Principal / Pancréatite

Adénocarcinome du colon

Pancréatite

L'adénocarcinome (ou cancer glandulaire) du côlon est une tumeur provenant des cellules épithéliales-glandulaires qui constituent la muqueuse intestinale.

Il s'agit d'un type de cancer assez courant, caractérisé par une évolution sévère et un diagnostic tardif. Cette dernière circonstance est la cause de la mortalité élevée due à cette maladie.

Raisons

Les médecins n’ont pas un seul avis sur les causes du cancer colorectal en général (toutes les tumeurs du côlon, y compris le cancer du rectum) et de l’adénocarcinome en particulier.

  • Toutes les informations sur ce site sont à titre informatif seulement et ne constitue pas un manuel pour l'action!
  • Seul le MÉDECIN peut délivrer le DIAGNOSTIC EXACT!
  • Nous vous exhortons à ne pas vous soigner vous-même, mais à vous inscrire auprès d'un spécialiste!
  • Santé à toi et à ta famille! Ne pas perdre courage

Un certain nombre de facteurs augmentent le risque de maladie:

  • tumeurs bénignes (polypes) du gros intestin;
  • la carence en fibres végétales dans le régime alimentaire dans le contexte de l'abus de viandes grasses, plats épicés, fast food et autres aliments cancérigènes;
  • tabagisme et consommation excessive d'alcool;
  • abus de produits chimiques ménagers;
  • travailler dans l'industrie chimique;
  • prédisposition génétique;
  • le stress;
  • constipation chronique;
  • calculs fécaux dans les intestins;
  • facteurs ethniques (il est établi que, eu égard aux particularités de la nutrition, les habitants d'Europe orientale et d'Asie centrale sont particulièrement prédisposés aux tumeurs intestinales)
  • hypodynamie (mode de vie sédentaire), travail sédentaire.

Tous les facteurs violant la motilité intestinale et affectant négativement la circulation sanguine dans ses sections entraînent la stagnation des masses alimentaires et la formation de conditions favorables aux mutations malignes dans les cellules.

Diverses lésions des muqueuses intestinales causées par des maladies telles que la colite ulcéreuse ou la maladie de Crohn (inflammation du tube digestif) peuvent déclencher la dégénérescence des cellules et des tissus.

Les symptômes

Comme d'autres types d'adénocarcinomes, le cancer du côlon glandulaire se développe principalement chez les personnes âgées. Le type le plus courant de pathologie maligne de ce type est une tumeur du côlon sigmoïde (la dernière section du gros intestin).

Le principal danger des adénocarcinomes est qu’ils soient asymptomatiques dans la plupart des cas cliniques. Même aux stades de progression du processus malin, les symptômes eux-mêmes ne sont pas caractéristiques des tumeurs oncologiques. Des manifestations similaires peuvent provoquer un ulcère peptique, une colite et une inflammation chronique des muqueuses intestinales.

Les manifestations primaires de la pathologie inquiètent rarement les patients, en particulier ceux qui ont déjà eu des problèmes avec le tube digestif. C'est pourquoi l'un des principaux critères de succès du traitement de l'adénocarcinome du côlon est la détection rapide des premiers signes d'une tumeur.

Vous devez faire attention aux symptômes tels que:

  • faiblesse générale, fatigue, faible performance;
  • douleurs abdominales récurrentes;
  • violation de la chaise sous la forme de constipation ou de diarrhée;
  • réduction de poids;
  • manque d'appétit;
  • changement des habitudes gustatives (il peut y avoir une aversion pour les aliments à base de viande ou de protéines en général).

À un stade avancé de la maladie, des symptômes peuvent déjà apparaître qui indiquent la localisation du foyer tumoral: il s’agit de la présence de sang et de mucus dans les selles, d’une intoxication générale causée par la désintégration de la tumeur.

Suite à l'intoxication d'un patient, le foie augmente, la peau et la sclérotique des yeux acquièrent une teinte ictérique, des ballonnements sont observés, dans les cas graves une obstruction intestinale se développe et des saignements intestinaux massifs se produisent. Ces signes peuvent indiquer la présence de métastases.

Diagnostics

Des méthodes de diagnostic de laboratoire et de matériel sont utilisées pour détecter la maladie. Étant donné que les symptômes du cancer glandulaire sont hautement non spécifiques, vous devez contacter un gastro-entérologue ou un proctologue au moindre soupçon de tumeur du tube digestif.

Après une conversation préliminaire au cours de laquelle le médecin établit un historique détaillé de la maladie, la palpation rectale de l'intestin est réalisée à une certaine profondeur.

À l'avenir, les procédures suivantes peuvent être attribuées:

  • sigmoïdoscopie - une technique de diagnostic de matériel qui permet une inspection visuelle de la partie inférieure du côlon. L'appareil est un tube avec une source de lumière. Vous pouvez également biopsier les tissus suspects à l'aide d'un sigmoïdoscope;
  • La coloscopie est une autre méthode de visualisation des régions éloignées du gros intestin, plus informative. Une coloscopie peut également prélever un échantillon de la tumeur;
  • l'irrigoscopie - la méthode est une radiographie de l'intestin avec un agent de contraste. La méthode permet d’étudier les contours du côlon et, lorsqu’une tumeur est détectée, sa forme, sa taille et son degré de distribution;
  • Échographie de l'intestin, IRM et scanner - ces mesures de diagnostic vous permettent de déterminer le type de néoplasme et de détecter la présence de métastases.
  • tests de laboratoire sur le sang, les matières fécales, l'examen d'un échantillon de tissu (biopsie) obtenu par biopsie.

Quel est le pronostic pour un adénocarcinome du côlon hautement différencié est écrit ici.

Traitement

La chirurgie est la méthode de traitement du cancer du côlon glandulaire la plus populaire et la plus efficace.

La radiothérapie et la chimiothérapie sont utilisées comme techniques auxiliaires. L'irradiation et l'utilisation de médicaments agressifs peuvent être appliquées comme traitement adjuvant avant la chirurgie. Ces méthodes sont utilisées après une thérapie radicale.

Une variété d'effets chirurgicaux dépend de l'emplacement de la tumeur, de son diamètre et de son stade de distribution. Si la tumeur est petite et ne s'est pas étendue au-delà du foyer principal, son élimination complète est réalisée: les capacités fonctionnelles de l'intestin sont préservées.

Si les tumeurs atteignent de grandes tailles et pénètrent dans l'épaisseur intestinale, une colectomie est pratiquée, c'est-à-dire l'ablation d'une partie importante du tube digestif. Dans certains cas, il n’est pas possible de maintenir la continuité intestinale: les médecins sont obligés de créer une colostomie - un exutoire artificiel, auquel ils sont attachés un calaprium.

Le type de chirurgie le plus sûr est la laparoscopie - élimination des tumeurs intestinales sans ouvrir la cavité. L'intervention est réalisée avec quelques ponctions dans la cavité abdominale. Après une telle opération, la période de récupération est plus rapide et il n’ya presque aucune cicatrice.

