Principal / Ulcère

Pancréas

Ulcère

La partie endocrine du pancréas est représentée par les îlots de Langerhans, constitués de cellules de différents types: les cellules α forment le glucagon, les cellules β - l'insuline, les cellules D - la somatostatine et les hormones stimulantes de la sécrétion endocrine (pour l'estomac - le pancréas, pour le pancréas - la sécrétion) ).

Le glucagon est un polypeptide qui stimule la gluconéogenèse et la glycogénolyse, améliore la lipolyse et la cétogenèse et provoque la sécrétion d'insuline. Jusqu'à 3% de l'hormone (entéroglucagon) est produite par les cellules α de l'estomac et de l'intestin grêle. Dans le plasma, l'hormone est représentée par 4 fractions. Des méthodes biologiques (échantillons de biopsie de la glande) in vivo et in vitro et radio-immunologiques (plasma) utilisant une suspension de charbon-dextran ou une méthode d'anticorps doubles ont été développées pour le dosage du glucagon.

L'insuline - un polypeptide est contenu dans les cellules β - sous forme de proinsuline, qui est scindée en insuline et en peptide C, qui est libérée dans le sang en quantités équimolaires avant la sécrétion. Le peptide C est inactif. L'insuline est considérée comme la principale hormone du pancréas, car c'est le seul facteur qui réduit le taux de glucose dans le sang; Il a un effet anabolique sur tous les organes et tissus. L'insuline active la libération de glucose dans les tissus, l'accumulation de macroergs dans les cellules, la glycolyse, la synthèse du glycogène, la lipogenèse, régule le métabolisme des protéines et des acides nucléiques. Pour déterminer le contenu en insuline dans le sang, plusieurs méthodes ont été développées: biologique (utilisation de cellules adipeuses, diaphragme isolé); radiorécepteur; immunofermental (hormone conjuguée à la β ‑ D - galactosidase); radioimmune; immunométrique. La clinique utilise pratiquement les deux derniers.

La détermination du peptide C vous permet d'évaluer la performance des cellules β: en présence d'insuline exogène, en présence d'anticorps anti-insuline, dans le test avec introduction de glucagon (évaluation de la capacité de sécrétion de la glande).

La somatostatine est un petit peptide, sécrété non seulement par les cellules pancréatiques définitives, mais appartient également à la famille des facteurs de libération hypothalamiques. La somatostatine a un large éventail d’effets inhibiteurs sur les fonctions endocriniennes: dans l’hypophyse, elle inhibe la sécrétion de somatostatine, de thyrotropine, de prolactine, réduit la sécrétion d’insuline et de glucagon par le pancréas, ainsi que les hormones du tractus gastro-intestinal. Déterminé par dosage radioimmunologique. La clinique est utilisée dans le diagnostic complexe des troubles endocriniens du pancréas, de la thyroïde et des glandes sexuelles, ainsi que dans les troubles généraux des processus anaboliques et des processus de croissance.

Des informations plus complètes sur la fonction somatotrope de l'hypophyse sont obtenues à l'aide de tests de stress avec stimulation à l'arginine, glucagon, L-DOPA, insuline, test d'inhibition par le glucose.

Biochimie sanguine pancréatique pancréatique

La biochimie sanguine est une sorte de diagnostic de laboratoire qui montre le fonctionnement de tous les organes et systèmes du corps humain, y compris le pancréas. C'est pourquoi, en cas de suspicion de pancréatite, le patient est invité à effectuer une analyse biochimique dont les résultats peuvent être utilisés pour déterminer quels micro-éléments sont en excès et lesquels ne suffisent pas. Et déjà, connaissant les mécanismes conduisant à des fluctuations de l’état chimique du corps, tirer des conclusions indiquant telle ou telle maladie.

Un des indicateurs du sang, qui est étudié en biochimie, est l'ALT (aka AlAT / alanine aminotransférase), qui est produite dans le foie et participe au processus métabolique des acides aminés. Le taux est considéré comme l'indicateur d'ALT ne dépassant pas 41 unités / l pour un homme et pas plus de 31 unités / l pour une femme. Et si, selon les résultats de l’étude, l’ALT dépasse ces chiffres, cela, ainsi que d’autres maladies, peut indiquer une pancréatite.

Lors de l'analyse de la biochimie, l'attention est portée sur le cholestérol et le cholestérol. Ces deux composés organiques sont des composants très puissants et nécessaires à la structure du métabolisme des graisses, participant activement à la création des membranes cellulaires, à la synthèse de la vitamine D et aux hormones sexuelles. Les personnes qui ne font pas attention à la pancréatite et qui ne commencent pas à traiter le pancréas peuvent tolérer une augmentation constante du taux de cholestérol dans leur sang.

Selon les résultats de la biochimie, avec des affections du pancréas telles que les pancréatites aiguës et chroniques, il existe un faible taux de magnésium dans le sang, ce qui est organiquement inhérent à de nombreuses enzymes du corps humain. En outre, le magnésium est un organisme intracellulaire actif qui fait partie du foie, des muscles, des globules rouges et d'autres tissus et organes, et libère également de l'insuline, régulant la quantité de sucre dans le sang.

Une autre substance notée en biochimie est un indicateur de l'alpha-amylase pancréatique. Normalement, ces indicateurs mesurent 0-50 U / l et 20-104 U / l, respectivement. L'alpha-amylase mûrit dans le pancréas et les glandes salivaires et le pancréas - uniquement dans le pancréas. Cette enzyme aide à décomposer le carbone et l'amidon dans le duodénum. Si, dans l'analyse de la biochimie, la quantité d'enzyme est considérablement surestimée, cela indique des maladies de la glande telles qu'un kyste, une pancréatite, une tumeur ou des calculs dans les canaux pancréatiques.

Biochimie des hormones pancréatiques

Les principales hormones du pancréas sont l'insuline et le glucagon. Le glucagon est un polypeptide dont la masse est de 3,5 kDa, la demi-vie de trois à six minutes, contient 29 acides aminés. La formation de glucagon se produit dans les cellules de l'intestin grêle et du pancréas. Le glucagon a pour effet final de réduire l'indice hormonal. La diminution se produit avec une augmentation des concentrations sanguines en acides gras et en glucose.

L'insuline est un polypeptide dont le poids moléculaire est de 5,7 kD, contient 51 acides aminés, est constitué de deux chaînes A et B, reliées par des ponts disulfure. La formation d'insuline se produit dans le pancréas sous forme de proinsuline, qui est transformée en granules de sécrétion, formant ainsi le peptide C et l'insuline. L'effet final de l'action de l'insuline est une diminution de la glycémie. La diminution de la quantité d'insuline est due au transport du glucose à l'intérieur des myocytes et des adipocytes et à l'activation de réactions intracellulaires.

