hémorroïdes, utilisez des anti-inflammatoires non stéroïdiens:

  1. Le lornoxicam;
  2. Le diclofénac;
  3. thérapie enzymatique systémique;
  4. Le célécoxib;
  5. onguents avec des substances pour soulager des symptômes spécifiques;
  6. Postérisation;
  7. Diosmine;
  8. Diosmine avec l'hespéridine.

Pour éliminer les saignements rectaux, les suppositoires sont prescrits avec différents effets thérapeutiques. Ces fonds occupent à juste titre une place prépondérante dans le traitement des hémorroïdes sous forme aiguë et chronique.

Thrombose hémorroïdaire

Si un caillot sanguin se forme dans les vaisseaux sanguins du rectum, cette complication des hémorroïdes est appelée thrombose hémorroïdaire. Il se manifeste par une douleur intense et une sensation de corps étranger dans l'anus.

Les principaux symptômes de la thrombose sont des douleurs au périnée et des malaises.

La douleur constante n'a rien à voir avec des actes de défécation. La taille et la densité de l'hémorroïde augmentent progressivement. Cette pathologie est souvent accompagnée d'une inflammation, qui peut être déterminée par des signes tels que fièvre, nausée et faiblesse.

La thrombose, compliquée par une inflammation, est traitée avec une combinaison de médicaments capables de soulager l'inflammation, d'anesthésier, de dissoudre le thrombus et d'enlever les autres symptômes de la maladie. Ceux-ci incluent des formes de dosage destinées à l'usage externe - onguents, gels, émulsions, etc.

Dans la thrombose hémorroïdaire, le processus d'inflammation englobe la zone périanale ainsi que le tissu sous-cutané. Le traitement avec des médicaments systémiques dans cette situation est complété par des pommades hydrosolubles ayant des effets anti-inflammatoires. C'est Mafenid, Levasin, Levomekol.

Prolapsus hémorroïdaire

Lorsque la maladie progresse, il se produit une augmentation et une perte d'hémorroïdes, c'est-à-dire leur sortie de l'anus vers l'extérieur.

Si vous ne traitez pas les hémorroïdes chroniques, ce symptôme apparaît environ cinq ans après l'apparition des premiers symptômes de la maladie. Cela signifie que les hémorroïdes de la première étape sont passées à la seconde.

Au début, les hémorroïdes dilatées ne sortent que lors d'un acte de défécation. Plus tard - avec un effort physique intense, un éternuement ou une toux. A ce stade, les nœuds reviennent indépendamment sur le site, puisque la fonction du sphincter et du tissu musculaire n'est pas altérée.

Quand une maladie chronique entre dans la troisième phase, les hémorroïdes commencent à tomber, pas seulement pendant la défécation. Cela peut se produire lors d'un changement de position du corps, de la musculation et même lors d'une marche calme. Les nœuds ne sont plus en mesure de retourner au rectum par leurs propres moyens. Remets-les en place avec leurs mains.

La dernière étape de la maladie hémorroïdaire est caractérisée par la destruction complète des muscles et des ligaments dans la région de l'anus et par leur remplacement par le tissu conjonctif. Les hémorroïdes tombent systématiquement. Leur mise en place provoque des saignements.

La grande majorité des patients atteints de maladie hémorroïdaire présentent un autre problème délicat: la constipation persistante ou le syndrome du côlon irritable. Dans ce cas, la thérapie principale est complétée par des médicaments contenant des fibres alimentaires, des moyens pour améliorer la digestion, des additifs biologiquement actifs et des médicaments stimulant la motilité du tube digestif. Le traitement de la constipation est une mesure nécessaire pour la prévention des hémorroïdes et son traitement à n'importe quel stade.

Les premiers signes de la manifestation de la maladie sont une raison d'aller chez le proctologue à la réception!

Il est important d'apprendre par vous-même que les hémorroïdes ne peuvent pas être traitées seules. Établir le bon diagnostic et prescrire des médicaments et des procédures médicales est la prérogative du proctologue. L’automédication conduit généralement à des complications et à la nécessité d’une intervention chirurgicale.

Les hémorroïdes

Les hémorroïdes, une maladie dont il sera question dans l'article de ce jour, ne peuvent s'appeler qu'un problème délicat. De plus, les hémorroïdes, dont nous allons considérer les symptômes aujourd’hui, dans de nombreux cas, les patients essaient de guérir par eux-mêmes, ce qui, malheureusement, ne favorise en rien son déroulement et les conséquences découlant d’une attitude similaire à son égard.

Description générale

Cela peut vous surprendre, mais les hémorroïdes sont une maladie assez commune, diagnostiquée en moyenne chez 10% des patients de la population totale de la planète. Le groupe d'âge dominant qui subit le développement de cette maladie est défini par une limite de 30 à 50 ans. Ce groupe de patients, à son tour, détermine le nombre approximatif de 28% de l'ensemble des patients atteints de maladies relevant du domaine de la proctologie. Les hémorroïdes chez les hommes se produisent 4 fois plus souvent que les hémorroïdes chez les femmes.

Pour comprendre les causes du développement des hémorroïdes, il est important d'identifier certaines caractéristiques anatomiques pertinentes pour l'anus, qui est en fait affecté par cette maladie. Ces caractéristiques consistent principalement dans le fait que le rectum de sa partie inférieure est entouré par un vaste réseau de corps veineux définis comme des corps caverneux (ou veines hémorroïdaires). Ces veines "recouvrent" en quelque sorte le rectum sur toute sa circonférence. Le corps caverneux est supérieur et inférieur, ce qui indique l'emplacement correspondant dans la partie supérieure ou inférieure du rectum. La maintenance des corps caverneux est assurée par le tissu conjonctif qui est tissé directement dans les vaisseaux veineux (plus précisément dans leurs parois), ce qui, à son tour, est destiné à faire obstacle à leur expansion excessive. Lors du remplissage sanguin des corps caverneux, les fonctions du sphincter anal sont également assistées (le sphincter anal est un muscle, grâce à quoi l'ouverture anale est fermée), ce qui leur correspond directement, c'est-à-dire qu'il aide à conserver les matières fécales.