Pronostic pour adénocarcinome du colon

Si le traitement est instauré rapidement dans la première phase de l'adénocarcinome, le pronostic de survie est relativement favorable et atteint 90%. Avec un traitement dans la deuxième étape, la probabilité de dépasser le seuil de survie à cinq ans est de 50%. Au stade 3, le taux de survie est de 20 à 30%: seul un tiers des patients franchit une étape indicative de 5 ans.

Sans traitement ou avec un traitement initié au stade de la métastase, le pronostic de la maladie est défavorable. La mort survient généralement dans l'année qui suit l'apparition de la maladie.

Nutrition (régime)

Le traitement diététique de l'adénocarcinome du côlon est l'une des conditions du rétablissement. Souvent, les patients qui ont survécu à l'ablation d'une partie de l'intestin devraient adhérer à un régime alimentaire spécial pour la vie.

Les principes de base de la nutrition clinique:

  • élimination des longues pauses entre les repas;
  • nourriture en petites portions;
  • exclusion du régime de toute substance irritante;
  • valeur nutritionnelle et teneur calorique des aliments.

Les produits utiles pour tous les cancers du tube digestif sont:

  • les légumes;
  • fruits (surtout les racines jaunes, vertes et rouges);
  • les verts;
  • jus de carottes et de betteraves;
  • soupes en purée;
  • céréales bouillies de céréales et de citrouilles;
  • viande diététique bouillie;
  • omelette cuite à la vapeur;
  • fromage cottage;
  • pain (mais pas premium);
  • huile végétale;
  • thé vert

Les produits interdits sont:

  • le sucre;
  • thé fort;
  • café
  • l'alcool;
  • aliments frits;
  • viande rouge;
  • viande fumée;
  • sauces tomates;
  • assaisonnements épicés;
  • les champignons;
  • nourriture en conserve;
  • graisses animales.

Causes, symptômes, diagnostic, traitement et pronostic de l'adénocarcinome pancréatique - ici.

Comment traiter l'adénocarcinome de l'estomac, peut être trouvé dans cet article.

Exemple de menu:

Premier petit déjeuner: eau minérale sans gaz additionnée de jus de citron.
Deuxième petit déjeuner: fruits et légumes, combinés les uns aux autres, noix, une demi-tasse de yogourt.
Déjeuner: soupe à la viande dans un bouillon de poulet, salade de légumes, poisson bouilli ou plats à base de viande diététique.
Déjeuner: jus de fruits dilué, génoise.
Dîner: légumes cuits au four, salade de grains de légumes germés, pâtes.
Heure du coucher: légume frais ou jus de fruit.

Vidéo: À propos du cancer du côlon

Prévention

Hélas, il n'y a pas de mesures préventives spéciales pour éliminer complètement la probabilité de développer un adénocarcinome du côlon. Une nutrition rationnelle, un traitement opportun et adéquat de toute maladie gastro-intestinale (en particulier infectieuse et inflammatoire), l'élimination des situations stressantes, un mode de vie actif, la visite d'un proctologue et d'un gastro-entérologue par des personnes à risque contribueront à réduire le risque de la maladie.

Qu'est-ce qu'un adénocarcinome du côlon et combien de temps une personne vivra-t-elle avec cette maladie?

Une maladie telle que l'adénocarcinome du côlon est la tumeur maligne la plus courante localisée dans cet organe. La réalisation du diagnostic présente certaines difficultés, car la pathologie est atypique et asymptomatique. En raison de la détection tardive de l'adénocarcinome, le taux de mortalité des patients malades augmente. Par conséquent, il est important d'identifier la maladie au premier stade de développement.

Adénocarcinome - comment est-il?

Le diagnostic "adénocarcinome du côlon" (un autre nom est cancer glandulaire) est une tumeur d'origine maligne, constituée de cellules de l'épithélium glandulaire, désigne la base de la muqueuse intestinale.

Les adénocarcinomes représentent 80% de toutes les pathologies cancéreuses. En outre, les parois du gros intestin sont détruites. Parmi les maladies malignes, cette espèce occupe la 3ème place dans la population masculine, sur 4 - chez la femelle. Ne dépassez que ses néoplasmes du tube digestif, des poumons, de la poitrine. Les patients sont souvent exposés à des pathologies après 50 ans.

L'absence de symptômes et la non-spécificité de l'évolution clinique de la maladie aux premiers stades de son apparition sont à l'origine de sa détection tardive, représentant un faible pourcentage de survie.

Raisons

Les médecins ont déterminé que l'apparition d'un cancer appartenant au groupe colorectal est rarement causée par une mutation génétique. Les principales raisons de la formation d'adénocarcinomes sont externes, héréditaires.

Les facteurs provocateurs peuvent être:

  • tumeur maligne des tumeurs bénignes;
  • inactivité, travail sédentaire;
  • maladies du gros intestin (polypose, hémorroïdes, fissures de l'anus, fistule);
  • inflammation chronique (entérocolite);
  • stress constant, anxiété;
  • La maladie de Crohn;
  • capacité de travail dans des entreprises nuisibles;
  • surpoids;
  • virus du papillome;
  • constipation fréquente;
  • utilisation de certains médicaments;
  • régime alimentaire malsain;
  • fumer, l'alcool;
  • le sexe anal;
  • obstruction intestinale.

L'adénocarcinome Ozlokachestvlenie peut être dû à différents facteurs, un affaiblissement de l'apport sanguin, un dysfonctionnement moteur des cellules intestinales.

Classification

La croissance tumorale modifie la forme des cellules glandulaires. De telles cellules ont un faible risque qu'elles ne diffèrent guère des cellules normales. Il est possible de les délimiter par étape par étude cytologique du matériel de biopsie. Les caractéristiques des cellules tumorales sont bien plus intenses que jamais.

La classification typique est divisée en:

  1. Type 1 - adénocarcinome du côlon bien différencié - l'examen microscopique note le noyau de la cellule développée, il n'y a pas de troubles fonctionnels. Et si à ce stade de commencer le traitement, le résultat sera positif. Le traitement des patients âgés est particulièrement favorable, une longue rémission peut être atteinte. Mais la population jeune a un mauvais pronostic, les rechutes peuvent apparaître tout au long de l'année.
  2. Le type 2 - adénocarcinome du colon modérément différencié - peut être volumineux, il existe une prolifération excessive de cellules, les symptômes se déchirent de la paroi intestinale, son obstruction complète, saignements. La condition est aggravée par une péritonite, des fistules. Forte probabilité de transition vers la vue suivante, la plus dangereuse. Mais après une chirurgie et une thérapie, vous pouvez vivre au moins 5 ans de plus.
  3. Type 3 - adénocarcinome du colon de bas grade - la croissance est classée par polymorphisme, se développe instantanément, se déplace vers les organes voisins, endommage les ganglions lymphatiques. Elle n'a pas de frontières délimitées. Il a un taux élevé d'adénocarcinome à cellules noires. La chirurgie est souhaitable dans le développement précoce, il est difficile de garantir la durée de la rémission ici.