Biochimie du pancréas et du foie

La composition biochimique du foie comprend des protéines, du glycogène, des lipides et des minéraux. Le foie joue un rôle énorme dans le processus de métabolisme. Ses cellules contiennent des milliers d'enzymes qui accélèrent la réaction de nombreuses voies métaboliques. Les fonctions principales et les plus importantes du foie sont les suivantes: la biosynthèse de substances telles que le glucose, les protéines plasmatiques, les lipides, etc. la biosynthèse des acides biliaires, la formation et la sécrétion de la bile impliquées dans le processus de digestion; biosynthèse des produits finis - urée; biotransformation de médicaments, poisons, etc.

Tests de pancréas: types et décodage

Les dysfonctionnements du pancréas dus à divers facteurs sont responsables du développement de certaines maladies. Pour identifier les pathologies possibles du pancréas prescrire des tests. Comment vérifier le fonctionnement du pancréas?

Pancréas: valeur et fonction

Le pancréas est un organe du système digestif qui remplit des fonctions très importantes.

Le pancréas est un organe glandulaire à structure alvéolaire-tubulaire recouvert d'une fine capsule. Le fer joue un rôle important dans l'homéostasie du corps et dans le processus de digestion. Situé dans l'espace rétropéritonéal derrière l'estomac et a une forme allongée. Séparé du sac de rangement estomac. Le pancréas est divisé en trois parties: le corps, la tête et la queue.

Dans le pancréas, il y a des conduits internes dans lesquels le suc pancréatique est recueilli. Ils sont connectés dans un grand qui est affiché dans le duodénum. Si une partie de la glande est endommagée, d’autres reprennent ses fonctions.

Les principales fonctions du pancréas dans le corps:

  1. Fonction digestive. La digestion des aliments est fournie. Le jus produit par les enzymes décompose les aliments en petits composants. En conséquence, les substances pénètrent dans le sang et se propagent dans tout le corps.
  2. Fonction humorale Il est produit à l'aide d'hormones et au cours duquel diverses substances parviennent aux organes. De plus, le volume de jus émis est régulé.
  3. Fonction exocrine. Dans le pancréas, des enzymes sont produites qui, lorsqu'elles sont libérées dans le tube digestif, décomposent les nutriments.
  4. Fonction endocrinienne. Il est réalisé par les îles de Langerhans et consiste dans le développement du suc pancréatique. En outre, l'hormone insuline est libérée, ce qui maintient le taux de sucre dans le sang à un niveau normal. Si la fonction endocrinienne est altérée, c'est la cause du diabète.

Ce sont les fonctions principales que remplit le pancréas. La violation de l'un d'eux contribue au développement des pathologies de cet organe.

Affectation à l'analyse

Après l'examen, le médecin vous donnera une référence pour les tests nécessaires!

Les dysfonctionnements du pancréas sont toujours caractérisés par l'apparition de symptômes désagréables. Habituellement, les symptômes suivants indiquent une violation des fonctions pancréatiques:

  • Douleur dans la région de l'épigastre du zona.
  • Augmentation de la salivation.
  • La nausée
  • Vomissements.
  • Burp.
  • Augmentation de la formation de gaz.
  • Diminution de l'appétit.
  • La diarrhée

Ces symptômes sont une raison pour aller chez le médecin pour passer les tests nécessaires, car ils indiquent une détérioration du fonctionnement du pancréas. Avec un processus de longue haleine, la digestion des aliments est perturbée, ce qui entraîne la perte de la quantité nécessaire de protéines, glucides, lipides et autres éléments.

Il est strictement interdit de se soigner soi-même, car il est possible de provoquer le développement de complications graves. Il est nécessaire de consulter un gastro-entérologue si ces symptômes apparaissent.

Caractéristiques de préparation pour l'analyse

Une préparation adéquate pour l'analyse - un résultat fiable!

Les analyses pour étudier l'état du pancréas doivent être passées en respectant toutes les recommandations du médecin:

  1. Les analyses passent le matin à jeun. À la veille de devrait être abandonné frits, les aliments gras, les boissons alcoolisées. Il faut abandonner les produits favorisant la formation de gaz: haricots, pois, etc.
  2. Avec des tendances à la constipation, 2 heures avant l'étude, il est nécessaire de prendre le sorbant sous forme de charbon actif, de lactulose, de polysorb, etc.
  3. Il est interdit de fumer 1 heure avant le prélèvement de sang.
  4. Il est également nécessaire d'exclure toute activité physique, car cela peut affecter de manière significative les résultats de l'analyse.
  5. Avant de collecter de l'urine, les femmes doivent obligatoirement se soumettre à l'hygiène des organes génitaux.
  6. Pour l'analyse de l'urine, il est nécessaire de recueillir une partie moyenne de l'urine dans un récipient stérile.

Ces recommandations simples doivent être strictement suivies. Vous pourrez alors obtenir des informations fiables sur la base desquelles le médecin déterminera la tactique du traitement.

Types d'analyses et leur interprétation

Nous donnons du sang pour la biochimie afin de déterminer le niveau et l'activité des enzymes

Pour diagnostiquer les pathologies pancréatiques, il est nécessaire de passer un test sanguin général et biochimique. Ces tests sont effectués si vous soupçonnez divers processus inflammatoires dans le corps.

Habituellement, dans toutes les pathologies, on observe une augmentation des leucocytes, de la bilirubine, du glucose, des protéines C-réactives, de la trypsine, de la lipase. La biochimie permet de déterminer dans quelle mesure la fonction du pancréas est altérée et, sur cette base, de choisir une tactique de traitement.

Cependant, il existe également un certain nombre d'autres tests permettant de diagnostiquer les maladies du pancréas. Ces analyses sont:

  • Analyse de l'alpha-amylase. Normalement, la teneur en amylase dans le sang doit être comprise entre 0 et 53 unités / l. Avec une augmentation de l'indice, il est possible de diagnostiquer une pancréatite aiguë ou chronique, un blocage du canal de la glande, des calculs dans le pancréas, etc. Si le chiffre est inférieur à la norme, cela indique une faible production de cette enzyme. Les causes de cette affection peuvent être les suivantes: nécrose pancréatique totale, pathologie congénitale, destruction importante du pancréas.
  • Coprogramme. Normalement, les fibres modifiées doivent être présentes dans la masse fécale. Si des fibres inchangées sont observées, cela indique une diminution de la formation de suc digestif, ce qui entraîne une mauvaise digestion des produits carnés. De telles observations peuvent indiquer une pancréatite. L'amidon devrait être complètement fendu, et donc ne pas être présent dans les matières fécales. Une fois détecté, il peut diagnostiquer une pancréatite chronique ou un syndrome de malabsorption. Des morceaux d'aliments non digérés peuvent être trouvés dans les masses fécales, la couleur des matières fécales devient grise.
  • Analyse d'urine La concentration d'amylase dans la norme est de 20-100 U / l. Le niveau d'amylase peut être jugé sur le degré du processus inflammatoire dans le pancréas.
  • Analyse de la sécrétion de salive. Cette procédure vise à déterminer l'amylase. Avec une augmentation de l'indice diagnostiqué avec un cours aigu, et avec une diminution - chronique.
  • Test Lasus. Il s'agit d'une étude qui détermine la quantité d'acides aminés et l'activité de l'amylase dans les urines.
  • Test de Prozerin. Pendant l'étude, le patient reçoit une dose de prozerine et contrôle toutes les 30 minutes le contenu en amylase de l'urine. Si le niveau d'amylase augmente 2 fois et ne revient pas à la normale après 2 heures, il s'agit d'un signe clair de pancréatite. Dans la sclérose des tissus organiques, la concentration en amylase ne change pas après l'administration de la prozérine.
  • Test à l'élastase. Vous permet de déterminer le contenu d'élastase - enzyme pancréatique. L'étude est réalisée par ELISA. Pour l'analyse, ramassez les matières fécales.

Pour déterminer avec précision la pathologie et la cause de son apparition, une échographie du pancréas, une tomodensitométrie, une laparotomie, etc. sont attribués.

Tests hormonaux pancréatiques

Insuline et glucagon - les principales hormones du pancréas

Merci aux hormones du pancréas, le lancement de divers processus dans le corps.

Les principales hormones du pancréas:

  • L'insuline Une hormone polypeptidique qui aide à faire baisser la glycémie. Dans l'organisme, l'absorption du glucose, la synthèse des protéines et des acides gras sont améliorées. Si le corps fonctionne correctement, la concentration de sucre dans le sang sera dans les limites de la normale. Dans certaines conditions, la teneur en sucre peut diminuer jusqu'à atteindre un niveau critique. Dans ce cas, un test d'insuline est effectué.
  • C-peptide. C'est une substance protéique qui se forme avec l'insuline. L'analyse du peptide de connexion vous permet de déterminer le fonctionnement de la synthèse d'insuline et de glucides dans le sang. Si cette hormone ne suffit pas, la synthèse du glucose ne se produit pas et ne s'accumule pas dans le corps.
  • Glucagon C’est un polypeptide qui augmente la quantité de sucre dans le sang, c’est-à-dire effectue l'inverse de la fonction d'insuline. Le glucagon active la décomposition et la libération de glycogène dans le sang, des enzymes qui décomposent les graisses.

De plus, le pancréas sécrète de la gastrine, de l'amyline et un polypeptide pancréatique. Dans le diagnostic de diverses maladies du pancréas, une attention particulière est accordée aux hormones sécrétées par cet organe.

Maladies du pancréas

La pancréatite est une maladie grave qui nécessite un traitement approprié.

Pour toutes les pathologies du pancréas est caractérisé par une digestion altérée. La pancréatite est la maladie la plus courante qui affecte le pancréas. Il s'agit d'une maladie inflammatoire grave caractérisée par la compression des canaux de la glande et la digestion du jus accumulé qui digère les tissus de l'organe.

Pour la pancréatite caractérisée par des douleurs abdominales, des vomissements avec mélange de bile, une pâleur de la peau, des signes d'intoxication, des boutons en forme d'hémorragies à l'estomac, etc.

La forme chronique de la pancréatite indique la progression de la maladie et le tissu normal de l'organe est remplacé par le connectif. L'abus d'alcool est la principale raison de la transition de la pancréatite sous forme chronique. Il est caractérisé par des périodes aiguës et une rémission.

Le cancer du pancréas est une pathologie plus grave.

Parmi les conditions précancéreuses, on compte le kyste, les tumeurs bénignes, la pancréatite chronique. Dans la plupart des cas, il est asymptomatique et il n’ya aucun problème visible de digestion.

Cependant, avec la progression de la maladie, la douleur apparaît dans le dos, à la tombée de la nuit. En outre, la jaunisse se développe, l'appétit diminue, les matières fécales se décolorent. La nutrition alimentaire est d'une importance primordiale dans la prévention et le traitement des pathologies du pancréas. Cette catégorie de personnes devrait manger certains aliments.

Vidéo utile - Les premiers signes de maladies du pancréas:

Les aliments diététiques ne devraient pas inclure la consommation de poisson gras, de bouillons gras, d’épices, de chocolat, de pommes aigres, de champignons et de boissons alcoolisées. Tous les plats doivent être cuits à la vapeur ou bouillis sans ajouter d'épices. Des aliments sains doivent être présents dans l'alimentation et doivent être consommés au moins 4 à 5 fois par jour. Un accès opportun à un médecin, une nutrition appropriée et un mode de vie sain - tout cela contribuera à prévenir le développement de nombreuses maladies.

Remarqué une erreur? Sélectionnez-le et appuyez sur Ctrl + Entrée pour nous le dire.

Biochimie Pancréatique

La structure, la fonction, la physiologie et les principales hormones du pancréas. L'insuline (une hormone peptidique) et son rôle dans le métabolisme des glucides, des protéines et des graisses. Le but des îles de Langerhans. Manifestations cliniques de pancréatite aiguë et chronique.

Envoyer votre bon travail dans la base de connaissances est simple. Utilisez le formulaire ci-dessous.

Les étudiants, les étudiants diplômés, les jeunes scientifiques qui utilisent la base de connaissances dans leurs études et leurs travaux vous en seront très reconnaissants.

Publié à http://www.allbest.ru/

1. pancréas

Le pancréas (pancréas) est la glande digestive qui possède les fonctions excrétoires (exocrines) et intrasécrétoires (endocrines).

Anatomie Le pancréas est situé dans la cavité abdominale derrière l’estomac au niveau de 1,11 vertèbre lombaire (Fig.). Son poids est compris entre 70 et 80 g. Il distingue une tête, un corps et une queue.

Topographie du pancréas: 1 - foie, 2 - tronc coeliaque, 3 - queue pancréatique, 4 - corps, 5 - canal, 6 - tête, 7 - gros mamelon du duodénum; 8 - petit mamelon duodénum; 9 - canal pancréatique accessoire; 10 - canal biliaire

La tête du pancréas est située dans l’arc du duodénum. Le canal pancréatique dans la plupart des cas, après s'être connecté au canal biliaire principal dans le duodénum de son gros mamelon. La queue est en contact avec la rate. Le corps du pancréas, qui a l'aspect d'un prisme triangulaire, est recouvert en avant du péritoine. L'approvisionnement en sang du pancréas s'effectue par les artères supérieure et inférieure pancréatiques et duodénales. L'écoulement de sang se produit dans le système de la veine porte. Le pancréas est innervé par les branches des plexus cœliaque, mésentérique supérieur, hépatique et splénique.