Les hémorroïdes se développent en raison d'une hyperplasie des anneaux caverneux du rectum, ce qui entraîne des varices, qui, comme on peut le comprendre d'après les spécificités de la maladie, se produisent dans l'anus. Hémorroïdes, dont les causes ne sont pas identifiées de manière fiable. Cependant, il existe un certain nombre de facteurs sur la base desquels certaines hypothèses en la matière peuvent être construites.

Donc, il est fort possible que le problème réside dans la faiblesse du tissu conjonctif, qui est déterminée par la constitution. Un dysfonctionnement vasculaire joue également un rôle important, associé à des processus pathologiques tels qu'une augmentation du flux de sang artériel dans les artères cochléaires avec une diminution du débit sortant dans les veines capricieuses, dans le cadre duquel, comme nous l'avons noté initialement, les corps caverneux subissent une augmentation et des hémorroïdes.

En raison des processus dystrophiques se produisant dans les structures anatomiques, grâce auxquels la formation du squelette fibromusculaire des ganglions hémorroïdaires est assurée, ils commencent progressivement à se déplacer dans la direction distale. Les corps caverneux se déposent au bout de 3 à 8 semaines de développement embryonnaire, ils sont diffus (diffus), se focalisant ainsi à partir de la base des piliers antérieurs. Pendant ce temps, ils sont plus souvent regroupés en trois zones principales: la paroi latérale gauche, la paroi postérolatérale droite et la paroi antérolatérale droite du canal anal. Les hémorroïdes se produisent le plus souvent dans ces zones.

La différence entre les corps caverneux et les veines ordinaires, qui sont concentrés dans la sous-muqueuse de la région rectale considérée, est qu’ils contiennent un grand nombre d’anastomoses artérioveineuses directes. En raison de cette caractéristique, le fait que le sang écarlate soit l'un des symptômes des hémorroïdes s'explique par le fait que le saignement est de nature artérielle.

Comme les raisons contribuant au développement des hémorroïdes, distinguent également le nombre de facteurs suivant:

  • La prédisposition héréditaire: ainsi, la présence de la maladie dans la famille immédiate est un facteur qui augmente le risque de développement possible de la maladie.
  • Levage de poids Lorsque vous soulevez des poids, en particulier si cela est fait brusquement par une personne non entraînée, l'appareil ligamentaire est endommagé, ce qui détermine également le risque correspondant de développement possible d'hémorroïdes. En plus de soulever des poids, un autre type de charge peut être considéré comme un tel facteur (gymnastique, lutte, etc.).
  • Position sédentaire prolongée. Cela concerne en particulier les activités professionnelles (pilotes, opérateurs informatiques, programmeurs, etc.). Aussi, en termes généraux, l'inactivité du mode de vie est également considérée, contre laquelle une stagnation se développe dans les organes pelviens, ce qui contribue à la violation de la sortie veineuse.
  • Constipation Avec une constipation fréquente, les hémorroïdes se développent également au moins aussi souvent, ce qui, en plus de cela, s'accompagne d'exacerbations ultérieures dans son propre cours. La constipation entraîne une augmentation de la pression intra-abdominale et le facteur qui accompagne cette pathologie est l'éjection des hémorroïdes de l'anus.
  • Grossesse: étrangement, la grossesse détermine également le risque important de développement possible d'hémorroïdes. Comme on le sait, cette période s'accompagne d'une restructuration systémique de l'organisme tout entier. L'une de ses caractéristiques est une augmentation chronique de la pression de la partie intra-abdominale lors d'une congestion veineuse. Déjà au moment de la naissance, ces facteurs peuvent dépasser les valeurs critiques pour eux-mêmes, ce qui entraîne la formation de nœuds irrécupérables.
  • Irritation locale: on parle en particulier d'irritation directement exposée à la membrane muqueuse: prise de laxatifs, recours à des lavement, effets hygiéniques trop intenses sur l'anus, relations sexuelles anales, infections, etc.
  • Caractéristiques alimentaires. La survenue de la maladie considérée, ainsi que l’exacerbation de son évolution, est due à l’abus de produits fumés et salés, de produits aigus, à la stimulation des fonctions rectales par les boissons (thé, café), à la dépendance aux boissons alcoolisées, à la suralimentation persistante (chronique), etc. En cas de dépendance aux produits semi-finis, une consommation insuffisante de liquides, de fruits et de légumes perturbe également le fonctionnement normal de l'intestin, ce qui entraîne une constipation. Remarquablement, les diarrhées fréquentes contribuent au développement de la maladie.
  • Facteurs de type hormonal. Dans ce cas, il est possible d'identifier les modifications hormonales dues à l'aggravation des hémorroïdes. Elles sont pertinentes lors de l'utilisation de contraceptifs oraux, d'un traitement hormonal, de la menstruation, etc.
  • Quelques sports. En secouant, utile en moto, à bicyclette, à cheval, etc. il y a aussi le risque d'hémorroïdes et de son exacerbation.
  • Maladies du foie. Étant donné que la circulation rectale du sang dans les veines, qui sont à leur tour liées au foie, certaines maladies de cette dernière (par exemple, la cirrhose du foie) provoquent une augmentation de la pression dans ces veines. En raison de l'augmentation de la pression, des difficultés correspondantes apparaissent lors de la sortie du sang. Des positions égales avec la cirrhose sont déjà des caractéristiques notées de la nutrition et de la consommation d'alcool (y compris l'alcoolisme), de la prise de certains médicaments, ce qui s'explique par l'impact négatif similaire sur le foie.
  • Maladies des organes pelviens. Dans ce cas, les organes adjacents au rectum sont la prostate (chez les hommes) et la vessie, qui, en cas d’inflammation, perturbent la circulation sanguine dans les veines de l’anus. Les hémorroïdes surviennent souvent avec une prostatite (une maladie provoquant l'inflammation de la prostate), ainsi qu'avec une cystite (une maladie qui survient chez les hommes et les femmes et qui provoque une inflammation de la vessie).
  • La présence de tumeurs ou de processus inflammatoires dans l'intestin.
  • Le stress.