D'une manière ou d'une autre, quelle que soit la tumeur, à un stade avancé, le traitement est inefficace.

En conséquence, avec le type d'adénocarcinome du côlon, la maladie est divisée en:

  1. Adénocarcinome mucineux - se compose de cellules épithéliales, la présence de mucus, n'a pas de frontières précises, les métastases sont formées dans les ganglions lymphatiques à proximité. La forme n'est pas susceptible à l'exposition aux radiations, ce qui provoque des rechutes.
  2. Cellule annelée - se caractérise par la plus grande malignité avec métastases de l'adénocarcinome du côlon. Il est noté plus significativement dans le foie et les ganglions lymphatiques. La pathologie survient chez les jeunes, se concentre dans le gros intestin.
  3. Tubulaire - éducation avec des frontières floues, ressemble à une structure tubulaire en forme de cylindre, cube. Le diamètre peut être petit, augmentant progressivement, des saignements sont possibles. On le trouve chez la moitié des personnes malades.
  4. Adénocarcinome épidermoïde - caractérisé par le degré le plus élevé de malignité, souvent situé dans le rectum. Va à la prostate, le vagin ou les uretères. Les résultats du traitement sont des rechutes permanentes, le plus faible degré de survie.

Le diagnostic aidera à déterminer le type de tumeur, le spécialiste décidera ensuite de l’action thérapeutique.

Les étapes

Pour déterminer la gravité du cancer glandulaire, l'adénocarcinome présente une caractéristique internationale.

Le classement par étapes est le suivant:

  1. Zéro - la tumeur est petite, ne se développe pas, il n'y a pas de métastases.
  2. Le premier et le second - 2-5 cm, et même un plus grand diamètre, mais n'a pas de métastases.
  3. Le troisième peut être divisé en:
  • 3A - se propage aux organes les plus proches, il y a des métastases dans les ganglions lymphatiques;
  • 3B - a une grande taille avec des métastases dans les organes voisins.
  1. La quatrième est définie pour les métastases à distance, bien que la taille de la formation soit négligeable.

La maladie cancéreuse est difficile à traiter, le pronostic dans de nombreux cas - défavorable.

Symptomatologie

Une tumeur maligne dans le gros intestin est capable de ne pas s’exprimer pendant une longue période. L'adénocarcinome du côlon est précédé de diverses inflammations, à la suite desquelles le patient accepte les signes initiaux comme une aggravation de la maladie existante.

Au début du développement du cancer, si vous êtes attentif à votre santé, vous remarquerez certaines manifestations qui, seules, n'indiquent pas une maladie.

Symptômes de l'adénocarcinome du côlon:

  • diminution ou perte d'appétit;
  • selles bouleversées (diarrhée, constipation);
  • ballonnements, ballonnements;
  • flatulence accrue, flatulence;
  • douleurs abdominales douloureuses et systématiques;
  • en vidant il y a du sang, du mucus;
  • réduction de poids;
  • des nausées;
  • faiblesse, malaise;
  • fièvre.

Au fur et à mesure que la tumeur se développe, ce symptôme apparaîtra plus clair. Par exemple, une augmentation de la douleur abdominale, des brûlures d'estomac, des nausées, des vomissements. Les indicateurs de température atteignent 38 ° C, cela est dû à une inflammation, une intoxication par le cancer. En plus d'avoir des selles inconstantes, une personne souffre d'une fausse envie de faire ses besoins, tout le temps il semble que je veuille aller aux toilettes.

Lorsque les cellules cancéreuses pénètrent dans le foie, le pancréas, la vésicule biliaire, la peau et la sclérotique commencent à jaunir. Degré compliqué d'adénocarcinome du côlon provoque une hypertrophie du foie, ascite.

Actions de diagnostic

Pour établir des adénocarcinomes, utilisez une gamme complète de mesures de diagnostic. La première étape consiste à recueillir l'historique, le médecin écoute la personne, ses plaintes, puis examine et étudie la palpation.

Le diagnostic de l'adénocarcinome comprend les étapes suivantes:

  • prise de sang, urine;
  • livraison de matières fécales;
  • Rayon X - permet de reconnaître une violation du relief de la membrane muqueuse, une motilité accrue, une augmentation des parois au-dessus du renflement pathologique;
  • CT, IRM - établit la structure, l'emplacement de la tumeur, le degré d'endommagement des organes connexes;
  • biopsie - prélèvement de tissus par biopsie à des fins d'examen cytologique;
  • Ultrason (percutané, endorectal) - détermine la localisation de la tumeur, métastases à distance;
  • La coloscopie est le moyen le plus efficace car elle permet d'examiner toutes les parties de l'intestin.

Une fois la tumeur détectée, le spécialiste en fonction du stade prescrit le traitement approprié.

Action thérapeutique

Souvent utilisé un traitement combiné de l'adénocarcinome du côlon, mais le principal moyen reste la chirurgie.

Opération

Non seulement la zone touchée est enlevée, mais également le tissu métastasé. La préparation à la manipulation est la suivante:

  • 4-5 jours nécessiteront un régime sans plaque;
  • utilisation de laxatifs;
  • l'utilisation de lavements de purification;
  • dans certaines situations, le tractus est lavé à l'aide de Lavage, Fortrans.

Pour que les cellules de l'adénocarcinome ne répondant pas aux normes ne se propagent pas avec le flux sanguin, elles ne touchent pas les tissus dangereux au moment de l'opération. Après avoir passé les vaisseaux veineux, la partie affectée de l'intestin est excisée. Une telle intervention permet de prévenir les complications de l'adénocarcinome (inflammation, saignement, douleur).

Chimiothérapie

Le traitement avec la chimie de l'adénocarcinome est une méthode supplémentaire. Les médicaments suivants sont utilisés: raltitrexide, capécitabine, leucovorine. Ces médicaments sont parfois utilisés en association.

La procédure est souvent effectuée en même temps que l'opération. Si la chimiothérapie est effectuée avant l'élimination de l'adénocarcinome, elle empêchera la propagation de cellules dangereuses et aidera à prévenir les rechutes.

Ray

Les radiations réduisent la zone d'augmentation de l'adénocarcinome et arrêtent les métastases. Cette méthode est très rarement utilisée car, avec la mobilité, le côlon change constamment de lieu. L'irradiation est faite avant et après l'intervention.

La manipulation est également effectuée dans le cas de tumeurs de faible différenciation, c'est-à-dire de grande taille, où il est inutile de procéder à l'opération. Après tout, l’élimination n’est pas effectuée dans tous les cas, car la taille, l’épaisseur de la germination peuvent l’empêcher.

Prévisions

Avec une approche intégrée, un adénocarcinome du côlon modérément différencié, le pronostic sera d'au moins 40%. Le résultat dépend de l'action thérapeutique opportune. Chez les patients âgés présentant une forme peu différenciée - 50%. Après le retrait, il y a un risque de récidive, ainsi que la réapparition du cancer. Les espèces très différenciées ont un pronostic positif: près de 50% des patients ont surmonté la maladie.