Le pancréas exocrine est une glande tubulaire alvéolaire complexe. Son parenchyme est constitué de nombreux lobes séparés les uns des autres par une couche de tissu conjonctif. La plupart des lobes du pancréas sont représentés par des divisions sécrétoires terminales - acini, dont les cellules sécrètent le suc pancréatique. En outre, dans le parenchyme du pancréas, il existe des amas de cellules (îlots de Langerhans), richement alimentés en vaisseaux sanguins et ne comportant pas de canaux excréteurs, c'est-à-dire avec une sécrétion interne.

Physiologie. La sécrétion externe du pancréas consiste en une excrétion périodique du suc pancréatique dans le duodénum, ​​qui joue un rôle important dans les processus digestifs.

Le suc pancréatique contient les enzymes suivantes: l'amylase, la lipase et la trypsine La sécrétion du suc pancréatique est régulée par les nerfs (nerfs vague et sympathique), ainsi que par les mécanismes humoraux. La sécrétion de suc pancréatique est associée à l'ingestion de nourriture et les travaux de I.P. Pavlov et de ses collaborateurs ont révélé que des aliments de composition différente provoquaient la sécrétion de suc pancréatique, dont le volume et le contenu étaient variés.

La décoction de légumes, les glucides ont une action sokogique importante, les graisses - une plus petite et les protéines - une mineure.

L’agent causal le plus puissant de l’activité sécrétoire pancréatique est l’acide gastrique, l’acide chlorhydrique qui, lorsqu’il pénètre dans l’intestin grêle, active la sécrétion par les cellules de la muqueuse intestinale de substances spécifiques - la sécrétine (stimule la formation de la partie liquide de la sécrétion pancréatique) et le pancréozyme (affecte la production du suc pancréatique). Parmi les médicaments augmentent la sécrétion du pancréas, la pilocarpine, la morphine, la vitamine A, le sulfate de magnésium, et l'histamine et l'atropine inhibent la sécrétion.

La fonction intrasécrétoire consiste dans le développement des hormones insuline et glucagon par le pancréas, qui jouent un rôle important dans la régulation du métabolisme des glucides et des lipides. L'insuline est produite dans les cellules bêta des îlots de Langerhans. Sous l'influence de celui-ci, le glycogène est fixé dans le foie, les tissus absorbent le sucre du sang et diminuent la lipémie.

Le glucagon est produit dans les cellules alpha des îlots de Langerhans et agit sur la teneur en sucre du sang de manière opposée à celle de l'insuline.

Une autre fonction attribuée aux cellules alpha est de participer à la production d'une substance lipotrope, la lipocaïne, qui empêche la dégénérescence graisseuse du foie.

Le pancréas (pancréas) est une grande glande digestive à fonction mixte. La majeure partie de la glande est un secret sécrétant exocrine, qui est excrété dans la lumière du duodénum par le canal excréteur. Dans un parenchyme de l'élément. groupes immatures de cellules qui produisent des hormones. Ceci est la partie endocrine de la glande - les îlots de Langerhans (colorisée. Fig. 3).

Le pancréas (le péritoine est partiellement enlevé, le canal pancréatique est isolé, le duodénum est ouvert): 1 - canal choledochus; 2 - v. portae; 3 - a. hepatica propria; 4 - plexus; coeliacus; 5 - truncus coellacus; 6 - Nodi lymphatique! coeliaci; 7 - a. gastroduodenalis; 8 - a. lienalis et plexus lienalis; 9 - nodi lymphatici pancreaticolienales; 10 - lien; 11 - canal pancréatique; 12 - a. mesenterica sup. et plexus mesentericus sup. 13 - v. mesenterica sup. 14 - a. et v. pancreaticoduodenal Inf. 15 - papilla duodeni major; 16 - papilla duodeni minor; 17 - canalus pancreatlcus accessorius; 18 - duodénum; 19 - a. et v. pancreaticoduodenal sup. 20 - ren dext. 21 - gl. suprarenalis dext.; 22 - gl. suprarenalis sin. 23 - ren péché. 24 - ramus pancreaticus (a. Lienalis).

2. Fonction exocrine du pancréas

La sécrétion exocrine du pancréas consiste en la sécrétion d'enzymes digestives et d'un liquide riche en électrolytes. Comme déjà mentionné, les cellules acineuses sont responsables de la synthèse et de la sécrétion des enzymes digestives, et les cellules centroacineuses et les cellules épithéliales canalaires pour la sécrétion du liquide qui transporte les enzymes dans le duodénum, ​​où elles sont activées. Chacun de ces processus est discuté en détail plus tard.

Sécrétion de fluide et d'électrolyte

La sécrétine hormonale gastro-intestinale stimule la sécrétion d'eau, de bicarbonates, de sodium, de potassium et de chlorures par l'épithélium des canaux par l'activation de l'adénylate cyclase. La formation ultérieure d'adénosine monophosphate cyclique (AMPc) stimule les canaux chlorés du côté luminal des cellules épithéliales, après quoi les chlorures sont libérés du cytoplasme dans la lumière des canaux. Le mécanisme d'échange chlorure-bicarbonate favorise l'échange de chlorures en bicarbonates intracellulaires et produit ainsi un liquide riche en bicarbonates, nécessaire au transport des enzymes digestives. La stimulation cholinergique peut provoquer un effet similaire, quelle que soit l'action de la sécrétine.

3. Jus pancréatique

Le suc pancréatique est un liquide digestif sécrété par les cellules acineuses du pancréas dans le duodénum. Le jus pancréatique est alcalin et contient les enzymes suivantes: trypsine (voir), chymotrypsine (voir), carboxypeptidase, clivage de protéines; lipides dédoublant la lipase (voir Enzymes); amylases (voir), lactase (voir. Enzymes), division des glucides, etc. La quantité moyenne de suc pancréatique sécrétée par le pancréas d'une personne en bonne santé varie entre 600 et 700 ml par jour. La formation et la libération du suc pancréatique sont régulées par les voies humorale et nerveuse.. Dans le premier cas - avec la participation de la sécrétine (une hormone qui se forme lorsque le contenu gastrique acide entre en contact avec la membrane muqueuse de l'intestin grêle supérieur); dans le second - sous l'influence de fibres sécrétoires des nerfs vagues et sympathiques.