Signes d'hémorroïdes

Les hémorroïdes se caractérisent par certains signes en présence desquels il y a lieu de le considérer comme une maladie possible. Le plus caractéristique de ces signes est le saignement (peut-être sa manifestation sous forme de frottis sanguin), provenant directement de l'anus, il est souvent considéré comme le premier symptôme des hémorroïdes. Dans plus de la moitié des cas, les saignements se produisent après un acte de défécation (défécations). Nous avons déjà noté que le sang dans ce cas apparaît en rouge vif, ce qui distingue ce symptôme d'hémorroïdes de l'état de vidange gastro-intestinal, dans lequel il est très sombre, presque noir. Le sang ne se mélange pas avec les matières fécales, il recouvre sa surface. En raison de l'intensité possible des saignements hémorroïdaires et de leur durée, l'anémisation des patients est possible.

La deuxième caractéristique, non moins caractéristique de la maladie, est le prolapsus des hémorroïdes, qui, selon leur localisation, se produit par l’intermédiaire de l’anus. L'apparition de la maladie s'accompagne de la manifestation de ce symptôme uniquement lors des mouvements de l'intestin et des tentatives pour y parvenir, mais c'est à ce stade de son évolution que les nœuds sont reconstitués de manière indépendante, après quoi ils deviennent invisibles. Parallèlement, la progression du processus conduit à ce que les patients doivent de plus en plus effectuer eux-mêmes une telle manipulation, établissant ainsi les nœuds. Si la maladie atteint l'œdème et l'inflammation du nœud, ce sera complètement impossible.

Il convient de noter que, de manière générale, les symptômes associés aux maladies du côlon sont extrêmement monotones, car les saignements ne sont pas uniquement un symptôme d'hémorroïdes, ce qui indique, par exemple, la pertinence des polypes, de la colite ulcéreuse, des tumeurs malignes, etc. le temps et la perte d'hémorroïdes peuvent être confondus avec des états pathologiques tels qu'un prolapsus ou un rectum, une fissure de l'anus, etc. Sur la base de la spécificité des manifestations de la maladie réelle, contactez le spécialiste approprié pour un examen de la zone du processus pathologique, ainsi que pour d’autres études avec lesquelles il sera possible de poser un diagnostic précis.

En outre, en ce qui concerne les signes caractéristiques des hémorroïdes, il est possible de noter la pénibilité de l'acte de défécation, ainsi que la présence de douleur pendant un certain temps après son achèvement. Chaque dixième cas de la maladie est douloureux et, de façon remarquable, au cours des dernières phases de son développement, il survient dans diverses conditions, notamment la marche, l’assise et même le repos. Un signe caractéristique de la forme chronique du flux de douleur n'est pas, sa présence suggère que le processus pathologique est accompagné d'inflammation, de contention ou de thrombose des ganglions, de la formation d'une fissure anale. La nature de la manifestation de la douleur peut être différente, allant de légers picotements avec des sensations de tiraillement désagréables à des sensations douloureuses très intenses du type "saccadées" (ce qui est important en cas de gonflement du nœud).

De plus, en plus de ces signes, la peau qui démange, ses larmes, son érythème fessier et sa sensation de brûlure - toutes ces manifestations sont concentrées dans la région entourant l'anus. Les démangeaisons, en particulier, sont dues à la macération de la peau. Par conséquent, avec l’apparition de sécrétions muqueuses supplémentaires provenant de l’intestin, un eczéma peut se développer plus tard. L'apparition d'une sensation de vidange intestinale incomplète n'est pas exclue (cette sensation survient après un acte de défécation). Dans certains cas, une incontinence fécale survient.

Les hémorroïdes

  • Stade I. Ce stade est caractérisé par l'absence de douleur des hémorroïdes avec leur légère protrusion jusqu'à la lumière de l'anus. Ne pas exclure la possibilité de saignement, non accompagné de douleur. L'examen anoscopique détermine la présence de ganglions, l'inflammation des muqueuses et l'expansion des capillaires. La défécation dans certains cas peut être accompagnée de saignements et de malaises.
  • Phase II: Cette phase, caractérisée par un prolapsus de nœuds, ne se produit que lorsqu'un acte de défécation est effectué, ce qui est accompagné de leur auto-direction ultérieure. Les saignements et les malaises sont souvent accompagnés de démangeaisons et de pertes.
  • Stade III Au cours de cette phase, les patients subissent un prolapsus d'hémorroïdes non seulement lors de la défécation, mais également lors d'une augmentation de la pression intra-abdominale (surmenage physique). Comme il a déjà été noté dans la description générale, en cas de prolapsus des ganglions, ceux-ci peuvent être ajustés indépendamment (leur réduction spontanée au cours de l'évolution de cette période de la maladie ne se produit pas). Les nœuds sont envoyés manuellement. Au début, ils sont nécessaires lors de la défécation. Toutefois, à mesure que la maladie progresse, une réduction similaire est nécessaire dans toutes les situations accompagnées d’une augmentation de la pression intra-abdominale (toux, levée de poids, etc.). Dans ce cas, la contamination des vêtements et l'apparition de douleurs s'ajoutent aux symptômes énumérés précédemment.
  • Stade IV: Ce stade est le plus dangereux au cours de la maladie. Les nœuds déroulants ne sont configurés ni spontanément ni manuellement. Comme indiqué précédemment, la thrombose des hémorroïdes est possible à ce stade, de même que le développement de l'anémie dans le contexte de saignements abondants.

Les hémorroïdes: une forme de la maladie

En fonction de l'évolution de la maladie, les hémorroïdes peuvent être aiguës ou chroniques. En pratique, la forme chronique est caractérisée principalement par le développement progressif de la maladie avec une augmentation de ses symptômes caractéristiques. En règle générale, la principale caractéristique des hémorroïdes chroniques est le report prolongé de la nécessité d'aller chez le médecin, c'est-à-dire les cas où les hémorroïdes sont traitées avec des remèdes populaires. Malheureusement, le traitement courant des hémorroïdes détermine souvent des chances négligeables d’efficacité, ce qui n’empêche pas les patients atteints de cette maladie de continuer à se faire expérimenter. Dans la plupart des cas, les hémorroïdes chroniques sont sujettes à une exacerbation systématique, ce qui, comme on peut le comprendre, implique une augmentation des symptômes caractéristiques de la maladie. Les exacerbations se produisent sur le fond de l'effort physique, le stress, la constipation, ainsi que sur le fond des changements associés aux habitudes alimentaires.