Adénocarcinome intestinal: symptômes, traitement et pronostic

Le type le plus commun de lésion maligne, affectant le côlon. Les cellules glandulaires de la membrane muqueuse participent à la formation de la tumeur. À mesure que l'adénocarcinome intestinal se développe, il se propage à la couche musculaire et séreuse. De plus, les cellules cancéreuses peuvent germer à travers les parois du rectum, se déplaçant ainsi dans la cavité abdominale.

Symptômes de la maladie

La quatrième partie de la population est confrontée à une pathologie similaire. Pendant un an, le cancer du rectum peut tuer même la personne la plus saine. C'est aujourd'hui l'un des principaux problèmes des médecins. Le problème est que la formation maligne ou bénigne, mais les symptômes de processus pathologiques apparaissent à un stade avancé de son développement. Par conséquent, la mortalité après cette maladie est beaucoup plus élevée.

Lorsqu'une tumeur se fait sentir, une personne n'a aucune chance de récupérer complètement, même après une chirurgie ou une chimiothérapie. Par conséquent, chaque patient doit connaître les moindres manifestations d'adénocarcinome afin de pouvoir consulter rapidement des spécialistes et suivre un traitement.

  • sensation douloureuse de gémissement dans l'estomac que le patient ne ressent pas constamment;
  • il n'y a pas de faim, une personne perd du poids;
  • la température corporelle augmente légèrement;
  • l'état du patient est affaibli, il a une apparence pâle;
  • matières fécales avec du sang, des impuretés muqueuses ou purulentes;
  • gonflement du ventre;
  • selles perturbées (le patient s'inquiète d'une constipation persistante ou d'une diarrhée);
  • pendant les selles, le patient ressent une douleur.

N'importe lequel des symptômes devrait alerter la personne malgré ses manifestations faibles.

Stade de la maladie

Les principales étapes du cancer du côlon.

  1. Au premier stade de l'adénocarcinome, tous les tissus de la muqueuse intestinale sont touchés. Les symptômes sont plutôt faibles, il est donc impossible de remarquer des manifestations.
  2. Dans la deuxième étape, les cellules tumorales infectent le tissu musculaire du côlon, le pénètrent. À ce stade de développement, l'adénocarcinome n'affecte pas les organes sains adjacents et les ganglions lymphatiques. Mais le patient présente les premiers symptômes, notamment une constipation récurrente, du mucus et du sang.
  3. Au troisième stade, les cellules cancéreuses se propagent à travers les parois du côlon. Des métastases sont formées dans les ganglions lymphatiques adjacents. À ce stade de développement, les processus pathologiques provoquent une douleur intense chez les patients.
  4. La quatrième étape est la dernière, lorsque la tumeur devient volumineuse, elle se développe non seulement à travers les parois intestinales, mais se propage également aux tissus sains voisins et aux ganglions lymphatiques.

Entre chaque étape du développement des néoplasmes peut prendre 1 an.

Méthodes thérapeutiques

Pour le traitement de l'adénocarcinome, des spécialistes qualifiés utilisent plusieurs méthodes. Nous parlons de chirurgie, de thérapie combinée et combinée.

Opération

Dans la plupart des cas, la procédure est recommandée pour les patients à un stade précoce du développement de processus pathologiques. Il prévoit l'ablation radicale de l'organe affecté. Compte tenu du stade de développement de la tumeur, de son degré de propagation et de la présence de métastases, les médecins effectuent une opération typique, combinée ou prolongée.

Dans le premier cas, seules les cellules cancéreuses sont excisées. La procédure combinée est appliquée si des processus pathologiques se sont propagés à des organes sains. Une opération prolongée est réalisée en cas d'apparition simultanée de plusieurs formations.

Méthodes d'élimination des tumeurs:

  1. Chirurgie pour enlever une petite formation sans perturber la fonction intestinale.
  2. Colectomie. La procédure, qui est effectuée dans le cas où la tumeur a atteint une grande taille et a germé dans le tissu du côlon.
  3. La laparoscopie. Enlèvement des tumeurs malignes sans l'utilisation d'instruments chirurgicaux. C'est la méthode la plus sûre de résection de l'adénocarcinome. Après cette procédure, les patients récupèrent rapidement, car lors de l'opération, le médecin ne fait que deux piqûres à l'abdomen.

En outre, lors d’une intervention chirurgicale, les médecins peuvent retirer les ganglions lymphatiques situés à proximité. Avant la procédure, le patient doit être préparé. Tout d'abord, un expert prescrit un régime strict, qui exclut l'utilisation de scories. Vous avez besoin de quelques jours pour boire des laxatifs, et immédiatement avant l'opération pour tenir un lavement nettoyant.

Pendant la manipulation, les médecins essayent de ne pas entrer en contact avec les cellules cancéreuses. Vous pouvez donc augmenter le risque de propagation de la tumeur. Tout d'abord, les vaisseaux sanguins sont clampés, après quoi les tissus affectés sont enlevés.

Chimiothérapie

Le traitement de l'adénocarcinome intestinal avec des préparations spéciales est effectué de manière exhaustive. La chimiothérapie est davantage une méthode auxiliaire de traitement des processus pathologiques. Et elle est nommée avant ou après la chirurgie. Les spécialistes qualifiés sont enclins à utiliser des médicaments cytotoxiques contre la tumeur.

Avant la chirurgie, le médecin prescrit à ses patients de suivre une chimiothérapie pour enrayer la propagation des cellules cancéreuses. Après la chirurgie, des médicaments spéciaux aident à prévenir la récurrence de la maladie.

Radiothérapie

L'exposition aux radiations utilisée pour traiter l'adénocarcinome intestinal aide à réduire la zone de propagation des cellules cancéreuses. En outre, le développement des métastases cesse après le traitement. Le plus souvent, c'est la radiothérapie qui est prescrite aux patients atteints d'adénocarcinome rectal. Cela est dû au fait que le corps change constamment de lieu, à mesure que la personne bouge.

Pendant la procédure, il est bien fixé et effectue une irradiation. La radiothérapie pour le cancer de l'intestin peut être prescrite aux patients avant et après la chirurgie.

De plus, la procédure n'est pas toujours indiquée chez les patients atteints d'une tumeur rectale. Si l'épaisseur de germination et la zone de la lésion sont suffisamment grandes, il est recommandé au patient de subir une exposition aux radiations. Le traitement est indiqué même si la taille de la formation maligne est supérieure à la norme.

Les spécialistes qualifiés modernes sont convaincus que le traitement du cancer de l'intestin devrait être complet. Il existe de nombreuses autres méthodes qui aident à soulager l’état des patients et à soulager les symptômes prononcés de la pathologie. Parmi ceux-ci figurent non seulement des médicaments, mais également une exposition aux radiations. Avec cela, vous pouvez arrêter le développement de métastases dans les ganglions lymphatiques et d'autres organes.

Traitement préventif

Divers facteurs contribuent au développement de l'adénocarcinome.