Le jus pancréatique est un produit de cellules acineuses du pancréas; fluide digestif alcalin. La quantité de suc pancréatique excrétée en 24 heures par le pancréas d'un adulte en bonne santé varie entre 30 et 1770 ml (700 ml en moyenne). Propriétés physiques et chimiques et composition chimique de P. s. [Mattis, Miller et Wiper (M.R. Mattice, J.M. Miller, T.W. Wiper)]:

En plus de ces substances, le suc pancréatique contient des enzymes: protéinases - trypsine (voir), chymotrypsine, carboxypeptidase; pour l'hydrolyse des glucides - amylase (voir Amylase), maltase, lactase; pour la séparation des graisses - lipase (voir Lipases), ainsi que pour les enzymes agissant sur les acides nucléiques - ribonucléase et désoxyribonucléase. Le jus recueilli directement dans le canal de la glande contient du trypsinogène inactif, activé dans l'intestin par l'enzyme entérokinase, l'acide gastrique neutralisant, P. p. protégeant ainsi la muqueuse intestinale de l'action peptique de l'acide.

4. enzymes pancréatiques

Les optiques pro-enzymatiques sont le trypsinogène, le chymotrypsinogène, la procarboxypeptidase et d’autres. Après l'activation, le processus commence avec de la trypsine d'entérokinase et la trypsine agit en outre en tant que proenzymes de l'enzyme de conversion: inactivé trypsinogène A et B à la trypsine, le chymotrypsinogène - chymotrypsine dans, carboxypeptidase A et B - dans la carboxypeptidase A et la carboxypeptidase B, ainsi que d'autres zymogènes pancréatiques glandes: A21 profhospholipase et proélastase E. Des chymotrypsinogènes A et B, des chymotrypsines a, d et p se forment, qui possèdent également des propriétés d'auto-analyse, ainsi qu'une spécificité plus étendue du substrat, m trypsine. L'élastase clive également activement les liaisons peptidiques, notamment formées par les acides aminés avec de petits radicaux hydrophobes. Le substrat principal de cette enzyme est l'élastine. Ni la trypsine ni la chymotrypsine ne sont hydrolysées: l'enzyme lipolytique de l'enzyme phospholipase pancréatique est sécrétée par le pancréas sous forme de proenzyme et est activée dans l'intestin grêle par la trypsine.

5. Hormones du pancréas. Ilots de Langerhans. Somatostatine. Amylin. Fonctions régulatrices des hormones pancréatiques

pancréas insuline langerhansa îlot pancréatite

La fonction endocrine du pancréas est assurée par des amas de cellules d'origine épithéliale, connues sous le nom d'îlots de Langerhans et ne constituant que 1 à 2% de la masse du pancréas, l'organe exocrine formant le suc digestif pancréatique. Le nombre d'îles dans la glande d'un adulte est très grand et va de 200 000 à un million et demi.

Les îlots distinguent plusieurs types de cellules productrices d'hormones: les cellules alpha du glucagon, les cellules bêta de l'insuline, les cellules delta de la somatostatine, les cellules J de la gastrine et les polypeptides pancréatiques des cellules PP ou F. En plus de l'insuline, l'hormone bêta synthétise l'hormone amyline, qui a les effets opposés de l'insuline. L'approvisionnement en sang des îlots est plus intense que le parenchyme principal de la glande. L'innervation est réalisée avec les nerfs sympathiques et parasympathiques postganglionnaires, et parmi les cellules des îlots se trouvent des cellules nerveuses qui forment des complexes neuro-insulaires.

L'insuline est synthétisée dans le réticulum endoplasmique des cellules bêta, d'abord sous forme de pré-insuline, puis la chaîne de 23 acides aminés en est séparée et la molécule restante est appelée proinsuline. Dans le complexe de Golgi, la proinsuline est conditionnée en granulés, dans lesquels la proinsuline est scindée en insuline et en un peptide de liaison (C-peptide). Dans les granulés, l'insuline est déposée sous forme de polymère et en partie en combinaison avec du zinc. La quantité d'insuline déposée dans les granules est presque 10 fois supérieure aux besoins quotidiens en hormone. La sécrétion d'insuline se produit par exocytose des granules, une quantité équimolaire d'insuline et de peptide C entrant dans le sang. La détermination du contenu de ce dernier dans le sang est un test de diagnostic important évaluant la capacité de sécrétion (3 cellules.

La sécrétion d'insuline est un processus dépendant du calcium. Sous l'effet d'un stimulus (augmentation du taux de glucose dans le sang) - la membrane des cellules bêta se dépolarise, les ions calcium pénètrent dans les cellules, ce qui déclenche la réduction du système microtubulaire intracellulaire et le mouvement des granules vers la membrane plasmique, puis leur exocytose.

La fonction de sécrétion de différentes cellules d'îlots est interdépendante et dépend des effets des hormones qu'elles forment. Les îlots sont donc considérés comme une sorte de «mini-organe» (figure 6.21). Il existe deux types de sécrétion d'insuline: basale et stimulée. La sécrétion basale d'insuline est réalisée en continu, même lorsque le jeûne et une glycémie inférieure à 4 mmol / l.

La sécrétion d'insuline stimulée est la réponse des cellules bêta des îlots à une augmentation du taux de D-glucose dans le sang circulant vers les cellules bêta. Sous l'influence du glucose, le récepteur d'énergie des cellules bêta est activé, ce qui augmente le transport des ions calcium dans la cellule, active l'adénylate cyclase et le pool d'AMPc. Par ces intermédiaires, le glucose stimule la libération d'insuline dans le sang à partir de granules de sécrétion spécifiques. Améliore la réponse des cellules bêta à l'action de l'hormone du glucose duodénum - peptide inhibiteur gastrique (GIP). Le système nerveux autonome joue également un rôle déterminant dans la régulation de la sécrétion d'insuline. Le nerf vague et l'acétylcholine stimulent la sécrétion d'insuline, tandis que les nerfs sympathiques et la noradrénaline, via des récepteurs alpha-adrénergiques, suppriment la sécrétion d'insuline et stimulent la libération de glucagon.

L'hormone des cellules delta des îlots, la somatostatine, est un inhibiteur spécifique de la production d'insuline. Cette hormone est également formée dans l'intestin, où elle inhibe l'absorption du glucose et réduit ainsi la réponse des cellules bêta au stimulus glucidique. La formation de peptides dans le pancréas et les intestins similaires aux masses, comme la somatostatine, confirme l’existence d’un système APUD unique dans le corps. La sécrétion de glucagon est stimulée par une diminution du taux de glucose dans le sang, des hormones du tube digestif (gastrine GIP, sécrétine, chole-cystokinine-pancréoimin) et par une diminution des ions Ca 2+ dans le sang. La sécrétion de glucagon est inhibée par l'insuline, la somatostatine, la glycémie et le Ca2 +.

Dans les cellules endocrines de l'intestin, il se forme un peptide-1, semblable au glucagon, qui stimule l'absorption du glucose et la sécrétion d'insuline après un repas. Les cellules du tractus gastro-intestinal productrices d’hormones sont une sorte de «dispositif d’alerte précoce» pour les cellules des îlots pancréatiques concernant l’apport en nutriments dans le corps, qui nécessitent des hormones pancréatiques pour leur utilisation et leur distribution. Cette relation fonctionnelle est reflétée dans le terme "système gastro-entéro-pancréatique".