Les hémorroïdes aiguës, comme on l'a déjà noté, se développent moins souvent. Les symptômes des hémorroïdes aiguës (triade standard sous la forme de saignement, de démangeaisons et de douleur dans l’anus) se caractérisent par la rapidité de développement du patient, de sorte que le degré de sévérité extrême est atteint dans les plus brefs délais. En règle générale, dans ce cas, les patients sont moins enclins à différer une visite chez le médecin pour un avenir incertain - l'intensité des symptômes, on peut le dire, ne laisse aucune marge de choix en la matière.

Dans le cas des hémorroïdes, la forme aiguë peut évoluer traditionnellement en une forme chronique, bien que la variante dans laquelle la forme aiguë se développe sur le fond de la forme chronique n’est pas exclue. L’évolution chronique de la maladie se caractérise par l’apparition de périodes de bien-être au cours desquelles aucune manifestation de symptômes ni aucune cause d’anxiété ne se produisent, mais ces périodes sont remplacées par des exacerbations. L'exacerbation des hémorroïdes se produit dans le contexte d'une thrombose d'hémorroïdes, ce qui entraîne une inflammation. L'aggravation des hémorroïdes est caractérisée par la manifestation de tous les symptômes caractéristiques de celui-ci, que nous avons examinés. Remarquablement, la «pause» peut durer assez longtemps, ce qui est particulièrement favorisé par l'absence de facteurs provoquant des maladies.

En plus de la forme du cours (aiguë ou chronique), les hémorroïdes peuvent aussi être internes et externes. Selon les symptômes prédominants, des formes spécifiques de celui-ci sont isolées, il s'agit d'hémorroïdes saignantes, dont la manifestation principale est l'écoulement de l'anus par le sang. Il s’agit également d’une forme douloureuse d’hémorroïdes caractérisée par des douleurs permanentes lors de la défécation. Et enfin, une forme de la maladie, telle que des hémorroïdes suintantes, dans laquelle les principales manifestations du processus pathologique sont des écoulements muqueux de l'anus et des démangeaisons d'intensité variable.

Hémorroïdes internes: symptômes

Les symptômes de cette forme de maladie sont directement déterminés par le stade et la taille des hémorroïdes. En outre, la présence de comorbidité colorectale joue un rôle important.

Au début de l'évolution de cette forme d'hémorroïdes, il n'y a pas de symptôme particulier. La seule manifestation peut être une sensation de gêne ou un corps étranger dans l'anus, ce qui est possible lors d'une exposition à des facteurs provoquant la maladie dans son ensemble. La douleur à ce stade est absente, la sortie des nœuds ne se produit pas à l'extérieur. Les saignements émergents sont insignifiants et rares, aussi les patients ignorent-ils souvent simplement les symptômes des hémorroïdes internes.

En fonction de l'évolution du processus pathologique et de son développement actuel, les symptômes qui se manifestent dans la maladie augmentent également. Ainsi, la taille des nœuds augmente, ce qui entraîne une sensation de gêne accrue en raison du rétrécissement de la lumière intestinale sur ce fond. Le passage de masses fécales avec un certain degré de densité pour cette raison peut conduire à l'apparition d'une douleur prononcée. Dans l'environnement des nœuds, la muqueuse commence à s'enflammer, ce qui entraîne la libération de liquide inflammatoire par les intestins, elle provoque également une irritation de l'anus et l'apparition d'une sensation de brûlure. En raison de l’aggravation de l’évolution générale de la maladie, les saignements qui en résultent deviennent également plus prononcés. L'achèvement de l'acte de défécation s'accompagne d'un drainage du sang, qui se présente sous forme de ruisseaux ou de gouttes.

Dans le cas d'une zone de localisation basse des noeuds, l'acte de défécation peut entraîner leur sortie, après quoi ceux-ci se rétractent indépendamment. Comme vous pouvez le constater, ce symptôme correspond au deuxième stade des hémorroïdes, nous en avons discuté plus haut.

En cas d'exclusion de la possibilité de ralentir la croissance des nœuds, ils compliquent de plus en plus la défécation normale. De ce fait, il se produit un étirement de la paroi intestinale et une rupture de la membrane muqueuse. Sur le fond de ces processus, des fissures se forment, la défécation est accompagnée d'une douleur intense associée à un saignement, provoquant une anémie. Il note également la correspondance avec la troisième étape du flux hémorroïdaire, dans laquelle les nœuds peuvent s’extraire sous certaines charges, mais il est possible que leur nombre diminue.

Étant donné que la maladie se manifeste principalement sous une forme chronique, les symptômes énumérés des hémorroïdes sont pertinents dans les manifestations au stade de l’exacerbation de la maladie. La rémission, indiquée par nous comme une étape du bien-être, exclut la présence de certaines sensations.

Hémorroïdes externes: symptômes

Cette forme d'hémorroïdes, contrairement à la forme interne, se produit presque toujours en combinaison avec certains symptômes désagréables qui la caractérisent, son évolution asymptomatique est extrêmement rare. Les hémorroïdes externes peuvent parfois ne pas être accompagnées par l'apparition de nœuds élargis. Sinon, ces nœuds peuvent initialement apparaître sous forme de petites dimensions des sceaux, et les sceaux sont peu visibles. Parallèlement, la progression ultérieure de la maladie, sans prendre les mesures appropriées pour le traitement des hémorroïdes, entraîne une augmentation marquée du nombre de ganglions, une cyanose de la teinte et une douleur lors de la palpation.

Nous notons certaines dispositions concernant l'apparence des hémorroïdes dans le cas de la maladie sans exacerbations concomitantes.