  1. La présence de polypes colorectaux.
  2. Processus inflammatoires dans le côlon.
  3. Pas assez de fibres.
  4. Constipation fréquente.
  5. Âge

Pour prévenir le développement de processus malins, il suffit de maintenir votre santé en parfait état. Traiter et éliminer rapidement les polypes, l'inflammation. Observez parfois le régime, mangez bien et rationnel.

Puisque la plupart des patients sont âgés, les médecins recommandent des examens prophylactiques. La même chose s'applique aux patients qui ont eu des patients atteints de cancer de l'intestin dans la famille. La maladie est héritée. À un stade précoce de la détection, les prévisions pour eux seront positives.

Une tumeur de ce type se caractérise par un développement répété même après une intervention chirurgicale. Par conséquent, les patients devraient subir périodiquement des examens endoscopiques et des doigts, ce qui permettra d’améliorer les projections pour l’avenir. Le médecin sera en mesure de choisir les méthodes de traitement les plus optimales.

Prévisions

Le médecin informera le patient des résultats du traitement uniquement après son exécution. Le spécialiste prend en compte le stade de développement des processus pathologiques, le degré de leur propagation, ainsi que les maladies associées. Les prévisions dépendent en grande partie de nombreux facteurs.

S'il s'agit d'un stade précoce de la maladie, les statistiques de survie des patients sont assez élevées. Même si une extraction radicale des organes était pratiquée dans 90% des cas, les patients guérissaient complètement. Bien sûr, plus le niveau est élevé, plus les prévisions sont mauvaises.

Une fois que les cellules cancéreuses ont endommagé les ganglions lymphatiques, de nombreux patients ne peuvent pas vivre plus de 5 ans. La survie après traitement est de 50% ou moins. Un pourcentage élevé concerne les patients ayant subi une élimination radicale du rectum. Les projections pour les patients atteints d'adénocarcinome du côté droit sont bien pires. Seulement 20% d’entre eux ont la chance de vivre encore 5 ans.

Les médecins ne peuvent rassurer leurs patients, de sorte qu'il existe dans le monde de nombreuses méthodes permettant de déterminer la pathologie à un stade précoce de son développement. La même chose s'applique aux méthodes de traitement. Il n'y a actuellement aucun moyen spécifique de guérir complètement une personne du cancer de l'intestin. Après chaque diagnostic de processus pathologiques, la tâche principale est établie: vivre encore 5 ans.

Adénocarcinome du colon: pronostic de survie, traitement, symptômes

Une maladie très grave difficile à diagnostiquer aux stades 1-2. Il est plus fréquent chez les hommes que chez les femmes. Se développe à partir de cellules épithéliales de la couche supérieure de la paroi intestinale. Comme pour la plupart des maladies oncologiques, cette maladie touche plus souvent les personnes de plus de 55 ans. A un taux de mortalité élevé dans les dernières étapes: 3 et 4.

L'adénocarcinome du côlon, de l'intestin grêle, du côlon a un taux de développement élevé et de fréquents cas de métastases rapides, même au début de la maladie. Le néoplasme passe rapidement à un degré agressif, métastase aux ganglions lymphatiques les plus proches et se développe dans les tissus et les organes les plus proches.

Causes de développement

NOTE! Il faut comprendre que la cause exacte à cent pour cent du carcinome n'est pas encore connue, à la fois des scientifiques et des médecins. Tous les facteurs énumérés ci-dessous ne font qu'augmenter les risques d'occurrence, et les paramètres eux-mêmes sont extraits des statistiques des malades.

  • Mode de vie sédentaire et manque de sport.
  • Mauvaise alimentation. L'abondance d'aliments gras, frits, épicés et d'aliments riches en substances cancérigènes.
  • Maladies concomitantes du tractus gastro-intestinal: polypose; un ulcère; diverticulite; l'inflammation.
  • Consommation excessive d'alcool.
  • Cigarettes et autres produits du tabac.
  • Constipation fréquente et problèmes digestifs.
  • Génétique - si dans la famille de proches parents il y avait aussi une maladie, alors le risque de tomber malade augmente plusieurs fois.
  • Impact physique direct avec des formes non traditionnelles de relations sexuelles.

Malheureusement, même une personne en parfaite santé a une chance de tomber malade, mais elle reste inférieure à celle des personnes exposées quotidiennement aux facteurs énumérés ci-dessus.

Symptomatologie

Habituellement, au début, un patient présentant des formes déjà avancées de maladies gastro-intestinales supplémentaires ne trahit pas l’importance d’augmenter certains des symptômes.

  • Sang dans les matières fécales.
  • Douleur abdominale aiguë et sévère.
  • Vomissements.
  • Température subfébrale, sans symptômes d'infections virales respiratoires aiguës et d'autres rhumes.
  • La nausée
  • Fatigue constante
  • La diarrhée
  • Perte de poids rapide sans charges ni régime ni charge sportive.
  • Constipation, alternance de diarrhée.
  • Brûlures d'estomac.

Au cours du développement du cancer, les symptômes vont augmenter. Et avec des métastases dans les organes les plus proches et avec la défaite des ganglions lymphatiques, d'autres symptômes peuvent apparaître.

Variétés et classification

Le type de tumeur diffère dans la structure des cellules et dans quelle mesure le cancer diffère de celui des cellules saines. Le taux de développement de la maladie en dépend, ainsi que de la stratégie choisie par l'oncologue pour le traitement.

NOTE! Le degré de différenciation montre la différence entre une cellule cancéreuse et une cellule saine.

Très différencié

  • Les cellules tumorales ont presque la même structure que les cellules saines.
  • Noyaux agrandis.
  • Le taux de croissance est faible.
  • L’agression des cellules et des tissus les plus proches n’est que sur 4 étapes.
  • Dans les premiers stades curable.

Modérément différencié

  • Il a déjà une vitesse plus élevée par rapport à la forme hautement différenciée.
  • Selon l'examen histologique, les cellules diffèrent beaucoup plus des cellules saines.
  • Il a un caractère invasif - affecte le tissu le plus proche et les ganglions lymphatiques.

Mal différencié

L'adénocarcinome du colon présente cette forme particulière dans 80% des cas. En raison de ce que la maladie se développe rapidement et se transforme rapidement en une forme invasive avec des métastases. Dans le même temps, les premiers couples ne présentent presque aucun symptôme et sont mal diagnostiqués.

Indifférencié

  • Cellules atypiques dont la structure n'est pas similaire à celle des cellules saines.
  • La forme la plus dangereuse et agressive, caractérisée par une croissance rapide infiltrante.
  • Dans les premiers stades, il peut métastaser et affecter abondamment les organes et les parois les plus proches de la cavité abdominale.

Les étapes

Mucineux

  • Il se produit dans 5% des cas.
  • Le néoplasme se développe à partir de cellules kystiques, en raison desquelles la tumeur a des sécrétions muqueuses.
  • Rechutes fréquentes.

Tubulaire

  • Des symptômes clairs apparaissent aux étapes 3-4.
  • Il est traité durement et a un pourcentage élevé de mortalité.