6. Fonction endocrine du pancréas

Pancréas humain (pancréas lat) - organe du système digestif; une grosse glande avec des fonctions exocrines et de sécrétion interne.

La fonction excrétrice de l'organe est réalisée en sécrétant du suc pancréatique contenant des enzymes digestives. Tout en produisant des hormones, le pancréas joue un rôle important dans la régulation du métabolisme des glucides, des lipides et des protéines.

Le pancréas est la principale source d’enzymes pour la digestion des graisses, des protéines et des glucides - principalement la trypsine et la chymotrypsine, la lipase pancréatique et l’amylase. La principale sécrétion pancréatique de cellules canalaires contient également des ions bicarbonates impliqués dans la neutralisation du chyme gastrique acide. Le secret du pancréas s’accumule dans les canaux interlobulaires qui se confondent avec le canal excréteur principal s’ouvrant dans le duodénum.

De nombreux groupes de cellules qui ne possèdent pas de canaux excréteurs sont dispersées entre les lobules. îlots de Langerhans. Les cellules des îlots fonctionnent comme des glandes endocrines (glandes endocrines), libérant du glucagon et de l'insuline, des hormones qui régulent le métabolisme des glucides, directement dans le sang. Ces hormones ont l'effet inverse: le glucagon augmente et l'insuline diminue le taux de glucose dans le sang.

Les enzymes protéolytiques sont sécrétées dans la lumière des acini sous forme de zymogènes (pro-enzymes, formes inactives des enzymes) - trypsinogène et chymotrypsinogène. Lorsqu'ils sont libérés dans l'intestin, ils sont exposés à l'entérokinase, présente dans le mucus pariétal, qui active le trypsinogène, le transformant en trypsine. La trypsine libre clive en outre les trypsinogènes et chymotrypsinogènes restants en leurs formes actives. La formation d'enzymes sous forme inactive est un facteur important empêchant les lésions enzymatiques du pancréas, souvent observées lors d'une pancréatite.

La régulation hormonale de la fonction exocrine du pancréas est assurée par la gastrine, la cholécystokinine et la sécrétine, des hormones produites par les cellules de l'estomac et du duodénum en réponse à l'étirement et à la sécrétion du suc pancréatique.

Les dommages au pancréas constituent un grave danger. La perforation du pancréas nécessite des soins particuliers lors de l'exécution.

Le pancréas humain est une formation lobulaire allongée de couleur grisâtre rosé situé dans la cavité abdominale derrière l’estomac, à proximité immédiate du duodénum. L'organe se situe dans la partie supérieure de la paroi postérieure de la cavité abdominale dans l'espace rétropéritonéal, situé transversalement au niveau des corps des vertèbres lombaires I-II.

Le pancréas comprend des parties exocrines et endocrines.

La partie endocrine du pancréas est formée entre les îlots d'acini du pancréas, ou îlots de Langerhans.

Les îles sont constituées de cellules - insulocytes, parmi lesquelles, en fonction de la présence de granules de propriétés physiques, chimiques et morphologiques différentes, il en existe 5 types principaux:

- l'insuline synthétisant des cellules bêta;

- cellules alpha produisant du glucagon;

- les cellules delta qui forment la somatostatine;

- Les cellules D1 qui sécrètent le VIP;

- Les cellules PP qui produisent le polypeptide pancréatique.

De plus, la présence d'un nombre insignifiant de cellules contenant de la gastrine, de la thyrolibérine et de la somatolibérine dans les îlots a été mise en évidence par immunocytochimie et microscopie électronique.

Les îles sont des grappes compactes pénétrées par un réseau dense de capillaires fenêtrés disposés en grappes ou en cordons de cellules intrasécrétoires. Les cellules sont entourées par des couches des capillaires des îlots, étant en contact étroit avec les vaisseaux; la plupart des endocrinocytes sont en contact avec les vaisseaux par le biais de processus cytoplasmiques ou directement adjacents à ceux-ci.

7. L'insuline et son rôle dans le métabolisme des glucides, des protéines et des graisses

L'insuline (du latin Insula - l'île) - une hormone peptidique, est formée dans les cellules bêta des îlots de Langerhans du pancréas.

L'insuline a un effet multiforme sur le métabolisme dans presque tous les tissus. L'insuline a pour principal effet de réduire la concentration de glucose dans le sang.

L'insuline augmente la perméabilité du plasma au glucose, active les enzymes clés de la glycolyse, stimule la formation de glycogène dans le foie et les muscles à partir du glucose et améliore la synthèse des graisses et des protéines. De plus, l'insuline inhibe l'activité des enzymes qui décomposent le glycogène et les graisses. En d’autres termes, en plus de l’effet anabolique, l’insuline a également un effet anti-catabolique.

L'altération de la sécrétion d'insuline due à la destruction des cellules bêta - l'insuffisance absolue d'insuline - est un élément clé de la pathogenèse du diabète de type 1. La violation de l'effet de l'insuline sur les tissus - déficit relatif en insuline - a une place importante dans le développement du diabète de type 2.

L’augmentation de la concentration de glucose dans le sang constitue le principal stimulus de la synthèse et de la libération d’insuline.

La synthèse et la libération d'insuline sont un processus complexe comportant plusieurs étapes. Initialement, un précurseur inactif de l'hormone se forme et, après une série de transformations chimiques au cours du processus de maturation, se transforme en une forme active.

Quoi qu’il en soit, l’insuline affecte tous les types de métabolisme dans l’organisme. Cependant, en premier lieu, l'action de l'insuline concerne l'échange de glucides. L'effet principal de l'insuline sur le métabolisme des glucides est associé à une augmentation du transport du glucose à travers les membranes cellulaires. L'activation du récepteur de l'insuline déclenche le mécanisme intracellulaire, qui affecte directement le flux de glucose dans la cellule en régulant la quantité et le fonctionnement des protéines membranaires qui transfèrent le glucose dans la cellule.

Dans la plupart des cas, le transport du glucose dans deux types de tissus dépend de l'insuline: le tissu musculaire (myocytes) et le tissu adipeux (adipocytes) - c'est ce que l'on appelle. tissus insulino-dépendants. Ensemble avec près des 2/3 de la masse cellulaire totale du corps humain, ils remplissent des fonctions aussi importantes que les mouvements, la respiration, la circulation sanguine, etc., et stockent l'énergie libérée par les aliments.

Les cellules hormonales delta des îlots de Langerhans du pancréas, ainsi que l'une des hormones de l'hypothalamus. Par structure chimique est une hormone peptidique.