  • Se sentir mal à l'aise. Cette manifestation est pertinente non seulement pendant l'acte de défécation et après, mais également dans l'état normal du patient. De telles sensations désagréables se manifestent même dans un état de repos, assis, éternuant, toussant et dans d'autres situations.
  • Saignements légers. Aux petites tailles des nœuds, les saignements en général peuvent être absents ou ses manifestations peuvent être marquées par des traces sur du papier toilette. Ce symptôme, quelle que soit sa gravité, nécessite une action immédiate. Le traitement des hémorroïdes externes en tant qu'effet négligé de la part des patients provoque le développement de la maladie, ce qui entraîne à son tour une augmentation du nombre de ganglions et l'apparition de saignements encore plus prononcés et graves compte tenu de l'impact qu'ils ont sur les masses fécales. En outre, le sang peut apparaître non seulement à partir des nœuds, mais également des fissures anales, ce qui explique la douleur très vive.
  • La douleur La douleur, symptôme des hémorroïdes externes, se manifeste lorsque l’évolution de la maladie est négligée, ce qui s’accompagne de son passage à la forme aiguë, dans le contexte duquel se produisent une inflammation des hémorroïdes et la douleur. Les nœuds deviennent nettement enflés et douloureux; aller aux toilettes vider les intestins est accompagné des sensations les plus prononcées et d'un inconfort général. À ce stade du traitement, utilisez obligatoirement des médicaments d'action locale visant à éliminer les symptômes et la douleur en particulier.
  • Les phoques, l'éducation entourée par l'anus. Leur patient peut déterminer le leur en ressentant la zone. Les phoques peuvent avoir différentes tailles, ils peuvent aussi avoir une forme visible ou se sentir sous la peau. Les formations ou la condensation accompagnent toujours les hémorroïdes externes, ce qui détermine la possibilité de différenciation de cette forme de la forme interne.

Le résultat de l'évolution des hémorroïdes externes devient souvent une hémorroïde thrombosée, considérée comme une complication de la maladie.

Hémorroïdes pendant la grossesse: symptômes

Une maladie se développe pendant la grossesse dans le contexte de l’urgence de la compression des veines du rectum de l’utérus, dont la taille s’est accrue au cours de cette période. Un tel impact provoque une violation de la sortie de sang du rectum et du périnée. Débordant de sang, les veines rectales subissent une expansion importante et s'affaissent sous la forme de nœuds douloureux.

La constipation chez les femmes enceintes joue un rôle tout aussi important. Lorsque la constipation survient, une forte expansion de la membrane muqueuse du rectum, associée aux veines hémorroïdaires situées au-dessous de celle-ci, entraînant le passage de masses fécales sous leur forme compactée provoquant leur lésion. L'immobilité du mode de vie dans le cadre des dernières périodes de grossesse devient également l'une des raisons du développement des hémorroïdes.

Les hémorroïdes après l'accouchement se développent en raison de la tension des muscles de la région périnéale lors de l'étirement des hémorroïdes, qui se produit immédiatement lors de l'accouchement.

Les symptômes d'hémorroïdes chez la femme enceinte correspondent aux stades de la maladie et à la vue d'ensemble de cette maladie chez d'autres groupes de patients. Ainsi, cela inclut la douleur résultant de la défécation, la présence de sang rouge frais sur les selles et des saignements au cours de la défécation. Dans la région de l'anus, une gêne prononcée et des démangeaisons apparaissent, en particulier ces manifestations sont renforcées, également pendant la défécation, ainsi que pendant les longues périodes de séance ou de marche. La présence de nœuds élastiques apparaissant à partir de l'anus (affaissement aux derniers stades de la maladie) est également notée.

Il convient de noter que les symptômes d'hémorroïdes chez les femmes après l'accouchement peuvent souvent être confondus avec la manifestation de la douleur en termes de localisation. Les patients pensent que la douleur au périnée due à l'accouchement se manifeste et, en conséquence, ne supposent pas qu'ils sont associés à des hémorroïdes. En attendant, lors de la préservation à long terme des hémorroïdes douloureuses après l'accouchement, dont les symptômes sont complétés par d'autres affections caractéristiques de la maladie, l'établissement de la maladie, qui est réellement pertinent dans un cas particulier, ne définit pas en général les problèmes.

Complications des hémorroïdes

Après avoir examiné quels symptômes des hémorroïdes se manifestent, et comment la maladie évolue en général, le lecteur sera certainement intéressé par les conséquences de cette maladie. Ici, il convient de noter immédiatement que la maladie mortellement dangereuse des hémorroïdes n’est pas, cependant, les complications des hémorroïdes sont, dans une certaine mesure, dangereuses.

Ainsi, le plus souvent sur son fond se développe la thrombose des hémorroïdes. Cette condition est la suivante: la stase du sang qui se produit dans le plexus veineux conduit à la formation de caillots sanguins, ce qui provoque l’arrêt du flux sanguin. Le noeud dans ce cas devient cyanose prononcée, douleur et tension. Dans les cas fréquents, la thrombose est accompagnée de fièvre, de fortes démangeaisons et de douleurs à l'anus. La thrombose sous sa forme extensive, sans absence de traitement, est suivie d'une nécrose des noeuds, tandis que les noeuds commencent à fondre, ce qui a pour conséquence qu'une infection purulente secondaire rejoint l'état général.

Dans tous les cas, l’apparition de l’infection est due à une diminution des propriétés protectrices inhérentes à l’organisme, ce qui détermine le risque d’infection des hémorroïdes, puis dans les environs immédiats. L'ajout de l'infection s'accompagne de démangeaisons sévères et de douleurs dans l'anus, auxquelles s'ajoute souvent de la température.

Les saignements des hémorroïdes, dont la manifestation est généralement insignifiante et qui sont considérés comme l’un des symptômes des hémorroïdes, avec leur propre augmentation fréquente peuvent provoquer l’anémie chez un patient suffisamment tôt. Les saignements massifs dans les hémorroïdes se produisent extrêmement rarement, mais cela devient une menace directe pour sa vie. Notez également que sans l'attention du médecin, les saignements ne peuvent pas être laissés. Bien que les hémorroïdes ne puissent pas se transformer en cancer, toutefois, une manifestation semblable à celle des hémorroïdes peut également être accompagnée de saignements, et le cancer, voyez-vous, est un diagnostic beaucoup plus grave.

Les complications liées aux hémorroïdes sont également considérées comme des difficultés de défécation et de miction.