Métastases

Habituellement, les métastases se produisent en 3 ou 4 étapes. Mais comme cela a été écrit précédemment, cela dépend aussi de la variété et de la différenciation. Une tumeur peut se propager de plusieurs manières:

  • Les vaisseaux sanguins avec le flux sanguin;
  • Par le système lymphatique;
  • Invasif - quand une tumeur se développe dans le tissu le plus proche ou même dans les organes.

Les métastases peuvent se situer au stade 1-2, si les cellules cancéreuses ont une structure peu ou pas différenciée. Ensuite, cette oncologie est plus agressive, même dans le premier couple.

Examen et diagnostic

  1. Tout d'abord, le médecin examine visuellement la palpation de l'abdomen et des ganglions lymphatiques.
  2. Un test sanguin et des selles est envoyé au laboratoire. S'il y a des caillots de sang dans les masses fécales et que l'analyse sanguine biochimique et générale présente également des écarts importants, le médecin procède déjà à un examen approfondi de l'intestin.
  3. La radiographie pourra montrer la tumeur aux stades 3 à 4.
  4. L'examen endoscopique rectal montre une localisation précise. En outre, le médecin prendra un morceau de tissu pour la biopsie.
  5. La biopsie permet de voir le degré de différenciation et de déterminer le degré de malignité de la tumeur.
  6. La tomodensitométrie et l'IRM constituent une étude complémentaire plus précise permettant de déterminer le degré d'invasion et de lésion des tissus et organes voisins.

Thérapie

Le type de traitement dépend de plusieurs facteurs:

  • La scène;
  • Dommages aux organes, tissus et système lymphatique les plus proches;
  • L'âge du patient;
  • Le degré de différenciation et la nature des cellules cancéreuses;
  • Maladies concomitantes, allergies pouvant aggraver l’état du patient au cours du traitement.

Après un examen approfondi, l'oncologue établit une stratégie pour lutter contre la maladie.

  1. Radiothérapie - la radiothérapie est effectuée avant et après la chirurgie. Peut être le type principal de traitement dans les dernières étapes. Permet de réduire le taux de croissance de la tumeur et son agressivité.
  2. Chimiothérapie - utilisez des poisons spéciaux auxquels les cellules cancéreuses atypiques sont plus sensibles. Une mesure efficace, avec un grand nombre d'effets secondaires. Il est conduit par cours.
  3. Intervention chirurgicale - retrait de la zone touchée et de tous les ganglions lymphatiques locaux. Avec obstruction intestinale, pour éliminer les masses fécales peut faire une colostomie.
  1. Immunothérapie - pour améliorer l'immunité du patient, des préparations spéciales sont utilisées. Dans ce cas, le corps lui-même commence à lutter contre les cellules cancéreuses.

En outre, le patient doit suivre un régime alimentaire strict pour améliorer l'état du corps et réduire la charge sur le tractus gastro-intestinal.

Les conséquences

Il arrive souvent qu'un patient ne décède pas d'une tumeur, mais des complications qui en découlent.

  • La tumeur recouvre le canal intestinal et il est plus difficile pour le patient de répondre à ses besoins.
  • Les matières fécales deviennent comme un ruban.
  • Blocage complet. Dans ce cas, la colostomie est mise en place, sinon les selles vont s'accumuler abondamment, le contenu sera absorbé, ce qui entraînera une augmentation de l'intoxication.
  • Le néoplasme perturbe l’intégrité des vaisseaux d’approvisionnement, ce qui entraîne un saignement.
  • Péritonite
  • Invagination d'un mur intestinal dans le suivant.
  • L'accumulation de liquide dans la cavité abdominale.

Pouvoir

  • Réduire l'intoxication;
  • Donner tous les oligo-éléments, vitamines et minéraux nécessaires;
  • Améliorer le métabolisme;
  • Augmenter l'immunité.

NOTE! Tous les aliments ne doivent pas être froids ni chauds, mais à peine chauds. En outre, il devrait être finement broyé dans un mélangeur pour réduire la charge sur les intestins et améliorer la capacité d'absorption de tous les nutriments.

Interdit

  • Frit;
  • Très salé;
  • Produits avec conservateurs et colorants;
  • Alcool
  • Produits laitiers;
  • Pain à la levure;
  • Aiguë;
  • Les noix;
  • Pois et autres légumineuses.

Permis

  • Les légumes verts;
  • Les tomates;
  • Les bananes;
  • Les pêches;
  • Kashi;
  • Viande diététique faible en gras;
  • Poulet;
  • Les prunes;
  • Citrouille

Prédiction et survie

En règle générale, le taux de survie à cinq ans est élevé aux stades initiaux, lorsque la tumeur est petite et qu'il n'y a pas de métastases. Dans les stades avancés, la tumeur affecte déjà une zone importante de l'organe et peut germer, affectant les parois de l'intestin et les organes voisins.

Pourcentage de survie à 5 ans:

  • 1 degré - 90%;
  • 2 degrés - 70%;
  • Grade 3 - 35%;
  • 4 degrés - 3-10%.

Il est nécessaire de prendre en compte la différenciation du cancer. Et plus elle est basse, plus le taux de croissance de la tumeur est rapide, plus l'invasion est forte et le risque de métastase précoce est élevé. La mortalité augmente généralement avec l'âge du patient. Dans ce cas, le corps a généralement déjà un certain nombre d'autres maladies graves du tractus gastro-intestinal et du système cardiovasculaire.

Prévention

Pour les personnes à risque (dont les parents étaient atteints de cette maladie), vous devriez être examiné régulièrement:

  • Tous les six mois, faites un don de selles et de sang pour des tests de laboratoire d’analyses biochimiques et générales.
  • Faire une radiographie de l'abdomen - une fois par an.
  • Pour être examiné par un médecin.
  • Surveillez vos sentiments. Il faut se rappeler que dans les phases précoces, le cancer se comporte silencieusement et que vous devez donc rester vigilant.

Pour réduire les risques, vous devez suivre les règles habituelles:

  1. Exclure le tabagisme et l'alcool;
  2. Mener un style de vie mobile;
  3. Essayez de manger plus de fruits et de légumes. Moins frit, gras et sucré.

Après la chirurgie pour supprimer l'éducation devrait agir conformément aux recommandations de l'oncologue. Ne pas oublier le régime alimentaire et y adhérer strictement jusqu'à la fin de la vie. Passez régulièrement des examens et des tests.

Qu'est-ce qu'un adénocarcinome du côlon et combien de temps une personne vivra-t-elle?

Les adénocarcinomes du côlon sont des cancers courants de l'intestin, provenant du tissu épithélial-glandulaire de cet organe. Ce type de néoplasme représente 80% de tous les cas de cancer associés à la muqueuse intestinale. Les personnes âgées de 50 ans, principalement des hommes, courent un risque accru de morbidité. L'oncologie est moins courante chez les enfants et les femmes. La maladie peut pendant longtemps ne pas présenter de symptômes cliniques, ce qui complique grandement son diagnostic et devient la cause d'un taux de mortalité élevé par cette maladie.