La structure

La somatostatine existe sous deux formes biologiquement actives, provenant d'un même précurseur et se différenciant par la longueur de l'extrémité N-terminale: SST-14 (14 acides aminés: AGCKNFFWKTFTSC, liaison disulfure entre les résidus de cystéine) et SST-28 (28 acides aminés). Outre les somatostatines, la cortistatine (PCKNFFWKTFSSCK), des peptides étroitement apparentés, le tritten (13 acides aminés N-terminaux SST-28) et l'urotensine II (ETPDCFWKYCV) interviennent également dans la régulation du système somatostatine.

Fonction

La somatostatine inhibe la sécrétion hypothalamique de l’hormone de libération de la somatotropine par l’hypothalamus et la sécrétion de l’hypophyse antérieure constituée d’hormones somatotropes et thyrotropes.

En outre, il inhibe également la sécrétion de divers peptides hormonalement actifs et de la sérotonine produite dans l’estomac, les intestins, le foie et le pancréas. En particulier, il réduit la sécrétion d'insuline, de glucagon, de gastrine, de cholécystokinine, de peptide intestinal vasoactif, de facteur de croissance analogue à l'insuline-1.

La fonction de la somatostatine est médiée par au moins 6 sous-types de récepteurs différents (sst1, sst2A, sst2B, sst3, sst4, sst5) appartenant à la famille des récepteurs couplés à la protéine G avec 7 domaines transmembranaires. Ces récepteurs, à l'exception de sst2, sont codés par différents gènes, tandis que sst2A et sst2B sont des variants d'épissage du même gène. Pour le reste de la classe, choisissez le type de s - SRIF1 (s2, s4, s5) et SRIF2 (s1) - basé sur la liaison à l’octapeptide et somatostatin de somatostatin (octreotide, s4), basé sur la liaison à l’objet classique et à la somatostine. - mais pas les récepteurs SRIF2. Les données spécifiques sur la fonction de certains sous-types de récepteurs de la somatostatine sont très contradictoires.

un polypeptide sécrété par les cellules PP des îlots pancréatiques de Langerhans. Il se compose de 36 résidus d’acides aminés et a un poids moléculaire de 4200 Da.

Le polypeptide pancréatique exerce une action antagoniste de la cholécystokinine. Supprime la sécrétion du pancréas et stimule la sécrétion du suc gastrique.

Dans le sérum sanguin de personnes en bonne santé, l'estomac vide, le polypeptide pancréatique contient environ 80 pg / ml.

Un groupe de maladies et de syndromes dans lesquels il y a une inflammation du pancréas. Au cours de l'inflammation du pancréas, les enzymes sécrétées par la glande ne sont pas libérées dans le duodénum, ​​mais sont activées dans la glande elle-même et commencent à le détruire (auto-digestion). Les enzymes et les toxines qui sont libérées dans ce cas sont souvent rejetées dans le sang et peuvent endommager gravement d'autres organes, tels que le cerveau, les poumons, le cœur, les reins et le foie. La pancréatite aiguë est une affection très grave du corps qui nécessite un traitement immédiat. Vous pouvez suspendre temporairement le développement du processus aigu (et sauver une partie du pancréas) en refroidissant le pancréas avec une bouteille en plastique remplie de glace et en le plaçant sur l’estomac - là où cela fait le plus mal. Mais, en règle générale, dans le cas d'une pancréatite aiguë, un traitement dans un hôpital sous la supervision d'un médecin est nécessaire.

Classification

Par la nature du flux se distinguent:

1. pancréatite aiguë

2. pancréatite aiguë récurrente

3. pancréatite chronique

4. exacerbation de la pancréatite chronique

Le plus souvent, la pancréatite chronique est le résultat d'une pancréatite aiguë. La gradation entre récurrence aiguë et exacerbation de la pancréatite chronique est très conditionnelle. La manifestation du syndrome pancréatique (amylasémie, syndrome douloureux de la lipasémie) à moins de 6 mois du début de la maladie est considérée comme une rechute de pancréatite aiguë et plus de 6 mois - une exacerbation de la maladie chronique.

Par la nature de la lésion de la glande (le volume de la lésion de la glande - la taille du site de la nécrose de la glande), il existe:

1. Forme œdémateuse (nécrose de pancréatocytes simples sans formation d'îlots de nécrose).

2. Forme destructive (pancréatonécrose) pouvant être:

1. Petite nécrose pancréatique focale.

2. pancréatonécrose à foyer moyen.

3. pancréatonécrose macrofocale.

4. Nécrose pancréatique sous-totale totale.

Le terme «pancréatonécrose» est plus pathologique que clinique, raison pour laquelle il n'est pas tout à fait correct de l'utiliser comme diagnostic. Le terme nécrose pancréatique sous-totale totale est compris comme la destruction d'une glande avec la défaite de toutes les parties (tête, corps, queue). Une nécrose pancréatique absolument totale n’est pas retrouvée.

Selon la classification de la pancréatite aiguë proposée par V. I. Filin en 1979, on distingue les phases suivantes:

1. Phase enzymatique (3-5 jours).

2. Phase réactive (6-14 jours).

3. La phase de séquestration (à partir de 15x jours).

4. Résultats de phase (6 mois ou plus après le début de la maladie).

Basé sur les manifestations cliniques de la pancréatite aiguë.

A. D. Tolstoï a quelque peu modifié cette classification avec la classification morphologique. Le résultat a été la classification clinique et morphologique de la pancréatite aiguë, qui sera donnée ultérieurement.

Par létalité distinguer:

1. Mortalité précoce (à la suite d’une défaillance de plusieurs organes).

2. Mortalité tardive (à la suite de complications purulentes et septiques de la pancréatite destructive - parapancréatite purulente-nécrotique).

Selon les statistiques modernes, plus de 50% des patients atteints de pancréatite ou de pancréatonécrose destructrice sont des alcooliques, alors que moins de 20% sont ceux qui ont développé une pancréatite en tant que complication de la cholélithiose. En outre, les causes de la pancréatite peuvent être l'intoxication, les traumatismes, les maladies virales, les opérations et les manipulations endoscopiques (elles représentent environ 5%). Pancréatite congénitale.

Manifestations cliniques

Les manifestations cliniques de la pancréatite aiguë et chronique varient. Souvent, après avoir souffert d'une pancréatite aiguë, des pseudokystes pancréatiques se forment, appelés pancréatites chroniques. Dans le contexte de la pancréatite chronique, une pancréatite aiguë peut survenir, ce qui n’équivaut pas à l’exacerbation de la pancréatite chronique.

Parmi les signes typiques de pancréatite aiguë, on trouve: douleur intense dans l'épigastre, douleur soudaine, grave, constante dans le haut de l'abdomen. Irradiation dans la moitié gauche du corps. Vomissements-- invincible, avec un mélange de bile et ne apportant pas de soulagement.