Diagnostiquer

En règle générale, le diagnostic des hémorroïdes n'est pas associé à des difficultés particulières. Le diagnostic est posé dans le cadre de l'enquête auprès des patients et de la réalisation de l'examen primaire ambulatoire. L'examen permet de déterminer le degré de perte de l'anus des ganglions, d'évaluer la possibilité de repositionnement, l'état de la peau, ainsi que la pertinence et le degré de saignement.

Dans certains cas, une anoscopie est réalisée. Cette procédure consiste à placer une petite boule lumineuse (un anoscope lui-même) dans l'anus, grâce à quoi un examen plus détaillé de l'anus et du rectum est effectué. Lors des manipulations effectuées au cours de cette procédure, un certain inconfort apparaît, cependant, il ne nécessite pas d'anesthésie et est effectué dans le bureau d'un spécialiste.

La procédure de sigmoïdoscopie permet d’exclure la pertinence éventuelle de l’oncologie, dans laquelle les zones du sigmoïde et du rectum sont examinées avec un examen concomitant de leurs muqueuses.

Traitement

Les mesures générales dans le traitement de la maladie sont réduites à une augmentation de la consommation de fibres alimentaires, ainsi qu’au traitement de la constipation chez les patients. Les fibres alimentaires font partie des céréales, des céréales et des fruits. Il est également important de consommer plus de liquide. Il n'est pas recommandé d'utiliser souvent des laxatifs, car la diarrhée (diarrhée), comme la constipation, ne fait qu'aggraver l'évolution de la maladie. Dans la plupart des cas, le traitement des hémorroïdes est conservateur et est effectué à domicile.

Le traitement des hémorroïdes aiguës est effectué avec des médicaments anesthésiques locaux et généraux (kétanol, diclofénac, nise, etc.), ainsi que des applications de pommade et des médicaments anti-inflammatoires (pommade de Vishnevsky, lévomékol, etc.), ainsi que des lavages lavants (cette mesure n’est possible que pendant les premiers stades du cours maladies!). Les agents phlébotoniques sont également utilisés (dans la forme aiguë et chronique de la maladie), le plus efficace est obtenu avec l'utilisation du médicament Detralex. Avec la pertinence de saignement utilisé des bougies dans la composition avec de l'adrénaline, des matériaux hémostatiques de type local.

En l'absence d'efficacité du traitement conservateur après la disparition de l'inflammation, les méthodes de traitement ou la chirurgie peu invasives (en fonction du stade de la maladie) sont généralement prescrites. L'opération est également nécessaire en cas de saignement prolongé, associée à l'incapacité de réduire les nœuds qui tombent, à une douleur intense et à des démangeaisons rectales intenses.

Dans le traitement des hémorroïdes chroniques aux stades précoces, des thérapies peu invasives telles que la ligature utilisant des anneaux de latex, la sclérothérapie, la cryothérapie, la photocoagulation, la thérapie au laser peuvent être utilisées. Ces mesures ne sont pas appliquées en cas de thrombose et d’apparition de fissure anale, lors du développement d’une forme de paraproctite aiguë ou chronique et d’autres types de maladies inflammatoires de la région périnéale et du canal anal. Les mesures de traitement énumérées ne nécessitent généralement pas l’anesthésie générale ni l’hospitalisation ultérieure, mais le traitement au laser et le procédé de photocoagulation sont principalement réalisés sous anesthésie générale ou sous anesthésie rachidienne (épidurale).

Le traitement chirurgical des hémorroïdes est principalement utilisé dans les 3 et 4 étapes de la maladie. Par une telle intervention implique une mesure de l'excision des hémorroïdes dans le clignotement ultérieur de leurs jambes. Après la chirurgie, les hémorroïdes nécessitent une hospitalisation de 7 à 10 jours. En général, la période d'invalidité est d'environ 14 jours. Après le congé, un traitement supplémentaire est nécessaire à la maison. Ainsi, cela inclut la nécessité de prendre les médicaments prescrits par le médecin pour les hémorroïdes, ainsi que de prendre un bain sédentaire trois fois par jour, y compris après chaque cas de défécation. Encore une fois, l'accent est mis sur les aliments diététiques.

Lorsque les symptômes apparaissent, indiquant la pertinence possible des hémorroïdes, vous devriez consulter un proctologue.

4 premiers signes et 5 symptômes d'hémorroïdes

Les hémorroïdes sont la maladie la plus répandue sur la planète, qui touche les personnes de tous âges. Les hommes sont les plus sujets à l'apparition de cônes hémorroïdaux, mais ce problème n'est pas rare chez les femmes, en particulier lors de l'accouchement.

Les premiers signes d'hémorroïdes passent très souvent inaperçus: soit les patients ne veulent pas les remarquer, parce qu'ils ont honte de leur problème, soit ils ne font tout simplement pas attention à eux. Malheureusement, tout cela conduit au fait que la maladie est diagnostiquée à un stade avancé, lorsque le traitement conservateur est impuissant et qu'il doit être complété par une intervention chirurgicale.

Dans cette rubrique, nous souhaitons attirer votre attention sur les premiers signes d'hémorroïdes pouvant être identifiés afin de les identifier eux-mêmes. Vous vous adressez immédiatement à un spécialiste. Mais tout d’abord, regardons ce que sont les hémorroïdes et quelles sont les raisons de son apparition.

Hémorroïdes: brièvement sur les causes

Les hémorroïdes sont une maladie de la région ano-rectale caractérisée par une augmentation des veines de la couche sous-muqueuse du rectum et / ou des veines sous-cutanées de la zone anale, avec formation de bosses hémorroïdaires.

La cause principale du développement des hémorroïdes est la congestion dans les veines du rectum et la défaillance des ligaments qui soutiennent le tissu hémorroïdaire à l'intérieur de l'anus.

Les facteurs suivants provoquent une violation de l'écoulement sortant des veines hémorroïdaires:

  • hypodynamie et mode de vie sédentaire;
  • nourriture déséquilibrée et malsaine;
  • violation des intestins (constipation, diarrhée);
  • travail physique pénible;
  • abus d'alcool;
  • surpoids;
  • la grossesse
  • accouchement naturel;
  • maladies respiratoires chroniques accompagnées d'une longue toux;
  • pathologie cardiovasculaire;
  • tumeurs des organes pelviens.