D'après des données statistiques, l'incidence de ce type de tumeurs au cours des vingt dernières années a augmenté plusieurs fois. Une nouvelle croissance peut se produire même chez des personnes en parfaite santé et, au cours d'une année, la plupart des patients décèdent. À mesure que la tumeur se développe, elle se caractérise par une forte agressivité et est capable de métastaser aux organes et ganglions lymphatiques adjacents. Afin d'identifier la maladie à temps, il est nécessaire de se familiariser avec ses manifestations possibles, ainsi qu'avec les méthodes de diagnostic et de traitement.

Raisons

L'adénocarcinome du colon appartient au groupe des cancers colorectaux, dont les causes exactes ne sont pas encore bien connues. Les spécialistes dans ce domaine de la médecine identifient certains facteurs pouvant déclencher le développement de ce type de cancer:

  • la présence de maladies intestinales, polyposes et autres formations bénignes de cet organe;
  • mauvaise alimentation - utilisation régulière d'aliments trop gras, salés et épicés contenant une quantité insuffisante de fibres;
  • mauvaises habitudes, en particulier dépendance à l'alcool et au tabac;
  • le sexe anal;
  • travaux impliquant une interaction avec des substances toxiques et chimiques nocives;
  • prédisposition génétique et hérédité;
  • constipation et calculs fécaux;
  • mode de vie inactif.

Dans le cas d'une tumeur bénigne, sa transformation maligne provoque une mutation des cellules intestinales. Cela peut entraîner une altération de la circulation sanguine, ainsi que tout autre facteur causant un dysfonctionnement de ce service. Les tumeurs malignes peuvent être causées par des provocateurs, notamment:

  • colite ulcéreuse;
  • diverticulite;
  • inflammation du tractus gastro-intestinal;
  • polypose.

Les facteurs ci-dessus ne conduisent pas dans tous les cas au développement d'un adénocarcinome malin de l'intestin, mais ils créent des conditions optimales pour sa formation et sa progression. Les symptômes et le traitement des tumeurs dépendent en grande partie du type et du stade de développement de la formation.

Classification

En fonction de la structure histologique des cellules d'une tumeur maligne, la classification des adénocarcinomes intestinaux contient différents types de ces tumeurs:

  • hautement différencié;
  • modérément différencié;
  • mal différencié;
  • adénocarcinomes à cellules noires du côlon;
  • néoplasmes tabulaires;
  • tumeurs mucineuses.

Chacun de ces types de formations diffère par sa vitesse et son degré de progression. Le traitement et le pronostic dépendent principalement du type de tumeur en développement.

Très différencié

Ce type est moins dangereux par rapport à la formation d'un autre type d'adénocarcinome, causé par le nombre minimal de cellules malignes. Dans le même temps, les cellules cancéreuses se distinguent des cellules saines par une augmentation du nombre de noyaux, remplissant les mêmes fonctions. Les adénocarcinomes du côlon très différenciés ont un faible niveau de malignité, rendant les prévisions pour les patients plus favorables. L'absence de métastase dans les organes et les tissus distants du corps est un aspect positif de cette tumeur.

Modérément différencié

Le cours des adénocarcinomes modérément différenciés du gros intestin est plus grave et les cellules cancéreuses se développent dans toute la région intestinale, entraînant son obstruction. Le néoplasme atteint une taille suffisamment grande (2-5 cm) et a un impact significatif sur eux. Sans traitement adéquat, ces tumeurs peuvent se transformer en une forme peu différenciée, considérée comme la plus agressive.

Mal différencié

Vingt pour cent des adénocarcinomes en développement dans le gros intestin diagnostiquent une forme peu différenciée avec un taux élevé de malignité. Les cellules des néoplasmes de cette variété sont sujettes à une croissance rapide et à une métastase précoce des tissus et des organes les plus proches, ce qui permet un diagnostic au stade initial de la maladie. Les adénocarcinomes du côlon de bas grade n'ont pas de limites claires, ce qui explique pourquoi leurs métastases sont plusieurs fois plus rapides que dans les autres types de cette pathologie.

La lésion peut piéger de grandes surfaces de l'intestin et s'infiltrer dans d'autres tissus. Dans quatre-vingt-dix pour cent des cas, les tumeurs mal différenciées ne peuvent pas être traitées, et il ne reste plus aux médecins qu'à prescrire un traitement pour atténuer les manifestations des symptômes cliniques.

Cancer indifférencié

La forme indifférenciée est caractérisée par la présence de cellules atypiques pour le cancer. Selon la structure histologique, il ne peut pas être attribué à d'autres types de tumeurs. Le néoplasme est caractérisé par une croissance infiltrante dans la paroi péritonéale et par une métastase suffisamment précoce du système ganglionnaire régional. Les prévisions pour les patients atteints de cette tumeur sont extrêmement décevantes.

Tubulaire

Si des néoplasmes tubulaires surviennent, ils ne provoquent pas de manifestations cliniques pendant longtemps, sinon les signes seront très faibles. En conséquence, le diagnostic de la tumeur se produit souvent au cours des stades avancés. Parfois, la présence d'une pathologie peut être identifiée de manière aléatoire au cours d'une radiographie. Le cancer de ce type est difficile à traiter, le pronostic est donc sombre.

Mucineux

Une des espèces rares est l'adénocarcinome mucineux. La tumeur est formée de cellules kystiques produisant du mucus, de sorte que la majorité de la tumeur est constituée de composants muqueux. Ce type de pathologie peut être localisé dans n’importe quel organe du corps humain, alors que les cellules cancéreuses se propagent souvent aux ganglions lymphatiques voisins. De plus, cette tumeur est caractérisée par des récidives fréquentes.

Les symptômes

Aux stades précoces de progression, ce type de tumeur ne provoque pas de symptômes ou est trop anodin. Dans la très grande majorité des cas, l’apparition d’un néoplasme est déjà une conséquence d’une maladie chronique du gros intestin, telle que l’inflammation du département rectosigmoïdien. Dans ce cas, les symptômes peuvent être considérés par les patients comme une exacerbation de la maladie existante. Les symptômes possibles de cette pathologie incluent:

  • douleur abdominale;
  • nausée avec vomissements;
  • faiblesse générale et fatigue;
  • perte d'appétit et diminution du poids corporel total;
  • la survenue de diarrhée;
  • des ballonnements;
  • fièvre
  • impuretés de sang et de mucus dans les selles.

Tous ces signes sont non spécifiques et, à mesure que la tumeur se développe, ainsi que la présence de métastases dans les sections rectales et les organes distants, leurs manifestations deviennent plus intenses. Les patients ont une lourdeur dans l'abdomen et des brûlures d'estomac fréquentes, et des écoulements purulents apparaissent dans les matières fécales, ce qui indique une intoxication importante.