Avec une augmentation de la tête du pancréas, une jaunisse mécanique est possible (violation de la sortie de la bile, entraînant une accumulation de pigments biliaires dans le sang et les tissus du corps), accompagnée d'une peau jaune, coloration de l'urine de couleur sombre.

Traitement

Tactique

Le traitement dépend de la gravité de la maladie. Si aucune complication, telle que des dommages aux reins ou aux poumons, ne se développe pas, la pancréatite aiguë disparaît. Le traitement vise à maintenir les fonctions vitales du corps et à prévenir les complications. Une hospitalisation peut être nécessaire, car des médicaments par voie intraveineuse sont nécessaires.

Si de faux kystes du pancréas sont formés, ils peuvent être enlevés chirurgicalement.

Si le canal pancréatique ou le canal biliaire est obstrué par un calcul biliaire, une crise aiguë dure généralement quelques jours seulement. Dans les cas graves, une personne peut avoir besoin d'une nutrition par voie intraveineuse (nutrition parentérale) de 3 à 6 semaines pendant la restauration du pancréas. Dans les cas bénins de la maladie, la nutrition parentérale ne s'applique pas.

Après un séjour à l'hôpital, il est conseillé au patient de ne pas boire d'alcool et de suivre un régime d'épargne. Lorsque la pancréatite aiguë disparaît, le médecin en détermine la cause, ce qui peut prévenir des crises ultérieures. Chez certaines personnes, la cause de l'attaque est claire, mais chez d'autres, il est nécessaire de mener des recherches.

Pancréatite chronique

Soulager la douleur - c'est la première étape du traitement de la pancréatite chronique. La prochaine étape: il s’agit d’un régime qui limite la quantité de glucides et de graisses qui accompagne les aliments.

Le médecin peut vous prescrire de prendre des enzymes pancréatiques avec des aliments si le pancréas ne les libère pas suffisamment. Parfois, l'insuline ou d'autres médicaments sont nécessaires pour contrôler la glycémie.

Les personnes atteintes de pancréatite doivent cesser de boire de l'alcool, suivre un régime alimentaire particulier et prendre leurs médicaments régulièrement, conformément aux prescriptions de leur médecin.

Pancréatite aiguë

La gravité de l'état des patients atteints de pancréatite aiguë est principalement due à une intoxication endogène grave. Selon un certain nombre d'auteurs, les enzymes pancréatiques activées, parmi lesquelles la trypsine, jouent un rôle prépondérant. Lors de l'étude de l'effet de la trypsine, il existait une similitude d'action avec les poisons de divers types de serpents.

La réaction à la trypsine était très similaire à l'effet de l'antigène lors du choc anaphylactique. Dans les années 80 du 20ème siècle, des scientifiques de différents pays ont proposé le traitement des intoxications en cas de pancréatite aiguë avec entérosorbants. Valence, la chitine, enterodez, polyphepan ont été étudiés. Les entérosorbants étudiés ont montré un effet thérapeutique qui s'est traduit par une réduction de la mortalité. Cependant, les absorbants ont des effets différents sur les paramètres biochimiques du sang.

Certains d'entre eux ont réduit l'activité de la lipase (voilen, polyphepan), d'autres ont augmenté l'activité de l'enzyme (chitine, enterodez). Tous les sorbants ont contribué à la diminution de la teneur en sang des fractions moléculaires moyennes ayant des propriétés toxiques.

Publié sur Allbest.ru

Documents similaires

La structure et le rôle biologique des hormones pancréatiques. Caractérisation de l'enzyme lipoxygénase, qui catalyse la rancidation des graisses. Céramide, bicouche lipidique, fluidité membranaire, récepteur des glycolipides. La réaction de la conversion du glucose en éthanol.

Examen [1,7 M], ajouté le 01/05/2013

Quatre principaux systèmes de régulation métabolique. Organisation de la régulation neuro-hormonale. Le système endocrinien du corps humain. Le pancréas humain, son anatomie, sa topographie, sa structure macroscopique et microscopique. Insuline et glucagon.

terme papier [1,2 M], ajouté le 23/02/2014

La caractéristique des principales hormones du pancréas. L'étude des étapes de synthèse et d'isolement de l'insuline. Analyse des effets biochimiques de l'interaction de l'insuline et du récepteur. Sécrétion et mécanisme d'action du glucagon. L'étude de la formation du peptide C.

présentation [72,8 K], ajouté le 05/12/2015

Parathyrin comme principale hormone parathyroïdienne, analyse des effets. Caractéristiques des mécanismes de régulation du métabolisme du calcium dans l'organisme. Connaissance des hormones pancréatiques: insuline, glucagon, somatostatine. Examen du schéma du cerveau humain.

présentation [1,2 M], ajouté le 01/08/2014

Une caractéristique des hormones thyroïdiennes, son effet sur le métabolisme des glucides et des graisses. La fonction de la glande thyroïde et sa connexion avec l'hormone stimulant la thyroïde. Insuffisance thyroïdienne fonctionnelle, coagulation et groupes sanguins, métabolisme des protéines.

Examen [171,9 K], ajouté le 24.10.2009

Régulation des organes internes par les hormones. La structure, la fonction, l'apport sanguin, le drainage lymphatique et l'innervation de l'hypophyse, des vaisseaux sanguins et des nerfs, de la glande pinéale, de la thyroïde, de la parathyroïde, du pancréas, des glandes surrénales, du thymus.

présentation [1,3 M], ajouté le 27/04/2016

Propriétés spécifiques, structure et fonctions principales, produits de décomposition des graisses, des protéines et des glucides. Digestion et absorption des graisses dans le corps. La ventilation des glucides complexes alimentaires. Paramètres de régulation du métabolisme glucidique. Le rôle du foie dans le métabolisme.

terme papier [261,6 K], ajouté le 12.11.2014

Caractéristiques de la structure, la physiologie du pancréas d'une personne - un organe du système digestif; une grande glande avec des fonctions exocrines et endocrines. L'approvisionnement en sang au pancréas. Innervation. Principes de la fonction exocrine du corps.

présentation [1,2 M], ajouté le 12/06/2016

Le résultat de la dégradation et la fonction des protéines, des lipides et des glucides. La composition des protéines et leur contenu dans les aliments. Mécanismes de régulation du métabolisme des protéines et des graisses. Le rôle des glucides dans le corps. Le ratio de protéines, lipides et glucides dans une alimentation complète.

présentation [23,8 M], ajouté le 28/11/2013

Glandes endocrines chez les animaux. Le mécanisme d'action des hormones et leurs propriétés. Fonctions de l'hypothalamus, de l'hypophyse, de la glande pinéale, du goitre et de la glande thyroïde, des glandes surrénales. Appareil îlot du pancréas. Ovaires, corps jaune, placenta, testicules.

terme papier [422,0 K], ajouté le 07.08.2009