Mais pour que ces facteurs commencent à agir, une personne doit avoir une prédisposition génétique aux hémorroïdes. C'est-à-dire que les caractéristiques anatomiques de la zone ano-rectale, à savoir que leur élasticité et leur densité sont héritées des parents les plus proches - mère, père, grands-mères ou grands-pères.

Hémorroïdes: premiers signes

Les premières manifestations de la maladie avec les hémorroïdes sont presque toujours invisibles. De nombreux patients leur attribuent d’autres maladies ou essaient simplement de ne pas les remarquer parce qu’ils sont gênés d’aller chez le médecin. En attendant, la maladie progresse. Par conséquent, vous devez savoir quelles manifestations des hémorroïdes apparaissent en premier.

Les premiers signes d'hémorroïdes peuvent être les suivants:

  • inconfort et lourdeur dans le rectum;
  • démangeaisons dans l'anus;
  • douleur lors des selles;
  • saignements pendant les selles.

Un inconfort dans le rectum exprimait un léger inconfort, une lourdeur et un sentiment de vidange incomplète après un acte de défécation. Avec la progression de la maladie, l'intensité de ces symptômes augmente, les démangeaisons dans l'anus et la douleur lors de la vidange du rectum se rejoignent.

Également au début de la maladie, les symptômes sont périodiques, c'est-à-dire qu'ils apparaissent uniquement pendant les selles, mais avec le temps, ils deviennent permanents, perturbant le patient même au repos.

De plus, ces symptômes peuvent se transmettre d'eux-mêmes. Les patients dans ce cas pensent qu'ils ont récupéré. Malheureusement, ce n’est malheureusement pas le cas et après un certain temps, la maladie réapparaît sous de nouvelles manifestations plus douloureuses: démangeaisons, fourmillements et douleur à l’anus.

Les saignements pendant les selles se produisent même lorsque les masses hémorroïdaires ont atteint une taille suffisante pour être blessées par les matières fécales. Les saignements se manifestent le plus souvent sous forme de gouttes de sang sur les sous-vêtements, le papier hygiénique ou les rayures sur les selles. Les saignements abondants, lorsque le sang coule dans les toilettes ou sortent du canal rectal, sont rares au cours des premiers stades des hémorroïdes.

Les signes et les symptômes des hémorroïdes par étapes

Tout d'abord, j'aimerais dire qu'il est habituel de distinguer trois types de cônes hémorroïdaires - externe, interne et combiné, car les manifestations des hémorroïdes dépendent directement de leur localisation.

Des masses hémorroïdaires externes (hémorroïdes externes) se forment lors de l'hypertrophie des vaisseaux veineux sous-cutanés de la région anale et sont situées sous la ligne dentée de l'anus. Les données sur l'éducation peuvent être vues à l'œil nu. Les hémorroïdes externes sont moins courantes que les internes.

Les masses hémorroïdaires internes sont des veines hypertrophiques de la couche sous-muqueuse du rectum. Des formations similaires sont situées à l'intérieur du canal rectal. Par conséquent, au début, elles ne peuvent être examinées qu'à l'aide d'une anoscopie ou d'une rectoromanoscopie.

Pour le type combiné d'hémorroïdes, la présence de cônes hémorroïdaires internes et externes est caractéristique.

Lorsque les hémorroïdes externes au début de la maladie autour de l'anus sont déterminées par la saillie de cerise ou de rouge avec une nuance bleuâtre. Les masses hémorroïdaires émergentes s'accompagnent de douleurs aiguës, en particulier lors des selles. Les hémorroïdes peuvent aussi saigner.

Lors des hémorroïdes internes, il y a quatre étapes, à savoir:

  • 1ère étape. La première période d'hémorroïdes peut durer de plusieurs mois à plusieurs années. À ce stade, les patients ne ressentent aucun symptôme prononcé de la maladie, tel qu'une gêne, une lourdeur ou des démangeaisons dans l'anus, ainsi que la présence d'un corps étranger dans le rectum. Visuellement, le patient ne peut pas déterminer la présence de cônes hémorroïdaires, car ils sont à l'intérieur du canal rectal et ne tombent pas encore. Le précurseur le plus courant de la maladie hémorroïdaire est l’inconfort du rectum;
  • 2ème étape. À ce stade, l’inconfort, les démangeaisons, la lourdeur et la douleur dans l’anus augmentent, et les nodules hémorroïdaires ont déjà atteint une taille suffisante pour quitter l’anus. Cela se produit lors de la levée d'objets lourds, de la toux lors de la toux et lors du déplacement aux toilettes "en gros". Mais au repos, les veines hémorroïdales hypertrophiées s’installent indépendamment dans le canal rectal. En outre, les hémorroïdes saignent davantage et le patient a tendance à la constipation;
  • 3ème étape. À ce stade des hémorroïdes, les bosses hémorroïdales tombent avec peu d’effort, mais elles ne peuvent plus s’installer seules. Par conséquent, les patients les remplissent avec les doigts dans le rectum. Très souvent, au troisième stade, des complications se produisent, telles que le pincement, la thrombose et la nécrose des formations hémorroïdaires, accompagnées de douleurs intenses.
  • 4ème étape. À ce stade de la maladie, l'anus à l'œil nu peut voir des bosses hémorroïdaires enflammées. Cette étape, comme la précédente, est en cours d'exécution. La douleur est permanente et les bosses hémorroïdaires deviennent non rentables et saignent à la moindre blessure (défécation, marche, port de sous-vêtements et de vêtements serrés).

Symptômes des hémorroïdes: inconfort, démangeaisons, douleur dans l'anus, constipation et saignements

Inconfort dans le rectum. Le sentiment d'inconfort dans le rectum peut s'exprimer par la sévérité et le sentiment de vidange incomplète de l'intestin après la défécation. Cela s'explique par le fait que les veines hémorroïdaires hypertrophient et font saillie dans le canal rectal. L'œdème des tissus de l'anus joue également un rôle important dans l'apparition de ces symptômes.