Diagnostics

Lorsqu'il y a suspicion de formation d'adénocarcinome du côlon, il s'agit d'une indication directe pour le diagnostic en proctologie, la radiographie jouant un rôle prépondérant. Ils mènent également un certain nombre d’autres études de laboratoire et d’instruments permettant un diagnostic plus précis. Tout d'abord, le médecin doit se familiariser avec les plaintes du patient, sonder la cavité abdominale et procéder à un examen physique. Les tests de laboratoire peuvent être:

  • analyse d'urine;
  • analyse biochimique du sang et de l'urine;
  • analyse du sang occulte fécal;
  • test pour les marqueurs tumoraux.

Lors du cancer du côlon glandulaire, au stade initial du diagnostic, on prescrit aux patients un examen endoscopique rectal et une radiographie avec l'introduction d'un agent de contraste. Pour déterminer l'emplacement exact et la taille de la tumeur, des méthodes de diagnostic supplémentaires sont prescrites:

  • ultrasons (ultrasons);
  • tomodensitométrie (CT);
  • imagerie par résonance magnétique (IRM).

La méthode de traitement ne peut être prescrite qu'après avoir reçu les résultats de toutes les études.

Traitement

Après avoir posé un diagnostic précis, le choix du traitement dépend du stade de développement du néoplasme, de sa taille, ainsi que du type et de la forme de la tumeur. Étant donné que les adénocarcinomes présentent une sensibilité accrue à la radiothérapie et aux effets des médicaments cytostatiques, un traitement complexe est plus souvent prescrit, comprenant des procédures chirurgicales, une thérapie chimique et une radiothérapie.

Au cours de l'opération, le cancer est excisé, ainsi que les parties de l'intestin affectées. Avant de procéder à une intervention chirurgicale, vous devez passer par une période préparatoire pouvant aller jusqu’à cinq jours. À ce moment-là, les patients suivent un régime sans scories, prennent des laxatifs et effectuent des lavement nettoyant. Dans certains cas, il est possible d’attribuer un lavage supplémentaire du tractus gastro-intestinal à l’aide de préparations spéciales. Si la métastase distante de l'adénocarcinome du côlon a commencé, afin d'éliminer l'obstruction, la partie affectée de l'intestin est découpée et transférée à la colostomie.

La chimiothérapie est utilisée en complément d'un traitement chirurgical de base. L'action des produits chimiques vise à stopper la croissance des cellules tumorales malignes et leur élimination ultérieure. L'utilisation de la chimiothérapie réduit considérablement le risque de récurrence de la tumeur. La radiothérapie, comme la chimiothérapie, est prescrite à la fois en période préopératoire et postopératoire afin de réduire la taille du néoplasme et d’arrêter la propagation des métastases. En cas de cancer glandulaire, ce type de traitement est rarement prescrit car toutes les parties du gros intestin sont extrêmement mobiles.

Parfois, la radiothérapie et la chimiothérapie peuvent être prescrites comme traitement principal des tumeurs inopérables. Dans ce cas, l’objectif principal du traitement est de soulager l’état du patient et d’éliminer les manifestations de l’intoxication par le cancer. Mais il est impossible de guérir complètement les maladies avec cette approche.

Métastases

Les adénocarcinomes du gros intestin sont dans la plupart des cas sujets aux métastases, tant au niveau des structures proches que des organes et tissus distants. Les métastases peuvent se propager de l’une des trois manières suivantes:

  • Lymphogène (par flux lymphatique) - détecté chez plus de 60% des patients;
  • Hématogène (dans le sang) n'est possible que dans 10% des cas;
  • Implantation - les cellules cancéreuses se propagent par des dommages directs aux tissus sains pendant la croissance.


Si la tumeur commence à se métastaser aux structures voisines, la métastase distante peut ne pas se produire. Les métastases affectent principalement le foie et les ganglions lymphatiques régionaux, bien qu'une dissémination primaire soit également possible dans le tissu osseux pelvien, ainsi que dans les poumons.

Des complications

Bien que la tumeur soit une maladie grave, elle peut également entraîner d'autres complications, notamment:

  • l'obstruction intestinale causée par une tumeur qui se développe dans la lumière d'un organe est diagnostiquée chez 40% des patients;
  • perforation (rupture) des parois du corps - provoque une hémorragie interne abondante;
  • formation d'ulcérations à la surface du cancer;
  • l'apparition de fistules interorganes, ainsi que le développement d'une péritonite;
  • invagination - quand une partie de l'intestin est introduite dans une autre;
  • dans le cas d'une lésion du côté gauche, une modification de la forme des selles (selles du mouton) est possible.

Les complications existantes compliquent considérablement le processus de traitement et aggravent l'état du patient.

Régime alimentaire

Un régime alimentaire approprié pour l'adénocarcinome est l'un des facteurs qui augmentent l'efficacité du traitement. Les patients chez lesquels un cancer des glandes a été diagnostiqué doivent manger des aliments frais et digestibles contenant une grande quantité de vitamines, de minéraux et de composants nutritionnels.

Tous les aliments consommés doivent être «légers» afin d'éviter tout retard dans l'estomac, car cela peut provoquer des nausées et une augmentation de la formation de gaz. Il convient de noter que la structure de tous les aliments consommés devrait améliorer l’excrétion des matières fécales. De l’alimentation du patient, il est nécessaire d’exclure tous les types de produits pouvant provoquer une fermentation:

  • les haricots;
  • produits laitiers;
  • l'alcool;
  • pains à la levure.

L'utilisation de viandes faibles en gras est recommandée.

Pronostic et prévention

Pour les patients chez qui on a diagnostiqué le premier stade d'une tumeur hautement différenciée dans le gros intestin, la survie à cinq ans est de 90%. Si une telle tumeur a atteint le deuxième stade, cet indicateur chute à 80%. Lorsque la propagation des cellules malignes a déjà atteint les ganglions lymphatiques, la survie à cinq ans n'est possible que chez 48% des patients. Si un adénocarcinome mal différencié est diagnostiqué chez une personne, un pronostic favorable pour la survie à 5 ans n’est presque jamais observé. La propagation des métastases dans les organes commence aux premiers stades. La durée de vie du patient dépend du nombre de foyers métastatiques. Il s’agit généralement d’une période de six mois à un an.

Etant donné que les causes fiables du développement du cancer colorectal ne sont pas complètement comprises, les mesures préventives de la morbidité ne sont pas fournies non plus. Mais avec la détection rapide de la maladie peut encore sauver la vie du patient. Vous pouvez réduire le risque de développer un cancer si vous suivez les conseils d’experts:

  • s'il y a déjà eu des cas de cancer dans la famille, les personnes de plus de 20 ans devraient subir un examen médical complet chaque année;
  • le temps nécessaire pour traiter les maladies intestinales et éliminer les polypes.
  • s'en tenir à un régime alimentaire sain.

Les patients qui ont déjà subi une opération pour éliminer un adénocarcinome doivent être examinés régulièrement par le médecin traitant, au moins une fois tous les trois mois. Ainsi, il est possible de détecter rapidement la récurrence de la tumeur et de prescrire le traitement nécessaire.