Démangeaisons dans l'anus. Ce symptôme est présent à tous les stades de la maladie, seule son intensité change. Au début des hémorroïdes, les démangeaisons ne sont pas permanentes et avec le développement du processus pathologique, elles deviennent permanentes. Augmente également l'intensité jusqu'à la combustion.

La cause des démangeaisons et des brûlures dans l'anus est la sécrétion de mucus par le canal rectal, qui irrite les tissus périanaux. En outre, ce symptôme peut être causé par l'érosion par les ulcères et par l'anus muqueuse, qui s'infecte souvent, causant des démangeaisons et des brûlures assez graves.

Douleur dans l'anus Les sensations douloureuses peuvent aussi être à la fois périodiques et permanentes. Aux premiers stades du développement des hémorroïdes, la douleur survient au cours des selles et, dans les derniers stades, elle est permanente. Des douleurs insupportables particulièrement sévères sont accompagnées de complications d'hémorroïdes, telles que pincement, thrombose et nécrose des hémorroïdes.

Constipation La violation des selles est plus souvent observée aux stades avancés d'hémorroïdes, lorsque les cônes hémorroïdaires rétrécissent le canal rectal, ce qui rend difficile le passage des matières fécales. En outre, la constipation peut être le résultat de la peur du patient d'aller aux toilettes. Les patients répriment spécifiquement l'envie de déféquer, car ils craignent que cela leur fasse mal, mais cela ne fait qu'aggraver la situation. En outre, la constipation provoque en soi une exacerbation des hémorroïdes, car des masses fécales dures endommagent les masses hémorroïdaires, provoquant leur inflammation, et de fortes tensions lors des selles entraînent une augmentation de la pression veineuse dans les veines rectales. Ainsi, cela crée un cercle vicieux: constipation, hémorroïdes, constipation.

Saignements Ce symptôme est plus commun avec la localisation interne des cônes hémorroïdaires. Le mécanisme des saignements hémorroïdaires est associé à une lésion de l'épithélium des veines hypertrophiques du rectum par des masses fécales, en particulier lorsqu'elle est constipée, lorsque les matières fécales sont solides. Comme nous l'avons dit, les saignements abondants pour les hémorroïdes ne sont pas typiques et le risque d'anémie est donc minime. Mais dans les cas avancés, lorsque les bosses sont très saignantes, une anémie peut accompagner les symptômes de l'hémorroïde, à savoir une faiblesse générale, une pâleur de la peau, une modification du goût, des évanouissements, etc.

Hémorroïdes: comment le traiter?

Le proctologue ou le coloproctologue sont engagés dans le traitement et le diagnostic des hémorroïdes, mais dans la clinique de district, où il n’existe pas de tels spécialistes, ces fonctions sont assumées par le chirurgien.

La lutte contre les hémorroïdes doit être complexe et englober non seulement le soulagement des symptômes de la maladie ou de ses complications, mais également influer sur les facteurs de causalité.

Ainsi, dans le traitement de cette maladie, les experts sont guidés par les principes suivants:

  1. Correction de style de vie:
  • rejet de mauvaises habitudes;
  • combattre l'hypodynamie;
  • réduction de poids et contrôle.
  1. Régime alimentaire La nourriture doit être saine et équilibrée. Dans le menu des patients atteints d'hémorroïdes, les aliments riches en fibres végétales (légumes, fruits, fruits secs, céréales, baies) doivent prévaloir. L'alcool, les plats et les marinades frits, salés, fumés, gras, ainsi que le chou, les radis, le raisin et autres fruits et légumes, la constipation et les flatulences sont interdits;
  2. Consommation d'eau adéquate - 1,5 à 2,5 litres;
  3. Traitement médicamenteux systémique:
  • veinotonique et phléboprotecteurs. Les préparations de ces groupes peuvent améliorer le tonus des veines rectales, renforcer leurs parois et éliminer la congestion veineuse;
  • anti-inflammatoires non stéroïdiens et analgésiques. De tels médicaments aident à faire face à la douleur dans l'anus, à réduire le gonflement des tissus et à arrêter l'inflammation;
  • drogues pénétrantes. Par l'utilisation de drogues laxative selles de recours, si vous ne pouvez pas établir le travail de l'intestin avec un régime;
  • préparations enzymatiques. Les enzymes sont prescrits pour normaliser les intestins - pour éliminer la constipation ou la diarrhée.
  1. Thérapie locale. L'utilisation de pommades, de gels, de crèmes ou de suppositoires vise principalement à arrêter les symptômes des hémorroïdes, tels que la douleur, les démangeaisons ou les brûlures. Cependant, de nombreuses formes locales incluent notamment les agents veinotoniques, les phléboprotecteurs, les agents antimicrobiens et les agents cicatrisants.

Compte tenu de l'inefficacité du traitement conservateur ou du développement de complications potentiellement mortelles pour le patient, la question du traitement chirurgical des hémorroïdes est examinée.

Tous les traitements chirurgicaux des hémorroïdes peuvent être divisés en invasifs minimaux et radicaux.

Les opérations mini-invasives pour les hémorroïdes comprennent la sclérothérapie, la coagulation par rayons infrarouges, la ligature avec des anneaux de silicone, la coagulation des hémorroïdes avec un électrocoagulateur ou un laser, etc. Ces méthodes sont à faible impact, sans douleur, ne nécessitent pas une longue période de récupération et ne présentent pratiquement aucune contre-indication. Mais, malheureusement, ils sont impuissants face aux formes avancées d'hémorroïdes.

Aux stades avancés des hémorroïdes, les hémorroïdes sont supprimées et cette opération est appelée hémorroïdectomie.

En conséquence, je voudrais vous rappeler une fois de plus que plus la maladie est établie tôt, plus il est facile de la guérir. Par conséquent, remarquant les premiers symptômes d'hémorroïdes, ne vous soignez pas et n'avez pas honte de consulter un spécialiste, car votre santé est plus précieuse que tout préjudice.

Est-ce que vous ou votre famille avez déjà eu à faire face au problème des hémorroïdes? Nous apprécierions vos commentaires dans les commentaires.